AM 12 Conclusion

Ce mémoire relève davantage de l' »ethno-technologie ». En effet, j’ai pu constater, à travers l’étude de quelques alchimistes de la région est de la France, que cet ethnos très particulier, utilisait des appareils modernes afin de pratiquer leur art.

L’alchimie est une pratique complexe qu’il est difficile de cerner dans sa globalité.

Déjà, parmi les personnes que j’ai interrogées, aucune ne pratique de la même manière. L’alchimie semble être une affaire personnelle, adaptable aux aspirations et aux buts de chacun, tant du point de vue de la technique que du point de vue de la finalité.

C’est aussi un engagement à long terme. Ce qui fait qu’il est difficile, par les quelques heures passées avec les alchimistes, de cerner correctement la problématique.

Néanmoins, il a été possible de dégager quelques points comme la symbolique de la spirale présente dans les travaux des iatrochimistes.

Il apparaît, également que l’intérêt pour l’alchimie gagne de plus en plus de personnes. Aussi, l’espoir qu’exprimait Alexandre von Bernus est-il peut-être en train de se réaliser. C’est en tout cas ce que l’on peut souhaiter.

Du point de vue de l’ethnologie, il est intéressant de noter que les visions du monde en vigueur dans les sociétés traditionnelles existent et se développent toujours en Occident. Un équilibre est-il possible entre les valeurs traditionnelles et les valeurs de notre monde industrialisé moderne ? L’avenir le dira peut-être…