Catégorie : Sorcellerie

TABLE DES ABRÉVIATIONS

 

ECC : état de conscience chamanique

ECO : état de conscience ordinaire

EEG : électroencéphalogramme

EMC : état modifié de conscience

EMG : électromyogramme

ENH : état neutre hypnotique

ENOC : état de conscience non ordinaire

EOG : électrooculogramme,

NDE : near death experience (état de mort rapprochée)

OBE (OB): out of body experience (expérience de projection hors du corps)

REM : rapid eye movement (mouvement oculaire rapide)

INDEX

Dans cette partie, je liste les termes importants de ce travail d’enquête. J’ai laissé les numéros de pages (bien qu’ils soient inutiles ici) afin que vous ayez une idée des occurrences.

Vous pouvez utiliser ces termes pour rechercher les passages concernés dans cette publication.

INDEX GÉNÉRAL

 

A

acte magique, 4; 9; 90

acte physique, 37

acte sexuel, 61; 69; 70; 75; 76; 83

alchimie, 3; 38; 46; 47

alpha

  • fréquence, 29
  • ondes, 31; 32; 88

âme, 15; 47

  • des dormeurs, 15
  • du monde, 46

amnésie, 15; 22

amrita, 89

ancêtres, 57

Anciens, 45

anesthésie, 16

anima mundi, 46

animal, 50

  • microcosme, 50

Antiquité, 21

après-vie, 26

arbre

  • de la Connaissance, 45
  • de vie, 45; 46
  • des Séphiroth, 26; 48; 68

ashram, 49

au-delà, 14

 

B

bêta

  • ondes, 31; 32
  • signal, 34; 83

biofeedback, 93

Bouddhisme, 45

Bouddhiste, 49

bruit, 4; 54; 60

 

C

calme mental, 34; 60; 62; 68; 72; 75; 76; 88

cérémonie, 11; 15; 21; 30; 72

Chakra, 43; 51

chaman, 4; 24; 25; 26; 27; 28; 31; 87

chamanisme, 3; 25; 36; 45; 46; 57; 94

chants

  • cycliques, 82
  • de la sweat-lodge, 82
  • tibétains, 82

chaos, 80

Christianisme, 45

civilisation

  • égyptienne, 50

civilisations, 45

  • antiques, 50

concentration, 15; 16; 22; 23; 31; 34; 40; 58

conditionnement, 42; 43; 67; 69; 76; 78; 79

côte nord-ouest des USA, 31

coven, 61

créativité, 32; 34; 35

croyance, 7; 8; 11

croyances, 89; 92

 

D

Dãkinis, 89

danse, 4; 33; 83; 89

  • chamanique, 31
  • des esprits, 30
  • du soleil, 82

delta

  • ondes, 32

démons, 9; 56; 59; 80; 89

déprivation sensorielle, 4; 21

diable, 57

dieu, 50; 73

dieux, 5; 50

dragon

  • voie du, 11; 58

Dream Culture, 14

 

E

ECC, 25; 27; 31

ECO, 12

EEG, 18; 19; 31; 93

efficacité symbolique, 3

Église, 57

égrégore, 11; 57; 58

élixir, 49; 58

EMC, 24

EMG, 18; 19; 93

Empire romain, 9

ENH, 15; 16

ENOC, 6; 7; 13; 21; 22; 23; 26; 34; 35; 76; 90; 91; 92; 93; 94

entités, 5; 52; 59

  • négatives, 52; 53; 56

envoûtement, 58

EOG, 18; 19; 93

ésotérisme, 21

espace, 14; 23; 40; 43; 44; 52; 79; 84

espace-temps, 14

esprit, 47

  • cartésien, 42
  • corps/esprit, 23; 41
  • de l’opérateur, 88
  • humain, 7; 35; 42; 67; 84; 86
  • mauvais, 7
  • ouverture d’, 70

esprits, 21; 37; 41

  • danse des, 30
  • gardiens, 25

état

  • d’angoisses, 34
  • d’auto-hypnose, 91
  • d’éveil, 18; 32; 34
  • d’extrême conscience, 37
  • d’insécurité, 34
  • de calme mental, 34
  • de concentration, 34
  • de conscience
  • chamanique, 25
  • habituel, 12
  • inhabituel, 13
  • non ordinaire, 13
  • ordinaire, 12; 13
  • de créativité, 34
  • de détente, 32
  • de détente physique, 29
  • de joie, 34
  • de méditation, 92
  • de paix intérieure, 34
  • de panique, 34
  • de peur, 34
  • de relaxation, 34; 81
  • de rêve, 19
  • de rêve éveillé, 84
  • de semi-conscience, 37
  • de sommeil, 83
  • de stress, 30; 34
  • de transe, 31; 32
  • de veille, 12; 31; 32; 83
  • ECC, 25
  • hypnagogique, 21
  • hypnotique, 15; 16; 81
  • méditatif, 32
  • mystique, 22; 24
  • OB (out of body), voir OBE, 20
  • post-mortem, 26
  • psychotique, 22
  • second, 84
  • somnambulique, 16
  • yogique, 16

êtres, 15; 89

  • ancestraux, 14
  • éternels, 14
  • surnaturels, 11; 89

Eucharistie, 49

extase, 14

 

F

faits magiques, 8

force, 10; 53; 59

  • de la visualisation, 89
  • générale universelle, 53
  • occulte, 12
  • point de, 51; 53

forces, 8; 40; 51; 54; 59; 83

  • de la Terre, 63
  • inconscientes, voir inconscient, 62; 80
  • invisibles, 10
  • naturelles, 10; 63
  • négatives, 52; 59
  • profondes, 90
  • psychiques, 69
  • subtiles, 62
  • surnaturelles, 7; 11
  • maléfiques, 7

 

G

goétie, 10

Golden Dawn, 26; 37; 38; 40; 44; 46; 50; 53; 54; 57; 62; 64; 67; 68; 78; 80; 81; 82

Golem, 41

guérison, 4; 21; 38; 60; 88; 89

guide, 15

 

H

hallucinations, 23

hémisphères cérébraux, 29; 32; 34; 81

Hermetica, 9

hutte de sudation, voir sweat-lodge, 3

hypnose, 14; 15; 16; 29; 32

  • auto-hypnose, 17; 88; 91

hypnotiseur, 15; 16; 17

 

I

illumination, 23

illusion, 25

image, 16; 46; 60; 86; 89

  • allégorique, 46
  • du corps, 23
  • magique, 64

imagination, 58; 86; 87

  • active, 88
  • inconscient, 44
  • collectif, 10; 90

induction

induction, 34

  • d’états de conscience altérés, 31
  • hypnotique, 15

initiation, 10; 28; 31; 57

input sensoriel, 16

 

J

Judaïsme, 45

Jukurrpa, 14

 

L

lieu sacré, 15

Lilith, 71; 72; 73; 74; 75

 

M

macrocosme, 48

magie, 7; 10

  • blanche, 7; 8; 9; 10
  • cérémonielle, 6; 11; 26; 36; 38; 57; 58; 77
  • contagieuse, 8
  • de la Golden Dawn, 44
  • des campagnes, 10
  • du rituel, 52
  • imitative, 8
  • noire, 7; 8; 9; 10
  • rituélique, 37; 39; 43; 44; 45; 46; 57
  • rouge, 58
  • sexuelle, 6; 38; 58; 61; 69; 70; 76; 77; 80; 83; 84
  • verte, 11; 38; 58

médecine populaire, 10

méditation, 22; 32; 40; 48; 92

  • zen, 3

mémoire, 23

mythique, 14

  • stimulation de la, 35

messages oriniriques, 15

microcosme, 48; 50

monastère, 50

monde, 26; 44; 51

  • âme du monde, 46
  • autre monde, 43; 44; 55
  • des morts, 5; 25
  • inférieur, 25
  • Invisible, 4
  • judéo-chrétien, 45
  • parallèle, 14
  • subtil, 64
  • supérieur, 25

mort, 26

  • monde des, 5; 25

Moyen-âge, 45

musique, 4; 22; 33; 83

Mutus Liber, 48

 

N

NDE, 3

 

O

OBE, voir état OB et projection hors du corps, 20; 34; 35; 87

Occident, 13; 94

odeur, 4; 23; 56; 78

  • de sainteté, 56
  • méphitique, 56

ondes cérébrales, voir Beta, Alpha, Thêta, Delta, 20; 28; 29; 31; 32; 33; 34; 81; 94

oratoire, 38; 42; 46; 69; 75

ordre cosmique, 10

orgasme, 61; 69; 70; 75; 76

 

P

palingénésie, 58

pathologie, 13

pensée

  • altérations de la, 23
  • automatique, 16
  • logique et analytique, 31
  • spontanée, 15; 16

photic driving, 28

phytothérapie, 58

pouvoirs paranormaux, 16

pratique

  • chamanique, 11; 57
  • magique, 2; 13; 45

prêtres, 73

Programmation-Neuro-Linguistique, 88

projection hors du corps, voir OBE et état OB, 20

psalmodie, 4; 33; 62; 68; 74; 76; 81; 82; 84

psychiatrie, 12; 14

psychisme, 69; 78; 93

  • altéré, 12
  • de l’opérateur, 79

psychologie, 3; 12; 14; 79

  • clinique, 12; 14
  • jungienne, 3

psychothérapie, 3; 82; 89

 

R

réalité, 2; 4; 13; 14; 16; 23; 25; 26; 27; 28; 43; 48; 92

  • alternée, 25
  • caractère de la, 18
  • consensus de, 13
  • courbure de, 92
  • micro-réalité, 92; 93
  • sociale, 13
  • subjective, 24

régression, 16

relaxation, 15; 22; 32; 34; 81; 92

REM, 18; 19

rêve, 2; 6; 13; 14; 15; 18; 19; 20; 21; 32; 47; 48; 87

  • Dream Culture, 14
  • éveillé, 22; 26; 48; 52; 84
  • dirigé, 88
  • lucide, 18; 19; 20; 87

rite, 11; 89

  • d’icubation, 21
  • de Chöd tibétain, 89
  • de passage, 21; 28
  • de possession, 21
  • début du, 74
  • ouverture du, 72; 89
  • primitif de fertilité, 9
  • sexuel, 77

rituel, 2; 4; 6; 7; 10; 11; 13; 14; 28; 33; 37; 39; 40; 41; 42; 44; 48; 49; 51; 52; 55; 58; 59; 62; 67; 68; 69; 70; 71; 72; 75; 76; 77; 79; 80; 81; 82; 83; 84; 87; 90; 91; 92; 94

  • action du, 78
  • amérindien de la sweat-lodge, voir sweat-lodge, 79
  • but du, 73; 78
  • cadre, 69
  • cérémoniel, 91
  • chamanique, 30; 83
  • chants rituels de la sweat-lodge, 82
  • clôture du, 75
  • cultes rituels, 24
  • d’exécration, 14
  • de bannisement, 81
  • de consécration, 14
  • de dégagement, 14
  • de groupe, 43
  • de l’Eucharistie, 49
  • de la Croix qabalistique, 65; 67
  • de la Golden Dawn, 38; 39; 64; 67; 78; 81; 82
  • de magie sexuelle, 80
  • de protection, 81
  • de purification, 14; 81
  • du Pentagramme, 40
  • gestes du, 42
  • magie du, 52
  • magique, 9; 17
  • meurtre rituel, 9
  • mineur du Pentagramme, 65; 76; 78; 80
  • nom, 72
  • objet, 68; 72; 76
  • ouverture du, 75
  • poignard, 71
  • procédure rituelle, 26
  • squelette du, 40
  • structure du, 4; 91
  • sur les 7 planètes, 49
  • théurgique, 47
  • vêtement, 71
  • wicca, 70

Rose Croix, 38

 

S

sacrifice, 49; 89

sang, 58; 89

science

  • primitive, 8

sensation

  • d’échec, 51
  • d’insécurité, 31
  • de stress, 31
  • d’angoisses, 31
  • de rajeunissement, 24
  • de traverser un long tunnel, 26
  • de victoire, 51
  • extéroceptive, 15
  • intéroceptive, 15
  • physique, 62

Soi, 46

sort, 11; 38; 60; 61; 64

spagyrie, 38; 49; 58

spiritualité aborigène, 14

stimulation(s), 21; 28; 29; 30; 39; 81

  • acoustique, 28; 29; 30; 32
  • auditive, 29; 33
  • de la créativité, 35
  • de la mémoire, 35

sensorielle, 4; 21; 33; 34; 39; 76; 91

sonore, 30

  • visuelle, 28; 29; 32

stress, voir sensations de et état de, 30; 31; 34; 35

stroboscope, 22; 28; 32

subconscient, 44

sudation, voir sweat-lodge, 3

suggestibilité, 15; 24

suggestion, 16; 17; 29; 35

sweat-lodge, voir hutte de sudation, 79; 82

symbole, 44; 45; 69; 78; 79; 80; 84

synchronicité, 56

synchronisation, 70

  • des hémisphères cérébraux, 29; 32; 81

 

T

tambour, 22; 25; 30; 31; 32; 81; 83; 92

Taoïsme, 45

tellurisme, 10; 11

temps, 14; 22; 23; 40; 43; 44; 52; 89

thêta

  • aspect, 20
  • fréquence, 29
  • ondes, 30; 31; 32; 81
  • rythmes, 30
  • signal, 34; 83

théurgie, 45; 46; 47; 48

tradition égyptienne, 50

transcendance, 50

transe, 4; 14; 15; 16; 17; 21; 22; 24; 31; 32; 37; 55; 76

  • auto-hypnotique, 22
  • chamanique, 21
  • de groupe, 21
  • extatique, 22; 24
  • hypnotique, 15; 16
  • orgiastique, 21
  • possessionnelle, 24

transfiguration, 50

 

V

Vajra-Yogini, 89; 90

visualisation, 15; 16; 17; 35; 58; 60; 61; 62; 67; 68; 69; 70; 72; 74; 75; 76; 78; 80; 82; 84; 85; 87; 88; 89; 90

voyage

  • astral, 20
  • chamanique, 26; 27; 87

 

W

Wicca, 38; 69; 70

 

Y

yoga, 16; 32

yogi, 32; 43

 

Z

zen, 32

  • méditation, 3

 

INDEX DES PERSONNES

 

A

Adler, 44

 

B

Bardon, F., 88

Bourguignon, 24

 

C

Crowley, A., 62; 77

 

F

Frazer, J., 8

Freud, S., 44

 

H

Hardy, C., 15; 18; 24; 92

Harner, M., 25; 30

Hearne, K., 18

 

J

Jilek, W., 30; 31; 32

Jung, C.G., 44; 56; 88

 

L

La Berge, S., 19

Lapassade, 24

Ludwig, A. M., 21; 24; 83

 

M

Manoury, P., 70

Markale, Jean, 10

Monroe, R., 33; 34; 35; 83

 

N

Neher, A., 29; 30; 31; 32; 81

 

O

Ormestad, 31

 

R

Reich, W., 44

 

S

Silva, J., 88

Simonton, C., 88

 

T

Tart, C., 13; 15; 25; 92

 

W

Walter, W. G., 28

 

 

 

INDEX DES LIEUX ET DES ETHNIES

 

A

Aborigènes, 14

Alsace, 39

Amérique du Sud, 25

Angleterre, 18

Australie, 14

 

C

Caroline du Nord, 34

E

Égypte, 45

 

H

Hull , Université de, 18

 

J

Jivaros, 25

S

Salish, 30; 31

sioux-lakota, voir sweat-lodge, 3; 79

Stanford, Université de, 19

Strasbourg, 38

T

Tibétains, 55

 

V

Virginie, 34

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

OUVRAGES GÉNÉRAUX

Antebi (Elisabeth), Ave Lucifer, Paris, Ed. Calman-Lévy, 1970, 316 pages.

Atkinson (William Walker), La Force-Pensée. Son Action et son Rôle dans la Vie, Paris, Henri Durville Editeur, (s. d.), 110 pages.

Bandler (Richard), Un Cerveau pour Changer – La Programmation Neuro-Linguistique, Paris, InterEditions, 1990, 230 pages.

Bardon (Franz), Le Chemin de la Vraie Initiation Magique, Wuppertal, Dieter Rüggeberg Verlag, 1981, 348 pages.

Berger (Lutz) et Pieper (Werner), Braintech, Mind Machines und Bewußtsein, Löhrbach, Der Grüne Zweig 133, 1989, 176 pages, ouvrage collectif.

Blofeld (John), Le Bouddhisme Tantrique au Tibet, Paris, Ed. du Seuil, 1976, 314 pages, coll. « Points Sagesses ».

Bourgine (Jérôme), Le Voyage Astral, Monaco, Ed. du Rocher, 1993, 370 pages.

Bourne (Lois), Autobiographie einer Hexe, München, Knaur, 1987, 270 pages, préface de Colin Wilson.

Bozzano (Ernesto), Übersinnliche Erscheinungen bei Naturvölkern, Freiburg Im Breisgau, Aurum Verlag, 1975, 324 pages.

Buttler (W.E.), Die Hohe Schule der Magie, Freiburg im Breisgau, Hermann Bauer Verlag, 1989, 348 pages, quatrième édition.

Castaneda (Carlos), L’Herbe du Diable et la Petite Fumée, Paris, Christian Bourgeois Editeur, 1984, 264 pages.

Cudicio (Catherine), Maîriser l’art de la PNL – Programmation Neuro-Linguistique, Paris, Les Editions d’Organisation, 1988, 302 pages.

Denieul (Anne), Le Sorcier Assassiné. Jeteurs de Sorts d’Hier, Chamans et Chercheurs d’Aujourd’hui, Paris, Librairie Académique Perrin, 1981, 296 pages.

Eliade (Mircéa), La Chamanisme et les Techniques Archaïques de l’Extase, Paris, Payot, 1974, 406 pages, deuxième édition revue et augmentée, Coll. « Payothèque ».

Eliade (Mircéa), Mythes, Rêves et Mystères, Paris, Ed. Gallimard, 1957, 282 pages, Coll. « Idées ».

Eliade (Mircéa), Occultisme, Sorcellerie et Modes Culturelles, Paris, Ed. Gallimard, 1978, 192 pages, Coll. « Les Essais ».

Eliade (Mircea), Religions Australiennes, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1972, 200 pages.

Epstein (Gérald), Visualisations de Guérison, Onex-Genève, Editions Jouvence, 1991, 186 pages.

Erickson (Milton H.), L’Hypnose Thérapeutique, Paris, ESF Editeur, 1990, 208 pages.

Erickson (Milton H.), Ma voix t’accompagnera, Paris, Hommes et Groupes Editeurs, 1986, 258 pages.

Favret-Saada (Jeanne) et Contreras (Josée), Corps pour Corps. Enquête sur la Sorcellerie dans le Bocage, Paris, Ed. Gallimard, 1981, 370 pages, Coll. « Témoins ».

Favret-Saada (Jeanne), Les Mots, la Mort, les Sorts. La Sorcellerie dans le Bocage, Paris, Ed. Gallimard, 1977, 332 pages, Coll. « Bibliothèque des Sciences Humaines ».

Finné (Jacques), Érotisme et Sorcellerie, Verviers, Bibliothèque Marabout, 1972, 310 pages.

Garinet (Jules), La Sorcellerie en France. Histoire de la Magie jusqu’au XIXème siècle, Genève, Ed. de Crémille, 1970, 252 pages.

Gerber (Richard), Vibrational Medicine, Santa Fe, Bear & Company, 1988, 560 pages, 33 illustrations et tableaux.

Givry (Grillot de), Le Musée des Sorciers, Mages et Alchimistes, Paris, Ed. Tchou, 1966, 424 pages.

Guaita (Stanislas de), La Magie Noire, Paris, Henri Durville Editeur, 1967, 848 pages.

Guénon (René), Les États Multiples de l’Être, Paris, Ed. Véga, 1973, 108 pages, quatrième édition.

Hardy (Christine), L’Après-Vie à l’Épreuve de la Science, Monaco, Ed. du Rocher, 1986, 306 pages.

Hardy (Christine), La Science et les États Frontières, Monaco, Ed. du Rocher, 1988, 264 pages.

Harner (Michael), Chamane. Les Secrets d’un Sorcier Indien d’Amérique du Nord, Paris, Ed. Albin Michel, 1982, 232 pages, Coll. « Expérience Intérieure ».

Hocart (Arthur Maurice), Le Mythe Sorcier, Paris, Payot, 1973 pour l’édition française, 264 pages, préface de Rodney Needham.

Holler (Johannes), Das Neue Gehirn – Ganzheitliche Gehirnforschung und neue Medizin – Theorien, Modelle, Aktueller Forschungstand, Südergellersen, Verlag Bruno Martin, 1991, 480 pages, deuxième édition.

Huson (Paul), Guide Pratique des Sorciers, Sorcières et Couvents de Sorciers, Paris, Ed. Fayard, 1975, 266 pages.

Hutchison (Michael), Megabrain – Geist und Machine, Bâle, Ed. Sphinx, 1990, 390 pages, deuxième édition revue et augmentée.

Hutin (Serge), Aleister Crowley, Verviers, Bibliothèque Marabout, 1973, 184 pages.

J.B., Manuel de Magie Pratique, Paris, Ed. Niclaus, 1941, 254 pages, préface de Robert Ambelain, ouvrage illustré de douze dessins de Georges Tainturier.

Jagot (Paul-C.), Science Occulte et Magie Pratique, Paris, Ed. Dangles, 1951, 318 pages, édition remaniée et considérablement augmentée.

Jong (Erica), Sorcières, Paris, Ed. Albin Michel, 1977, 172 pages.

Jung (Carl Gustav), L’Homme et ses Symboles, Paris Ed. Robert Laffont, 1964, 320 pages, ouvrage collectif.

King (Francis), Magie, Aspects de la Tradition Occidentale, Paris, Ed. du Seuil, 1975, 130 pages.

Klaus (Heinrich), Heilung und Selbstheilung durch Imagineering, München, Goldmann Verlag, 1990, 186 pages.

Manoury (Pierre), Traité Pratique de Magie Sexuelle, Paris, Ed. Librairie de l’Inconnu, 1989, 304 pages.

Markale (Jean), Les Mystères de la Sorcellerie, Paris, Ed. Pygmalion, 1992, 304 pages.

Mercier (Mario), Chamanisme et Chamans. Le Vécu dans l’Expérience Magique, Paris, Pierre Belfond Editeur, 1977, 182 pages, Coll. « Initiation et Connaissance ».

Mercier (Mario), La Nature et le Sacré. Initiation Chamanique et Magie Naturelle, St Jean De Braye, Editions Dangles, 1983, 170 pages, Coll. « Horizons Esotériques ».

Monceaux (René-Henri), La Vie Mystérieuse des Champignons Sauvages, Paris, Ed. Stock, 1966, 254 pages, 56 planches photos, coll. « Les Livres de Nature ».

Montaigu (Louis), Panorama de l’Art du Sorcier, Pantin, Ed. Les Textes Essentiels, 1979, 190 pages.

Moody (Raymond), La Vie après la Vie, Paris, Ed. Robert Laffont, 1977, 206 pages, coll. « Les Enigmes de l’Univers ».

Moody (Raymond), Lumière de l’Au-delà, Paris, Ed. Robert Laffont, 1988, 204 pages, coll. « Les Enigmes de l’Univers ».

Moody (Raymond), Lumières Nouvelles sur la Vie après la Vie, Paris, Ed. Robert Laffont, 1978, 186 pages, coll. « Les Enigmes de l’Univers ».

Morelle (Paul), Histoire de la Sorcellerie, Paris, Richard Masse Editeur, 1946, 126 pages, huit reproductions hors-texte, Coll. « Triptyque ».

Nathan (Tobie), Le Sperme du Diable, Paris, Presses Universitaires de France, 1988, 216 pages, Coll. « Les Champs de la Santé ».

Nicholson (Shirley), Anthologie du Chamanisme. Vers une Conscience Elargie de la Réalité, Aix en Provence, Editions Le Mail, 1991, 342 pages, Ouvrage collectif.

Piob (P.-V.), Formulaire de Haute Magie, Paris, Librairie Astro-Esotérique, 1937, 358 pages, nouvelle édition.

Poirier (Jean), Ethnologie Générale, Paris, Ed. Gallimard, 1968, 1908 pages, 94 illustrations, Préface de Jean Poirier, ouvrage collectif, coll. « Encyclopédie de la Pléiade ».

Rony (Jérôme-Antoine), La Magie, Paris, Presses Universitaires de France, 1963, 128 pages, Coll. « Que sais-je ».

Ruggiu (Jean-Pascal), Les Rituels Magiques de l’Ordre Hermétique de la Golden Dawn, Paris, Ed. Télètes, 1990, 184 pages.

Rushkoff (Douglas) et Wells (Patrick), How to Get High without Drugs, New York, Dell Publishing, 1991, 216 pages.

Seligmann (Kur), Das Weltreich der Magie – 5000 Jahre Geheime Kunst, Eltville am Rhein, Bechtermünz Verlag, 1988, 422 pages, 233 illustrations.

Shoral, Les Forces Magiques. Etudes Archéométriques, Paris, Henri Durville Editeur, (s. d.), 162 pages.

Silva (José) et Miele (Philip), Silva Mind Control, München, Wilhelm Heyne Verlag, 1992, 254 pages, quatrième édition.

Smedt (Marc de), L’Europe Païenne. Grecs, Romains, Celtes, Scandinaves, Germains, Slaves…, Paris, Ed. Seghers, 1980, 368 pages, Ouvrage collectif, Coll. « Mémoire Vive ».

Tart (Charles T.), Altered States of Consciousness, San Francisco, HarperCollins Publishers, 1990, 692 pages, troisième édition revue et augmentée.

Thurnwald (Richard), L’Esprit Humain, Paris, Payot, 1953, 344 pages.

Ushte (Tahca) et Erdoes (Richard), De Mémoire Indienne, Paris, Librairie Plon, 1985, 380 pages, 20 illustrations in texte et 33 illustrations hors texte, nouvelle édition revue, corrigée et augmentée d’une postface, d’un index et de débats et critiques, coll. « Terre Humaine ».

Vazeilles (Danièle), Les Chamanes, s.l., Les Editions du Cerf, 1991, 126 pages.

Volta (Ornella), Guide de l’Au-delà, Paris, Ed. Balland, 1972, 342 pages.

Wilson (Colin), L’Occulte, Histoire de la Magie, Paris, Editions J’Ai Lu, 1973, 348 pages, Tome 1, Coll. « L’Aventure Mystérieuse ».

Wilson (Colin), L’Occulte, Les Pouvoirs Latents de l’Homme, Paris, Editions J’Ai Lu, 1973, 312 pages, Tome 2, Coll. « L’Aventure Mystérieuse ».

DICTIONNAIRES

Chevalier (Jean) et Gheerbrant (Alain), Dictionnaire des Symboles. Mythes, Rêves, Coutumes, Gestes, Formes, Figures, Couleurs, Nombres, Paris, Ed. Robert Laffont, 1982, 1062 pages, édition revue et augmentée, Coll. « Bouquins ».

Le Catalogue des Ressources Volume 3, Paris, Éditions Librairies Alternatives et Parallèles, 1978, 808 pages.

Le Petit Larousse – Dictionnaire encyclopédique, Paris, Larousse, 1992, 1872 pages, 3600 illustrations, 285 cartes, atlas géographique et historique, chronologie universelle.

Panoff (Michel) et Perrin (Michel), Dictionnaire de l’Ethnologie, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1973, 294 pages.

Thiollier (Marguerite-Marie), Dictionnaire des Religions, Verviers, Ed. Marabout, 1982, 384 pages, Coll. « Marabout Université ».

Tondriau (Julien) et Villeneuve (Roland), Dictionnaire du Diable et de la Démonologie, Verviers, Ed. Marabout, 1968, 336 pages, Coll. « Marabout Université ».

Tondriau (Julien), L’Occultisme. Panorama Critique et Historique. Dictionnaire des personnages, des mots-clés et des symboles, Verviers, Ed. Marabout, 1964, 272 pages, Coll. « Marabout Université ».

ARTICLES et REVUES

AHA, Das Magazin des Neuen Äons, Bergen, février 1992, n°2, 76 pages.

Baphomet’s Merkur, Zeitschrift für Magie, Hexentum und Schamanismus, München, 1992, n°3, 32 pages.

Focus Newsletter – Informationsmedium für Bewußtseinskultur, Wien, quatrième trimestre 1992 ; n°4, premier trimestre 1993, n°1 ; deuxième trimestre 1993, n°2, 18 pages.

Le Petit Philosophe de la Nature, Bulletin des Philosophes de la Nature, La Garenne Colombes, mensuel, 1984-1992, n° 13-101.

Metathron – Zeitschrift für Magie, München, premier trimestre 1993, n°3, 60 pages.

Moïra, Bulletin du Cercle du Dragon, Bordeaux, printemps 1992, n°5 ; été 1992, n°6 ; automne 1992, n°7, hiver 1992, n°8.

« La Magie », La Tour Saint Jacques, Paris, juillet-décembre 1957, numéro 11/12, numéro spécial magie.

« Sorciers des Métropoles », Nouvelle Revue d’Ethnopsychiatrie, Grenoble, 3ème trimestre 1987, numéro 8/9, 208 pages, éditorial de Tobie Nathan.

Bauer (Wolfgang), Duerr (Hans Peter) et Mandel (Michael), « Ein Gespräch mit Hans Peter Duerr über Zauberpflanzen », Integration, Zeitschrift für geistbewegende Pflanzen und Kultur, Eschenau, 1991, n°1, pages 10-17.

Casgha (Jean-Yves) et Oger (Armelle), « La France Ensorcelée », VSD, Paris, semaine du 31/08 au 06/09/1990, numéro 626, pages 44-51.

Giger (Andreas), « Chaos im Hirn », Esotera, Neue Dimension des Bewußtseins, Freiburg im Brisgau, décembre 1988, pages 30-34.

Kerforne, (Philippe), « La Vie rêvée des Aborigènes d’Australie », L’Autre Monde, Paris, deuxième trimestre 1993, n°133, spécial le rêve dans tous ses états, pages 64-67.

Meyer (Jean), « Notes sur l’Epistémologie des Etats de Conscience Supérieurs dans la Tradition Chétienne d’Orient et d’Occident », L’Ethnologie à Strasbourg, Strasbourg, décembre 1990, n°10, pages 1-28.

Navet (Eric), « Les Ojibway et l’Amanite Tue-Mouche (Amanita Muscaria) – Pour une Ethnomycologie des Indiens d’Amérique du Nord », s.l.n.d., Société des Américanistes, pages 163-180.

Storl (Wolf-Dieter), « Hexenkraüter wirken wirklich », Esotera, Neue Dimension des Bewußtseins, Freiburg im Brisgau, décembre 1988, pages 56-61.

 

 

CONCLUSION

                Il se dégage de cette étude que la magie et la sorcellerie rituéliques occidentales impliquent une structure et un savoir-faire hautement élaboré dans le domaine du contrôle des ENOCs.

                Les recherches récentes ont permis de mieux comprendre les phénomènes ENOCs et, en conséquence, de mieux appréhender les modifications des états de conscience pendant les rituels impliquant certaines techniques comme la méditation, la relaxation, le rythme du tambour, etc…

                Les recherches ne font que débuter.

                Christine Hardy1 Christine Hardy, op. cit., pages 246-251. , dans la conclusion de son ouvrage, met en lumière, d’après les conclusions des parapsychologues américains, le rôle des micro-réalités sur les individus et les groupes de personnes. Charles Tart considère que la réalité est due à un consensus social général composé d’une multitude de micro-consensus sociaux, qui, chacun, créent une micro-réalité. Chaque individu intègre différents états de consciences modifiés qui correspondent chacun à une réalité spécifique. Et chaque état modifié est structuré comme une micro-réalité. Ces micro-réalités semblent avoir tendance à se « courber », d’après les parapsychologues, dans le sens des croyances et des représentations des sujets. Christine Hardy ajoute :

            « Bien sûr, la possibilité de courber la réalité peut se passer à divers échelons. Un état modifié peut avoir cet effet sur la micro-réalité impliquée par cet état ; mais si un être vit en permanence dans un état de méditation et que sa personnalité soit très cohérente, alors la réalité qu’il confronte est «courbée» en permanence dans le sens même de sa cohérence. De même, si cet être commence à attirer un groupe de disciples, c’est la micro-réalité du groupe entier qui va être «courbée» de la même manière. » 2 ibid., page 250

                Il semble que ces notions modernes de micro-réalités et de « courbures » de la réalité soient, à quelque niveau, perçues par les mages et les sorciers occidentaux comme étant opératives. Ce qui est plus intéressant encore, est qu’ils semblent posséder des techniques pour manipuler ces micro-réalités, pour tenter de les faire « courber » dans le sens de leur volonté et de leurs désirs. Ceci n’implique, par ailleurs, absolument aucune nécessité d’efficacité sur le plan matériel.

                De ce qui précède il découle que le domaine des ENOCs est prometteur concernant une meilleure connaissance du psychisme humain et de ses potentialités, et malgré l’intérêt que portent certains chercheurs à ce domaine, il est à regretter que si peu d’études aient été réalisées pendant ces dix dernières années, alors qu’en neurophysiologie, pour citer les dernières recherches concernant le cerveau humain3 Capacité de régénération du cerveau (plasticité) ; capacité de modification des trajets neuronaux ; chimie cérébrale ; théorie holographique (David Böhm, Karl H. Pribram) ; théorie du chaos (Ilya Prigogine) ; théorie du multimind (Robert Ornstein) (personnalités multiples simultanées) ; apprentissage accéléré ; etc… , le bond en avant est révolutionnaire.

                Il est clair que l’étude des ENOCs en situation rituélique à l’aide d’appareillages modernes (EEG, EMG, EOG, biofeedback 4 « Le terme feedback signifie un renvoi de l’information, sous quelque forme que ce soit (par un son, un graphe, des chiffres, un encouragement, etc.). Le biofeedback fait donc référence à un système qui permet au sujet, dont une mesure physiologique est prise, de recevoir un signal qui lui donne une certaine information sur l’évolution de cette mesure au cours du temps. Le biofeedback peut donc s’appliquer à toute mesure physiologique : tension musculaire, battements de coeur, etc. ». Christine Hardy, op. cit., page 130. ,…) paraît difficile à réaliser. Néanmoins, cela se doit d’être tenté.

                Il paraît évident que c’est là le rôle de l’ethnologue, en collaboration avec d’autres chercheurs de disciplines voisines, de mener à bien ces recherches dans ce domaine des ENOCs.

                Magie, sorcellerie, chamanisme… ce sont des champs centraux et privilégiés de l’ethnologie depuis les origines de la discipline. L’importance que vont revêtir ces domaines dans les années à venir ne doit pas lui échapper.

                Ce mémoire ne peut être qu’une introduction à la problématique des changements d’états de conscience dans les rituels magiques et sorciers d’Occident. Il n’a pas été possible de rencontrer beaucoup de sorciers et magiciens acceptant de se dévoiler, de parler de leurs intimes expériences, ce qui restreint le champ d’investigation.

                Il aurait fallu, pour être réellement démonstratif, mesurer les ondes cérébrales de Alex et de Maxime en situation. Cela est resté au stade du désir. Car, ni de mon côté – ne disposant pas de l’appareillage – ni du côté des informateurs – Maxime n’ayant même pas accepté ma présence à l’un de ses rituels – il n’a été envisageable de tenter cette expérience.

                J’espère que cela se fera. Car les perspectives semblent, à plus d’un point de vue, prometteuses… [Et bien, cela ne s’est pas fait, NdA 08-2019]

ANALYSE DES DONNÉES

Les éléments – les formes – les couleurs

                Alex les évoque. Plus particulièrement l’élément air auquel il attribue un rôle de vecteur. L’élément air transmet la lumière, les odeurs, les sons, les symboles.

                La lumière : c’est le domaine visuel qui comporte les formes et les couleurs. Les formes ce sont les symboles qui peuvent être soit tracés dans l’air, donc immatériels, soit tracés sur le sol, sur les murs, au plafond, donc matériels. Les couleurs animent les formes. Les couleurs seront soit visualisées, soit matérialisées.

                Formes et couleurs ont un sens symbolique propre au système de référence du mage ou du sorcier. Leur rôle, au delà de ce sens symbolique, est de soutenir l’action du rituel. Couleurs et formes sont généralement en relation avec le but du rituel. En ce sens, elles sont censées générer une action sur le psychisme de l’officiant pour le soutenir dans sa démarche rituelle. C’est un code, un langage qui va informer le psychisme. Dans un rituel de la Golden Dawn comme le Rituel Mineur du Pentagramme, l’ensemble des codes du rituel doit provoquer un état psychique particulier, connu et désiré. C’est un conditionnement, et Alex nous décrit très bien ceci. Chaque couleur, chaque forme à une signification et renvoie à un état de conscience particulier. La combinaison et l’ordre d’exécution des symboles et des visualisations provoque donc automatiquement l’émergence de l’état de conscience désiré.

                Les éléments sont associés à des couleurs :

  • est = jaune d’or ;
  • sud = rouge vif ;
  • ouest = bleu ;
  • nord = vert.

Et à des points cardinaux :

  • Air = est ;
  • Feu = sud ;
  • Eau = ouest ;
  • Terre = nord.

Les éléments et les points cardinaux forment un espace délimité : un carré dont chaque élément est un coin. Ce carré est construit à partir d’un cercle : c’est l’officiant qui pivote sur lui-même avec sa dague ou son épée.

                Ces couleurs sont un système. Et aussi une convention. D’autres rituels utilisent aussi ce système des quatre points cardinaux associés à des couleurs. Dans le rituel amérindien de la sweat-lodge sioux-lakota, les quatre points cardinaux sont matérialisés, sur des perches, par des bandes de tissu coloré. La disposition est la suivante :

  • est = jaune ;
  • nord = rouge ;
  • ouest = noir ;
  • sud = blanc.

Avec , en plus :

  • bleu pour le haut et
  • vert ou brun pour le bas.

                En tant que tels, les couleurs et les symboles qu’ils représentent ne semblent pas avoir d’effet direct sur le psychisme de l’opérateur. On peut penser que c’est plutôt le conditionnement qui les sous-tend qui prédispose à un changement d’état de conscience. Il faudrait vérifier ce fait. Cette vérification se heurte à plusieurs écueils : le premier est qu’il est difficile d’isoler une modalité dans un rituel complexe ; le second : il faut trouver un mage ou sorcier acceptant de servir de sujet d’expérience. 

                En tout état de cause, les couleurs, en tant que telles semblent avoir une certaine influence sur le comportement humain. De nombreuses études en psychologie ont montré ce fait.

                Dans un rituel, de nombreuses couleurs interviennent, changent et se modifient, les visualisations sont mouvantes, vivantes, se succèdent. Il sera difficile d’isoler un effet, d’autant plus que c’est l’interpénétration des différentes influences qui conditionnent le résultat, sans compter le facteur humain non négligeable dans un cas de ce type.

                Pour conclure, je dirai que formes et couleurs sont un support au travail magique et sorcier en ce sens qu’elles focalisent l’attention consciente du mental des opérateurs

Le cercle – Symbole de protection

                Le cercle magique est omniprésent dans le discours des informateurs. Dans le Rituel Mineur du Pentagramme de la Golden Dawn, le cercle est tracé par l’officiant en pointant sa dague vers les quatre points cardinaux. Dans le rituel de magie sexuelle, il est matérialisé à l’aide d’une corde.

                Maxime utilise une corde de chanvre pour matérialiser son cercle magique.

                Le cercle magique peut être aussi uniquement visualisé, il n’a pas forcément besoin d’être tracé sur le sol. Il est toujours présent. Il symbolise un univers clos, un univers protégé, c’est une barrière entre l’homme et le chaos ou entre l’homme et ses démons intérieurs. C’est une construction mentale qui permet de se protéger de forces inconscientes ou/et d’influences négatives provenant de certains plans de l' »Invisible ».

                En ce sens, le cercle magique est une composante indispensable au bon déroulement du rituel. C’est un préliminaire au changement d’état de conscience, une sorte de périmètre de sécurité. À noter que les rituels de bannissement, de protection et de purification ont ce même rôle. En général, ils précèdent le rituel principal.

Les sons

                Les sons jouent un rôle important. Les sons sont des vibrations qui se mesurent en hertz, comme nous l’avons déjà vu plus haut. Dans la première partie, il a été question des tambours et de stimulations répétées et monotones provoquant des effets sur le cerveau, une réponse au niveau des ondes cérébrales. Les tambours de l’expérience de A. Neher avaient une fréquence variant entre 3 et 8 hertz, ce qui correspond aux ondes Thêta : un état de relaxation comme celui que nous vivons pendant le sommeil. Le niveau sonore et l’intensité des tambours finissent par provoquer une réponse cérébrale dans le sens d’une mise en phase des ondes cérébrales et d’une synchronisation des deux hémisphères.

                Dans les rituels occidentaux, il n’y pas de tambours. Mais il y a les sons de voyelles, les vibrations des noms divins, les psalmodies et les récitations diverses. Ceux-ci sont émis à basse fréquence. Ils provoquent une résonance à l’intérieur du corps. Dans les rituels de la Golden Dawn par exemple, ils sont émis en groupe et prennent donc une certaine ampleur. La répétition induit aussi un aspect cyclique dans la récitation des incantations. D’autre part, un aspect rythmé, parfois presque chanté, dans le déroulement des mots, induit un certain état hypnotique.

                Ces psalmodies sont accompagnées des visualisations des lettres de l’alphabet hébreux ou énochéen dans les rituels de la Golden Dawn. Ces visualisations amplifient l’effet sonore : « … il faut les amplifier par tout un exercice imaginatif… ».

                Il est bon de rappeler ici l’énorme importance des chants et des psalmodies dans tous les rituels. Il n’est pas un lieu où cette technique n’est pas utilisée. Les chants tibétains sont célèbres, leurs vibrations sont profondes ; les chants liturgiques, également ; les chants des rituels de la sweat-lodge ou de la danse du soleil ; etc…

                Ce qui importe, dans ces techniques est, d’un côté, le son en lui-même (un chant cyclique répété pendant des heures, par exemple) ; ou alors sa répétition, sa monotonie (un long texte en latin — en sorcellerie et en magie, c’est fréquent : des psaumes ou l’évangile de Saint-Jean…— ; une récitation de noms divins…).

                Il est encore un autre aspect à évoquer, c’est celui de l’exercice respiratoire engendré par les chants et les psalmodie. Ces techniques forcent l’organisme à s’oxygéner, à se ventiler. On sait que les techniques d’hyperventilation provoquent des effets psychiques, des libérations émotionnelles. Elles sont d’ailleurs utilisées dans nos psychothérapies modernes. La combinaison des rythmes respiratoires et des sons émis par l’organisme forment donc un ensemble indissociable. 

                Une autre technique est celle des cris, des hurlements. On a vu que Maxime utilisait un hurlement ou un cri pour éjecter toute l’énergie émotionnelle accumulée en lui. C’est une libération des forces. De même dans la magie sexuelle, où l’effort physique de l’acte sexuel prolongé provoque des états non ordinaires de conscience (Cf. plus haut la classification de Arnold M. Ludwig).

                Ces chants peuvent être accompagnés de musique. Dans ce cas, elle sera souvent un support, un accompagnement, ou une rupture (clochettes, gongs… pour la magie et la sorcellerie occidentales). Dans les rituels chamaniques, par contre, la musique est plus développée : tambours, instruments à vent, à cordes… Ils s’agit parfois de véritables orchestres avec nombre de musiciens.

                Ici encore, sons et chants focalisent l’attention de la conscience et portent les opérateurs vers un état non ordinaire de conscience.

La gestuelle

                La musique et les rythmes nous amènent tout naturellement à évoquer les mouvements, la gestuelle, la danse.

                Nous avons vu plus haut qu’un état de conscience modifié particulier avait été obtenu par Robert Monroe en mélangeant des signaux Bêta et Thêta : un état de veille combiné à un état de sommeil.

                Il est vraisemblable que les rituels utilisent une technique différente mais qui obtienne peut-être ce genre d’états modifiés de conscience.

                En effet, si les sons des psalmodies et des chants, combinés aux formes, aux couleurs et aux visualisations conduisent à un état de conscience plutôt proche d’un état second, le fait de devoir effectuer des gestes précis, selon un ordre déterminé, demande une certaine vigilance, même s’ils sont automatisés (en magie sexuelle, l’acte, à priori, ne peut être complètement automatisé). Nous savons tous que nous n’avons nul besoin de réfléchir à nos actes quand nous conduisons une automobile. De même, l’opérateur en magie a bien intégré sa gestuelle. Le fait de devoir se mouvoir, faire des gestes, chanter, parler, s’accoupler suppose une certaine tonicité du corps. Le corps ne dort donc pas, et l’esprit est ailleurs :

            « … je suis sorti de mon corps, je le vois, et c’est comme si j’étais autour de mon corps. Et je vois mon corps en train d’opérer. C’est assez difficile à exprimer, il faut l’expérimenter. »

                L’esprit est ailleurs, dans un autre espace, et le conscient est occupé, fasciné par le rituel : les bougies, les couleurs, les symboles, les chants, l’encens, les corps…

Le déplacement de la conscience

                Pour Alex, il se passe à ce moment un déplacement de la conscience, ou plutôt d’une certaine conscience, car nous ne savons pas ce qui se passe exactement. Il se voit en train d’effectuer le rituel, il qualifie cet état de rêve éveillé. Ses perceptions sont différentes, sa vue est autre :

            « … j’ai une vision globale de la pièce. Les choses ne restent pas ce qu’elles sont. Elles sont effectivement distordues. Mais pas dans un sens grotesque ou quoi que ce soit, mais dans un sens anobli. »

                Cette perception visuelle modifiée est à mettre en relation avec les perceptions provoquées par les drogues hallucinogènes. Ces modifications de la géométrie spatiale, le changement d’éclat des couleurs, la vision globale… sont des caractéristiques des changements d’états de conscience. On retrouve ces caractéristiques visuelles également dans certains comptes rendu de récits de voyages chamaniques.

                Il semble que la technique du déplacement de conscience soit largement utilisée dans les processus de visualisation. Maxime nous explique clairement cela :

            « À ce moment, on commence la visualisation. Il faut visualiser la scène qui représente le résultat de l’opération magique. Il faut voir cela devant soi, en couleurs et en trois dimensions. Il faut arriver à ce que la scène soit la plus réelle possible, en mouvements. Ensuite, il faut se projeter dedans. C’est un déplacement de la conscience. On se projette dedans et on la vit. En même temps, on fait monter les émotions, il faut que l’énergie monte, il faut sentir la tension, en soi. »

                Voici un exercice de visualisation extrait d’un traité de magie moderne 1 Franz Bardon, Le Chemin de la Vraie Initiation Magique, Wuppertal, Dieter Rüggeberg Verlag, 1981, page 85. :

            « Posez quelques objets devant vous, par exemple, un couteau, une fourchette, un étui à cigarettes, un crayon, une boîte d’allumettes, et fixez un moment un de ces objets. Observez exactement sa forme et sa couleur. Fermez ensuite les yeux et essayez de vous représenter cet objet de manière plastique, tel qu’il apparaît en réalité. S’il disparaît de votre imagination, efforcez-vous de l’y faire réapparaître. Au début, vous ne réussirez cet exercice que quelques secondes, mais en persévérant et en le répétant, l’objet apparaîtra de plus en plus distinctement, et, d’un exercice à l’autre, sa disparition et sa réapparition sera de plus en plus rare. […] Au commencement, ne vous exercez pas pendant plus de dix minutes, prolongez cependant peu à peu le temps de l’exercice jusqu’à une demi-heure. […] L’exercice est réussi quand on est en mesure de se représenter un objet sans interruption pendant cinq minutes. Est-on arrivé à ce point, on peut alors imaginer le objets les yeux ouverts. Ils doivent apparaître comme suspendus en l’air et à ce point en relief qu’ils soient presque saisissables. On ne doit apercevoir que l’objet imaginé, rien de son entourage. […] Si l’on est en mesure de se représenter en relief un objet suspendu en l’air pendant cinq minutes et sans le moindre dérangement, l’exercice est accompli. »

                Voici un autre exercice concernant cette fois-ci un déplacement de conscience 2 ibid., pages 214-215. :

            « Vous observez dans le miroir votre image pendant quelques minutes, vous fermez ensuite les yeux et vous vous représentez en esprit votre image de façon très précise. Si vous pouvez graver dans votre esprit exactement tous les traits de votre image, vous pouvez continuer. […] Avez-vous réussi après d’autres exercices à vous représenter fidèlement votre image, transférez ensuite votre conscience dans votre image de façon à ce que vous vous sentiez personnellement en elle. Ce transfert de la conscience a pour but d’apprendre à observer votre corps de votre image. Si vous y parvenez avec succès, essayez d’observer de votre image les objets visibles dans le miroir. Parce qu’au début, cela vous sera très difficile, vous pouvez vous aider de votre imagination et vous représenter consciencieusement les objets se trouvant à votre proximité. Avec le temps, vous réussirez aisément, aussitôt après la transposition, à tout apercevoir aussi bien que si vous observiez avec les yeux physiques. »

                De la visualisation et du déplacement de la conscience à la sortie hors du corps, il n’y a qu’un pas qui nous ramène au voyage chamanique, où le chaman visite d’autres contrées inaccessibles à l’humain ordinaire, ou, peut-être, faudrait-il plutôt dire, à notre état de conscience ordinaire.

                Car le rêve, en quelque sorte, est aussi un déplacement de la conscience à la seule différence qu’il n’est pas volontaire. Le rêve lucide se rapprocherait déjà plus d’une OBE à la restriction que le rêve commence de façon naturelle et qu’il est contrôlé par la suite.

                Pour conclure ce paragraphe, il se dégage des remarques précédentes que le mage et le sorcier opèrent un acte volontaire pour changer d’état de conscience. Qu’ils utilisent divers moyens pour arriver à ce but et que le rituel est un instrument pour y arriver.

La visualisation

                Je l’ai déjà évoquée dans le paragraphe précédent où j’ai exposé son importance dans le rituel.

                Ici, j’aimerai mettre l’accent sur une autre facette de la visualisation pour montrer à quel point elle est centrale dans tout travail magique ou sorcier.

                Maxime nous a expliqué qu’aujourd’hui il pratiquait ses rituels dans son lit, qu’il utilisait ce qu’il appelle la descente chamanique et le phénomène de rupture.

                C’est un rituel composé uniquement d’une visualisation à l’état pur, par la seule maîtrise de l’imagination et de la volonté. Cela montre à quel point l’esprit de l’opérateur dirige tout le processus.

                Il existe une méthode américaine de visualisation, mise au point par José Silva 3 José Silva, Silva Mind Control, München, Wilhelm Heyne Verlag, 1992, 254 pages. dans les années 1950, qui se base sur la visualisation pour contrôler le mental et pour en obtenir de nombreux bénéfices. Cette technique est basée sur l’auto-hypnose, et elle a ceci d’intéressant, qu’elle ressemble assez curieusement à certaines techniques magiques — comme celles de Franz Bardon, par exemple — en étant toutefois dépouillée de tout le discours et de tout le symbolisme ésotérique. Elle se résume en une série d’exercices mentaux faciles à mettre en oeuvre et accessibles à la majorité des personnes.

                C’est la combinaison de deux facteurs qui permettent ces visualisations : l’auto-hypnose et le calme mental (qui induisent la prédominance des ondes alpha).

                L’utilisation de la visualisation est assez répandue dans le monde des psychothérapeutes. Le Dr Carl Simonton4 « … dans la méthode Simonton pour soigner le cancer, on demande au patient en personne de visualiser sa maladie, pour ensuite la combattre. La visualisation de la maladie est une technique chamanique qui fut redécouverte de manière indépendante par les Simonton. Mais pour qu’il s’agisse vraiment de chamanisme, il faudrait qu’un chaman soit présent pour visualiser la maladie de façon encore plus nette. » Michael Harner, Anthologie du Chamanisme, op. cit., page 38. l’utilise pour aider ses malades à prendre en charge leur guérison, par exemple ; ou la Programmation-Neuro-Linguistique, également ; et les techniques de rêve éveillé dirigé (dérivées du concept d’imagination active de C. G. Jung)…

                Ces techniques de visualisations impliquent toujours un effort de volonté et d’imagination de la part des sujets. La pratique quotidienne et régulière améliore cette faculté et permet d’obtenir des images d’une forte intensité dans lesquelles on peut se projeter et qui semblent réelles. Cela fonctionne et peut s’appliquer dans de nombreux domaines. Par exemple la guérison : le sujet visualise sa maladie et s’imagine un combat contre les microbes ou les virus envahisseurs, il les combat virtuellement et les extermine. Ce genre de visualisation améliore les capacités de guérison, d’après certains témoignages.

                En psychothérapie, le procédé est analogue.

                Pour montrer la force de la visualisation, voici le rite de Chöd tibétain 5 John Blofeld, Le Bouddhisme Tantrique au Tibet, Paris, Ed. du Seuil, Col. Points Sagesses, 1976, 318 pages, pages 222-223. :

            « À l’ouverture du rite, l’adepte sous la forme d’une certaine déité féminine danse la danse qui détruit les croyances erronées. Identifiant ses passions et ses désirs à son propre corps, il l’offre en festin aux Dãkinis. Il le visualise ensuite comme un immense «cadavre gras et succulent» et, s’en retirant mentalement, il regarde la déité Vajra-Yogini lui trancher la tête pour en faire un gigantesque chaudron où elle jette par gros morceaux sa chair et ses os. Puis en prononçant certains «mots de pouvoir», il transforme l’offrande en pure «amrita» (nectar) et invite les différents ordres d’êtres surnaturels à venir le dévorer. De peur qu’ils ne s’impatientent, il les prie de ne pas hésiter à consommer l’offrande crue au lieu de perdre du temps à la cuire. Et qui plus est, il dédie le mérite de son sacrifice à ces êtres qui le dévorent, et à tous les êtres en général, où qu’ils soient. […] Tout ceci doit s’accomplir en un lieu solitaire et impressionnant, et l’adepte doit veiller à bien maîtriser les rites qui le garderont sain et sauf au milieu d’une horde horrible de démons buveurs de sang. S’il est habile à la visualisation, il contemplera effectivement ces créatures et verra son corps taillé en pièces par Vajra-Yogini. »

                La force d’une visualisation bien conduite n’est pas à mettre en doute. La différence entre la visualisation magique et la visualisation profane semble résider dans le fait que les visualisations à caractères magico-religieux utilisent une symbolique archétypale et font donc appel aux forces profondes qui régissent l’inconscient, personnel ou collectif.

                En conclusion de ce paragraphe sur la visualisation, il me faut ajouter que la visualisation ayant le plus de profondeur et d’impact est celle qui engage tous les sens : la vue (le plus important), l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût. À ce niveau, la visualisation est parfaite. Cela suppose, évidemment, un entraînement soutenu et une persévérance tenace.

L’odorat

                L’encens est le plus utilisé des procédés pour accompagner l’acte magique. L’encens est censé amener les participants à entrer en harmonie vibratoire avec le plan subtil qui est leur cible, afin d’y opérer les actes magiques désirés. Aussi, existerait-il une correspondance entre les encens et les différents plans de l' »Invisible ». Dans la pratique, il n’est pas encore possible d’inférer que les encens aient une réelle action sur les ENOCs. Je ferais donc la même remarque que pour les couleurs : l’encens fait partie d’un tout qui est le rituel.

 

LE RITUEL : un guide « enockéen » ?

                Le rituel cérémoniel stimule principalement quatre sens : la vue, l’ouïe, le toucher et l’odorat. Il s’ensuit que ce luxe de stimulations sensorielles est apte à capter totalement l’attention de la conscience, de la fasciner, de la focaliser — d’induire un état d’auto-hypnose, en quelque sorte —, et qu’il soit ainsi possible d’obtenir un «décrochage» donnant accès à un état non ordinaire de conscience, une autre dimension de l’être. Ce «décrochage» est voulu et ciblé, ce qui implique une certaine connaissance de ces dimensions de l’être de la part des mages et sorciers.

                À l’aide des témoignages et des exemples de rituels, il a donc été possible de mettre en évidence le rôle des ENOCs dans les rituels magiques et sorciers. Dans cette perspective, la conscience ordinaire est « en arrière plan », occupée, fascinée, ce qui permet, d’une part, le contrôle des contenus psychiques et, d’autre part, leur utilisation en vue de la réalisation du but du rituel.

                L’agencement et la structure des rituels est effectivement un moyen, un outil structuré, qui permet de contrôler les ENOCs. Les détails des rituels n’ont pas d’importance en soi, ils sont d’ordre culturels ou micro-culturels, ce sont des conventions, des codages.

ENTRETIENS ET DONNÉES

                Avant d’aborder le contenus des entretiens, il me faut à présent présenter mes informateurs.

                Alex, 42 ans, marié, érudit, passionné d’alchimie et initié aux pratiques de la magie cérémonielle occidentale, est membre de l’Ordre de la Golden Dawn 1 La Golden Dawn est un ordre initiatique fondé par Wynn Westcott et MacGregor Mathers à Londres en 1888. L’Ordre éclate en 1903 et donne naissance à plusieurs courants ésotériques : la Stella Matutina, l’Alpha Omega, l’Astrum Argenteum (fondé par Aleister Crowley), The Holy Order of the Golden Dawn, The Solar Order, The Order of the Light, The Church of Light, The Fraternity of Inner Light, puis The Builders of Adytum, The Order of the Cubic Stone, Helios, Servants of Light. Il est titulaire d’un DEA en théologie protestante. Il pratique régulièrement les rituels de la Golden Dawn dans son oratoire personnel 2 Les rituels de la Golden Dawn se pratiquent en groupe. et habite une maison dans un village des environs de Strasbourg, ce qui lui confère le calme indispensable à ses pratiques.

                Maxime, 44 ans, marié, pratique la haute sorcellerie. Intuitif vif et énergique, il a été membre de la Rose Croix, de la Golden Dawn et de la Wicca 3 Ordre initiatique de magie sexuelle. Il en existe plusieurs branches dont certaines pratiquent la magie sexuelle opérative et d’autres des aspects plus « cérébraux ». , tout en suivant un « cursus » parallèle en sorcellerie pratique (il a suivi les enseignements de Pierre Maroury 4 Voir plus loin la partie concernant la magie sexuelle. , entre autres) : sorts, envoûtements, désenvoûtements, guérison, magie sexuelle, spagyrie… et passionné de magie verte 5 La magie verte, d’après Maxime, est un dérivé de la spagyrie (l’alchimie végétale), dont le but est de confectionner onguents, philtres, poudres magiques, élixirs… . Il pratique aujourd’hui en solitaire, après avoir fait une synthèse personnelle des différents éléments qu’il a étudié.

                Ces personnes vivent dans notre région, en Alsace. Je les ai rencontrées à plusieurs reprises sur une période de trois ans et me suis imprégné de leurs discours. J’ai participé à un petit rituel de la Golden Dawn avec Alex et j’ai été impressionné par l’ambiance dégagée.

                Maxime ne m’a pas permis d’assister à ses rituels. Il m’a uniquement parlé de ses technique, de sa philosophie de la vie et des choses.

                Les données recueillies sont intéressantes. Commençons avec Alex.

La magie d’Alex

Les stimulations sensorielles

                « L’élément air va être le transmetteur de la lumière, déjà. Donc, tout le luxe qui est mis en route pour pratiquer la magie rituélique occidentale va être transmis par la lumière. L’élément air est aussi essentiel par l’encens. C’est vraiment l’élément qu’on va informer du maximum de données. Mais des données vraiment sélectionnées pour que ça ait un sens bien défini. En plus, l’élément air va être informé par la parole, par les vibrations sonores. Il est essentiel dans la magie occidentale de faire vibrer ce que qu’on a l’intention de donner au rituel. Enfin, l’élément air est le porteur des signes qu’on va tracer dans l’air. On trace des signes, qu’ils soient géométriques, ou des sceaux angéliques, archangéliques… Donc, cet élément est absolument central dans la pratique de la magie rituélique. »

L’apprentissage

                « L’apprentissage se fait d’abord par l’apprentissage d’un certain nombre de règles, de déplacements dans un espace donné. En général, cet espace est circulaire. Ensuite, il est conditionné par les 4 points cardinaux. Il passe donc par un espèce de code de bonne conduite entre une tradition et une personne extérieure, mais ensuite il faut aussi intérioriser tout ce travail. Et cette intériorisation passe par la méditation. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas uniquement de reconnaître les signes géométriques qu’on trace, mais il faut d’abord les avoir intériorisés. Et c’est là où se passe la transition entre ce que, extérieurement, on peut voir, on peut filmer (c’est très visuel, finalement). Le magicien cérémoniel occidental opère effectivement une dramaturgie, dans l’espace, dans le temps, avec un tas de luxe de détails. Mais l’essentiel se passe à l’intérieur de l’opérateur. On peut très bien le filmer, on peut très bien le projeter, on peut très bien en rendre compte. Mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel se passe à l’intérieur de celui qui le fait.

                Alors là, il y a deux choses. Primo, il y a un training très spartiate concernant l’exécution extérieure du rituel. Il faut que tout soit parfait. Secundo, il y a un training non moins spartiate qui passe par la méditation, qui passe par la concentration, pour que les forces qui sont exprimées à l’extérieur, soient vraiment bien réalisées par celui qui les fait.

                Et c’est pour ça que, dans le training qui est proposé dans la Golden Dawn, il est recommandé, avant de s’endormir, de faire des rituels. Rituels très simples, les rituels du Pentagramme qui sont très allégés, qui sont vraiment le squelette du rituel. Et justement pour permettre cet apprentissage entre l’action extérieure et l’action intérieure. Maintenant, là, c’est le témoignage du pratiquant qui va intervenir. Il est vrai que, ayant suivi ce training, l’ayant observé à la lettre, l’ayant enseigné aussi, l’ayant observé chez les autres, et surtout sur moi-même, il y a un changement radical, définitif, qui s’opère au moindre geste rituélique qui est opéré physiquement. C’est-à-dire qu’on peut venir vraiment chargé de tous les problèmes de la journée, chargé de toutes les autres occupations et quoi que ce soit… Une fois qu’on commence un rituel, eh bien, ce rituel va opérer un changement, j’allais dire mécaniquement, automatiquement, sur l’état de conscience qui nous occupe. C’est-à-dire qu’il va automatiquement nous débrancher parce qu’on l’a chargé, lui, d’une certaine intention, il va nous le rendre automatiquement. C’est comme une espèce de Golem, on lui a donné un devoir et il doit faire ce devoir. Eh bien, on rentre dans le jeu. C’est une espèce de jeu, effectivement, il y a un aspect ludique, gratuit. Une fois qu’on rentre dans ce jeu, il nous le rend. Et là, on se retrouve comme après une douche ou après un bain, dans un tout autre milieu, où on se sent libéré, on se sent totalement en dehors, j’allais dire, des préoccupations. On se sent plus ou moins déchargé. »

Corps-esprit

                « Donc, il y a une sorte de coopération qui s’opère entre l’exercice du corps, qui va faire le rituel, qui va allumer les bougies, qui va allumer l’encens, qui va faire tout le travail, qui va tracer les pentagrammes, les hexagrammes et les sceaux des anges et des archanges et des esprits. Il y a une espèce d’échange qui s’opère. Et c’est là où on sort de cette dichotomie entre le corps d’une part et l’esprit, de l’autre, dichotomie très cartésienne. On crée, grâce au rituel, un harmonieux échange entre les deux. Parce que le corps, lui, recèle plein d’énergie, plein de sagesse et grâce au rituel, il peut se libérer et communiquer. Si bien qu’on peut aborder un rituel d’une manière très froide, très cartésienne. Mais si on est entraîné, si le corps est entraîné, une fois qu’on a commencé le rituel, automatiquement, on change d’état de conscience. Et ça, je peux en témoigner dans la mesure où je rentrais de mon boulot, j’avais absolument aucune envie de faire un rituel, je suis quand même entré dans mon oratoire (c’est la pièce réservée…), je fais les simples gestes du rituel, automatiquement, ils me transposent sur un autre plan. Automatiquement, ils me permettent d’accéder à un autre plan de conscience. Et ce plan de conscience, autant je suis lié à mon corps quand je suis engagé dans mon travail quotidien, autant là, je suis sorti de mon corps, je le vois, et c’est comme si j’étais autour de mon corps. Et je vois mon corps en train d’opérer. C’est assez difficile à exprimer, il faut l’expérimenter. C’est tout le problème phénoménologique à ce genre de descriptions. »

Conditionnement

                « C’est un conditionnement, et c’est ce qui m’a le plus surpris, moi qui suis un esprit assez cartésien et qui me méfie de tous les conditionnements. Je me méfie de tout ça. Et là, je me suis rendu compte que, effectivement, c’est un conditionnement favorable. Dans la mesure où il me permet de sortir d’un autre conditionnement, celui de la société qui m’entoure.

                C’est un conditionnement social, finalement, parce que j’ai toujours pratiqué ces rituels en groupe, avec d’autres gens. Donc, c’était effectivement un conditionnement social en plus. Mais c’est un conditionnement social qui permet de sortir de l’autre conditionnement social. »

Le mental

                « … le point essentiel, c’est le mental. Il faut, effectivement, fasciner le mental. Que fait le yogi, il fascine son mental en se concentrant soit sur un Chakra particulier, soit sur un objet extérieur. La boule de cristal, c’est une manière  ou une autre de fasciner le mental. Parce que notre mental occidental est formé de manière à ce qu’il délimite les contours, la réalité, telle que nous, on peut l’appréhender, la maîtriser, et c’est bien. Je ne suis pas du tout contre cet aspect du mental. Et là, par le travail de la magie rituélique, sorcière ou autre, c’est fasciner le mental afin qu’il travaille sur un autre plan pour résoudre les problèmes d’après les réalités de notre plan. »

Le temps et l’espace

                « Assez bizarrement, et cela peut paraître choquant, cette réalité obéit à autant de critères, à autant de points de références, que celle que nous utilisons sur le plan physique et matériel. Nous sommes toujours confrontés à des règles, des lois. Elles seront subtiles, c’est sûr. C’est là où on entre dans le domaine du subtil. C’est là que ça demande un énorme travail sur soi-même. Un énorme travail sur notre action quotidienne, il faut tout reprendre à zéro pour se rendre compte qu’on est en train d’opérer dans un autre monde. On n’a plus les mêmes règles du temps : tu peux faire un rituel pour une chose qui s’est déjà passée, mais dont tu n’as pas encore connaissance, parce que le fait d’en avoir connaissance te prive de ce privilège d’avoir encore la possibilité d’agir sur ce qui s’est passé.

                Et même règle dans l’espace. C’est très simple, c’est négliger les mètres, décimètres, centimètres et… Donc on entre dans un autre monde. Mais c’est un monde de cette corporéité subtile qu’on désigne maintenant couramment sous le nom de subconscient. »

L’inconscient

                « Il a été plus ou moins défini par Freud, par Jung, par Reich, Adler et compagnie. C’est bien, mais on a mis un nom, une étiquette. On s’est rendu compte que c’est absolument énorme, ce pouvoir qu’a ce monde sur nous. Mais on ne s’est jamais interrogé : est-ce qu’on a encore un pouvoir là-dedans ?  Parce que si on aborde tous ces braves psychologues, on n’a aucun pouvoir là-dessus. Sinon un pouvoir de verbalisation, de le reconnaître. C’est tout. Mais de le diriger, jamais. La magie rituélique permet de le diriger. Parce qu’elle tient compte à la fois de notre attachement au concret. Et à la fois à notre pouvoir de le diriger de l’intérieur, grâce au concret. Donc, la magie rituélique charme les deux aspects de notre être, l’aspect concret et l’aspect abstrait. Donc elle permet de dégager ce qu’il y a en nous, de nous harmoniser avec notre monde, et c’est le but ultime, finalement, de la magie de la Golden Dawn. C’est l’harmonie. Harmoniser l’intérieur et l’extérieur. Mais harmoniser l’intérieur grâce à l’extérieur, c’est une idée nouvelle. C’est-à-dire mettre en place des bougies, des symboles parfaits, quelque chose de mathématique, de concret, d’harmonieux, afin d’harmoniser l’intérieur, c’est très révolutionnaire. Fallait y songer. Eh bien, nos Anciens y ont songés, et puis ils l’ont fait. C’est un peu ma vision des choses. »

Les anciens

                « Les Anciens, ce sont ceux qui nous ont préparé la voie de la magie rituélique. L’Egypte. Tous les théurges du Moyen-âge, qui sortaient d’ailleurs des monastères, il ne faut pas s’en cacher. »

Le chamanisme

                « La magie rituélique a des liens charnels avec le chamanisme. […] Le chamanisme primitif s’est, finalement, raffiné à ce contact [celui de la magie rituélique], pour pouvoir survivre. Moi, je vois la magie rituélique telle qu’elle est pratiquée dans notre monde judéo-chrétien (cela peut être un autre monde : celui du Taoïsme, celui du Bouddhisme… toutes les civilisations évoluées ont développé une théurgie ; donc, c’est un raffinement du chamanisme). Si tu veux, pour en rester au monde judéo-chrétien, il y a une notion fondamentale dans notre pratique magique , c’est celui de l’Arbre de Vie. C’est un symbole lourdement chargé, effectivement, de tradition biblique : l’Arbre de Vie, l’Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, et tout ce qu’on veut. Mais c’est un symbole chamanique !  Qui est au centre, finalement, du Christianisme et du Judaïsme.

                C’est l’Arbre de Vie dans lequel on grimpe. Et on retrouve ce genre de comportement totalement dans le chamanisme. On explore l’Arbre de Vie qui englobe la totalité de l’univers. L’arbre, c’est la vie. C’est comme ça que je vois un peu la chose. Pour moi, il n’y a pas de distance. Quand j’ai lu les ouvrages sur le chamanisme, je les ai lu bien après les enseignements de la Golden Dawn. Mais pour moi, il y avait une espèce de convergence absolue, totale. Aucune divergence. Bon, effectivement, la magie rituélique, c’est un peu plus raffiné, c’est fait pour les salons de nos jours. C’est pour pouvoir suivre encore l’aventure de l’homme dans cet anima mundi, l’âme du monde telle qu’elle nous entoure. »

L’alchimie

                « Effectivement, pour moi, ça a des aspects encore plus raffiné dans la mesure où l’aboutissement de la théurgie, c’est l’alchimie et l’aboutissement de l’alchimie, c’est la théurgie. Pour moi, il y a un mariage entre les deux. Donc, toutes les images qui sont données par les traités alchimiques sont des images théurgiques. C’est effectivement une image allégorique, on peut la regarder comme ça, d’une technologie ancienne.

                Et c’est très important. Donc, les images qu’on trouve dans les traités alchimiques ne sont pas uniquement une illustration, une transformation de soi, ou des informations que le Soi transmet à la psyché et qui permettent de retrouver un équilibre ou quoi que ce soit. Mais c’est aussi des choses concrètes !  Sur les actions concrètes ! Qui doivent s’opérer en laboratoire. Et peut-être d’abord en oratoire.

                Il y a une espèce de continuité. Pour moi, ce sont vraiment des planches initiatiques. Qui sont données à méditer. Effectivement, c’est beau. Tu peux plus ou moins reconnaître ce que tu veux reconnaître. Mais il faut les laisser agir sur la propre âme, les laisser s’imprégner, les méditer. »

Le rêve

                « Parce qu’ensuite, des données absolument pratiques te sont données en rêve. Il est vrai que le rêve joue un rôle énorme autant dans la théurgie que dans l’alchimie.

                Exemple : j’ai fait des rituels théurgiques avec quelques amis, frères du même Ordre, etc. Et il n’y a eu aucun résultat sur le moment. L’esprit n’est pas apparu. Bon, on a cherché à faire apparaître un esprit, il n’est pas apparu.

                Par contre, la nuit qui a suivi, j’ai revu le même lieu — par contre, nous avions opéré en pleine nuit —. Là, le lieu était éclairé par un soleil matinal. J’ai vu l’esprit et j’ai compris pourquoi il n’était pas apparu. Il était tellement terrible que les amis dont j’étais entouré, n’auraient peut-être pas apprécié ou supporté… Mais je l’ai vu. Et souvent — et ça, c’est une constante aussi — on n’a pas le résultat d’une opération théurgique sur le moment. Rarement. Mais par la suite, en rêve, dans le demi-sommeil, apparaît le résultat. Et vraiment d’une manière mathématique. C’est-à-dire, c’est comme si on avait calculé le moment où ça devait apparaître. Mais ce n’est pas nous qui avons fait le calcul, c’est de l’autre côté.

                Idem en ce qui concerne l’alchimie. Moi, en ce moment, je lis les textes. Evidemment, j’essaie de décrypter. Je suis, plus ou moins, maintenant, au courant de la procédure, de ce qu’il faut faire. Il y a toujours des détails qui nous échappent. Mais ce que je fais : je prends les planches alchimiques, je les considère, je referme le livre, puis je rêve. Et c’est là où j’ai les informations les plus sûres, les plus fiables. Et on te donne carrément le tour de main pour faire la chose. J’ai eu vraiment des révélations en prenant les planches du Mutus Liber. Effectivement, il y a x commentaires sur ce livre. Les planches ne sont pas dans l’ordre, ça ne veut pas dire ce que ça montre… Mais la réalité de la chose m’a été donnée intérieurement. Et c’est là où intervient la notion de secret. Ce secret qui m’a été transmis, ne reposera pas sur un non vouloir dire, mais sur un non pouvoir dire. Parce que si on me l’a montré, c’est que j’ai été digne. Je me suis dignifié à travers ma lecture, ma relecture, ma reméditation de la révélation. […].

                La théurgie fonctionne un peu sur le rêve. C’est un rêve éveillé. On va provoquer un rêve éveillé en faisant le rituel. On le provoque en faisant des actions bien matérielles. Mais ces actions matérielles auront une résonance dans la corporéité subtile. Il n’y a pas uniquement le corps physique qui est en train de faire le boulot. Il y a toute la corporéité subtile qui est enclenchée dans le même processus. »

L’Arbre des Séphiroth et les différents plans

                « C’est, si tu veux, certains points de l’énergie universelle. L’énergie est une. Mais elle se diversifie pour se manifester. » Les différents plans « sont des spécifications de l’énergie. Et ce qu’il ne faut jamais oublier, c’est que toutes ces énergies, on les possède en nous. Ce sont les fameuses relations entre le microcosme et le macrocosme. Donc, toutes ces énergies sont en nous. Pour pouvoir les appréhender, il faut qu’on trouve une harmonique entre leur énergie macrocosmique et notre énergie microcosmique. C’est le rôle des élixirs. Ça nous permet déjà, de manière spagyrique, d’entrer en relation avec eux. Maintenant, si on accompagne cela d’un rituel, c’est encore mieux. Parce que cela permet de spécifier la tonalité de ce qu’on est en train de faire. […]

                Le mage, s’il est vraiment pratique, cherchera toujours une concrétisation. Dans la religion chrétienne, il y a le rituel de l’Eucharistie. Ce rituel permet donc, en mangeant, de participer au divin. C’est la même chose en spagyrie : en absorbant une substance, on participe à l’énergie correspondante. C’est totalement la même chose. C’est une espèce d’eucharistie étendue à l’ensemble des énergies qui sont répandues dans l’univers. C’est le sens du sacrifice… Parce qu’on peut rester dans le mental, comme le font les Bouddhistes tibétains. Mais, nous, avec notre propension à être très matériels, à être très concrets, il nous faut quelque chose de concret à avaler, à manger… C’est-à-dire qu’il vaut mieux, pour notre développement spirituel à nous, faire 7 élixirs et faire un rituel sur les 7 planètes. Faire 4 élixirs concernant les 4 éléments, pour harmoniser les éléments en nous. Il vaut mieux que l’on passe par la partie la plus «basse», la plus élémentaire, pour avoir une base de réalisation spirituelle stable, organisée, maîtrisée.

                Bien sûr, ce n’est pas à la portée de n’importe qui. Mais il faut y réfléchir. Il faut  se mettre ça dans la tête, que notre réalisation spirituelle, si nous voulons garder contact avec le monde extérieur dans la mesure où nous sommes actifs dans le monde extérieur, passera par, aussi, une concrétisation de tout ce que nous voulons faire. Sinon, on rejoint un ashram, on va se réfugier dans un monastère, on se coupe du monde pour ne plus être souillé pas ses vibrations.

                Comme nous sommes souillés par ses vibrations, travaillons sur le concret, travaillons sur quelque chose de matériel. Afin de contrer ce genre de vibrations, de les filtrer, de les rendre un peu moins agressives, afin que ce soit une aide pour notre propre développement spirituel. »

L’animal

                « […] Les formes animales ne sont absolument pas concernées, étant donné que c’est une magie qui cherche à transcender l’humain. Il est vrai que pour la civilisation égyptienne et certaines civilisations antiques effectivement, la forme animale transcendait l’humain. mais pour notre considération à nous, occidentaux, judéo-chrétiens, cette transcendance est plutôt vers le bas, plutôt que vers le haut. Donc, dans l’imagerie je ne pose aucun jugement de valeur  sur ce que la Tradition égyptienne, ou autres, ont formulé par des représentations de dieux à tête animale. C’était certainement une transcendance par le haut. Dans la mesure où ce n’était plus humain, donc c’était supérieur. Pour nous, lorsque c’est supérieur, ce n’est certainement pas animal. C’est certainement une transfiguration de l’humain. Par contre, il est certain que dans notre Tradition à nous, de la Golden Dawn, l’animal tient une place privilégiée. Privilégiée, dans la mesure où l’humain est responsable du microcosme animal qu’il a sous sa dépendance. Il en est responsable comme un dieu. L’humain est le dieu de l’animal […]. »

L’autre côté

                « Là, ça devient très difficile dans la mesure où nous n’avons pas de vocabulaire pour le formuler. Je n’ai pas, lorsque je suis de l’autre côté, je n’ai plus dans le concret de possibilités d’expressions. Tu me diras, c’est une pirouette et cela me permet de ne pas en parler, c’est un secret. C’est vrai, ça fait partie du secret. Mais j’essayerai d’en parler effectivement parce nous sommes là pour en parler.

                Alors, c’est très simple. C’est comme si tu étais un chasseur dans une savane en train de traquer un gibier. Tous les sens sont en éveil. […] Je ne sais pas si je suis favorisé par le sort, il ne m’est jamais arrivé d’avoir une sensation d’échec. Pour moi, ça a toujours été une sensation de victoire. C’est une victoire absolue. C’est très difficile à décrire. C’est : tu es déjà maître de la victoire, mais tu accomplis quand même le combat. Comment le décrire aussi : c’est jouer avec des forces. Oui. C’est trouver le point faible. […] C’est comme si tu étais dans un champ d’énergie, il y a des points, et puis il faut trouver le bon point. Et tu t’y installes et puis tu pousses les choses. […].

                Pour moi, c’est toujours une situation mouvante. Le point de force est plus ou moins statique. Là, je fais le rituel, c’est le point qui me permet d’accéder à ce monde-là. Mais je ne peux pas rester dans ce point-là dans la mesure où il me permet de ne rien réaliser. Si, il me permet de me réaliser moi-même. C’est un point mouvant, adapté  à la situation. Toute situation est totalement différente de l’autre. Et c’est là où apparaissent ces fameux Chakras ou tout ce que tu veux. Et c’est là où il faut que je m’installes, moi, avec mon point de force. […] C’est purement instinctif, je ne peux vraiment pas dire la recette.

                […] Il y a le phénomène du temps, mais aussi celui de l’espace. Quand je fais un rituel, je ne suis plus dans mon corps, je suis à l’extérieur de mon corps. Et en même temps fermement ancré dans mon corps. Mais comme je suis obligé de me déplacer dans l’espace, chaque acte prend un sens, une lourdeur, une signification totalement différente. Je deviens de plus en plus lourd, dans mon acte, et autant la sphère de ma conscience est étendue, élargie. C’est un rêve éveillé. Et ça, c’est la magie du rituel. » […]

La vue

                « Lorsque je dis : je suis en dehors de mon corps, c’est que j’ai une vision globale de la pièce. Les choses ne restent pas ce qu’elle sont. Elles sont effectivement distordues. Mais pas dans un sens grotesque ou quoi que ce soit, mais dans un sens anobli. Elles prennent un relief particulier, un relief beaucoup plus noble. C’est tout ce que je peux dire. Ce qui pourrait être de la bricole, un chandelier de contrebande, prend un relief particulier. C’est assez difficile à décrire. C’est ça le problème. […] »

Les entités négatives

                « Le style de rituel que je pratique va d’abord faire place nette. On est censé ne plus être en contact avec ce genre d’entités. Il n’en reste pas moins que l’on peut toujours être confronté à des forces plus ou moins négatives. Alors, il y a deux attitudes à avoir : soit on s’en défend, et l’entraînement de la Golden Dawn permet effectivement de s’en défendre, soit on considère ces entités négatives comme étant des aspects de la force générale universelle et unie, et on essaye de profiter de leur énergie. […] Si on veut rester actif dans cette énergétique universelle, il s’agit de trouver des points de force et puis ces entités négatives, perturbatrices, tout ce qu’on veut, peuvent aussi être des sources d’énergie très intéressantes. Et donc, ma position à moi, mais elle m’est très personnelle dans le petit monde des magiciens, c’est d’absorber cette force. Et d’en bénéficier et de la rediriger vers une autre destination. Peu importe si elle est portée par un défunt angoissé, je suis assez neutre là-dessus, voire assez vache. Assez cynique : «Tiens, tu as la force, ben, j’en profite !». […]

                Je dis plus ou moins négative parce qu’il faut bien donner un terme aux choses. Pour moi, il n’y a pas de négatif. Il y a la douleur, le ressentiment, la haine, la vengeance et tout ça. Effectivement, on peut les classer dans une classification négative. C’est une manifestation d’énergie. Et cette énergie se manifeste d’une manière négative pour notre monde, notre lecture du monde à nous.

                Nous, on vit un tremblement de terre, ou une irruption volcanique comme étant négatifs. Alors que c’est un phénomène purement naturel. » […]

Les sons, les voix

                « Lorsqu’on pratique en groupe, on vibre des noms divins. Alors vibrer, c’est déjà tout un exercice à part dans la mesure où l’on ne prononce pas uniquement des paroles. On visualise les lettres qu’on est en train de vibrer en alphabet soit hébreux, soit énochéen 6 L’alphabet énochéen est un alphabet qui fut révélé à Edward Kelly (1555-1597) et à John Dee (1527-1608) en 1582 par une communication avec l’au-delà. Ce serait un alphabet symbolique, ésotérique, ayant un peu la même fonction que l’alphabet hébreu. Il est utilisé par certains ésotéristes, dont les membres de la Golden Dawn, pour pronocer les mots de pouvoir lors des rituels. . Et il y a toute une éducation de l’ouïe. Parce que tout passe par la vibration. La parole est essentielle. Au commencement était le verbe… Et dans la magie, le verbe est essentiel parce que c’est lui qui permet d’éveiller les forces. Je refais référence à l’élément air qui est tellement essentiel dans tout ce que l’on fait. Et cet air, on va l’informer par une parole, mais une parole transformée. C’est un peu la voix qu’on retrouve dans Dune 7 Dune, film long métrage de David Lynch, 1984, science-fiction. . C’est une voix derrière laquelle on met une intention. Mais c’est aussi une voix qui va être transformée par un taux vibratoire personnel. Et ça, c’est très difficile à trouver. Lorsque je vibre des noms, les paroles qui sont dites dans le rituel au niveau de la Golden Dawn, je les ressens ici, dans les paumes. Il y a un déplacement total de l’action purement verbale. Et il y a différents exercices qui permettent d’y parvenir. Le fameux exercice de la cuiller ou de la fourchette. On accroche une fourchette à un fil, on l’entoure des doigts, puis on les met dans les oreilles, ensuite on cogne la fourchette contre le bord d’une table. Apparemment, pour ceux qui sont extérieurs à l’expérience, on n’entend rien, par contre, celui qui fait l’expérience entend le bruit d’une cloche, une vibration très intérieure. Et bien, c’est par cette vibration très intérieure qu’il s’agit de vibrer les noms divins et en plus il faut les amplifier par tout un exercice imaginatif et il faut donner du volume à ce que l’on est en train de faire. Ce qui est en plus un exercice qui permet de sortir de soi-même. Les noms divins, c’est comme si tu écoutes un disque des Tibétains, c’est en général murmuré, marmonné, très grave, pas très fort, et ce qui permet d’entretenir une transe, finalement.

                Et lorsqu’on le fait en groupe, ce qui est très intéressant, c’est que, souvent, on se connaît tous, on repère les voix l’un de l’autre. Et il y a une voix qui s’ajoute. C’est ce qui est assez bizarre. Ce qui montre bien qu’on a atteint un certain niveau, on a capté autre chose. Maintenant, est-ce que, à l’enregistrement, ça donne quelque chose, je n’en sais rien. Mais par contre, ceux qui le vivent, qui sont sensibles, le ressentent vraiment comme quelque chose d’extérieur. […] Il y a une volonté de concrétisation, dans la mesure où on a cherché la concrétisation grâce au rituel. Il y aura toujours un phénomène physique qui va essayer de se manifester à ce niveau-là. […]

                Bon, ça paraît totalement délirant quand on en parle comme ça, mais, il est vrai que dans ces conditions-là, l’encens, les bougies, le rituel et tout ça, fait qu’on entre dans un autre monde, où on n’a même plus peur !  Bon, ça m’arriverait maintenant, je me poserai des questions. Mais dans ce milieu-là, dans ce milieu créé volontairement, on échappe à des conditions normales et il est totalement normal aussi qu’on ait ce genre de perceptions. Et ensuite, on en parle à des initiés dans la mesure où je me vois très mal en parler dans le milieu professionnel. […] »

L’odorat

                « Moi, ça ne m’est jamais arrivé ou rarement, mais manifestement, il y a des manifestations olfactives aussi. C’est ce qu’on oublie souvent. On parle toujours de mourir en odeur de sainteté. Bon, c’est une bonne odeur. Mais les démons et tout ça, se manifestent toujours par une odeur méphitique, très perturbatrice, mauvaise et tout ça. Et la manifestation d’entités négatives s’accompagne souvent d’une mauvaise odeur. Et c’est arrivé à A. […]. »

Les visions

                « Mon expérience de la chose, on a dormi dans un certaine pièce — on n’y dort plus —. Un soir, donc, on est couché. Moi, je me lève. […] Donc, je vais me soumettre à un besoin, puis je rentre me coucher. Je n’allume pas la lumière, je vois assez dans le noir. Puis, je passe à côté d’une fenêtre, je me retourne, alors là, c’était un flash, mais là, ça m’a vraiment fait froid dans le dos, je n’ai plus rien vu. Mais un être totalement ensanglanté, derrière la fenêtre en train de m’appeler à l’aide. Et ce n’est que par une réflexion, j’allais dire, ultérieure, que j’ai eu confirmation. Ensuite, je me suis approché de la fenêtre, il n’y avait plus rien. C’était au premier. » […].

La synchronicité de C.G. Jung

                […] « Ce qui est difficile à transmettre (à d’autres), c’est la cohérence que celui qui le vit peut éprouver. […] C’est ce que Jung a essayé de traduire par les phénomènes de synchronicité. […] Mais le phénomène reste inexplicable en lui-même. Celui qui le vit a une compréhension profonde de la cohérence de ce qui lui arrive. Il est totalement rassuré. Tandis que si on le raconte à celui qui n’a jamais vécu ce genre de phénomènes, ça lui paraîtra bizarre, étrange, soit attirant, soit repoussant. Soit il sera attiré par le mystère, soit il dira : «Totalement délirant, ce mec-là. Vaut mieux éviter sa fréquentation».

                Lorsqu’on sort d’un certain rationalisme, tel qu’il est établi, surtout au niveau universitaire 8 N’oublions pas qu’il est titulaire d’un DEA en théologie protestante. , je pense qu’il est totalement illusoire de vouloir présenter ce genre de phénomènes comme étant des preuves. Il vaut mieux les présenter comme l’illustration de certains délires de certaines personnes. C’est tout. » […].

 

                Voici donc ce que nous transmet Alex de sa magie rituélique de la Golden Dawn. Voyons maintenant ce que nous apporte Maxime.

 

La sorcellerie de Maxime

                « La sorcellerie que je pratique est une magie de pouvoir dans une perspective d’influence. Le pouvoir est dans le sorcier. La sorcellerie es tirée de la magie cérémonielle et des pratiques chamaniques 9 Les pratiques chamaniques auxquelles fait référence Maxime sont des pratiques préchrétiennes occidentales. Voir wicca. .

                Mais attention, le diable, n’a rien à voir là-dedans, car la vraie sorcellerie n’a jamais été démonisée, c’est une invention de l’Eglise. En plus, le diable est un égrégore manipulable. Dans la sorcellerie, il y a plusieurs trucs. La basse sorcellerie : ce sont des techniques issues du fond paysans. Et la haute sorcellerie qui est à initiations. À cela, il y a plusieurs courants qui se rajoutent, tout ce qui vient du chamanisme de nos ancêtres, la magie cérémonielle, et la magie verte, dérivée de la spagyrie. Ça permet, la fabrication des philtres, des onguents, des élixirs et, en plus de cela, il y a la palingénésie qui consiste en un travail sur la résurrection des astraux, c’est-à-dire faire revivre le fantôme de la plante ou d’un individu. On peut aussi utiliser la magie sexuelle, c’est extrêmement violent, et puis il y a aussi la magie rouge, c’est tout ce qui est en rapport avec le sang. Il existe en sorcellerie une voie brève, elle est uniquement à base de techniques utilisant la voie du dragon 10 Le tellurisme. , la magie sexuelle et les égrégores. On utilise beaucoup les plantes. Par rapport à la phytothérapie, la magie verte est cent fois plus puissante. »

Les rituels

                « En sorcellerie, on travaille par rituels. Il y a des tas de rituels différents, mais le bon sorcier monte son rituel en vue du but à atteindre. Moi, je n’utilise pas de rituels préétablis, je ne suis pas de dogmes. Donc un rituel est monté à chaque opération, c’est une opération relativement compliquée qui demande de la réflexion. Mais il y a aussi l’imagination du sorcier. L’imagination joue un grand rôle, car la base c’est la visualisation. Donc, plus il est imaginatif, plus les rituels seront puissants.

                À chaque opération magique, il faut visualiser le but à atteindre. Ça demande une faculté de concentration assez énorme, et une faculté d’abstraction aussi. Pour les envoûtements, il faut voir la scène que l’on veut réaliser. En fait, quelqu’un qui n’a pas d’imagination fera un très mauvais sorcier. » […]

Les instruments

                « J’utilise quelques objets dans mes rituels. J’ai d’abord un couteau avec une lame coupante et un manche en bois. Très important le manche en bois. Il permet de s’isoler des influences négatives. Il faut s’avoir qu’on travaille avec des forces pas toujours faciles à manier, il peut y avoir des surprises, il vaut donc mieux prendre ses précautions. Donc pas de couteau à manche métallique. En plus, avant chaque opération, il faut consacrer son matériel. Une robe noire, confortable en coton pour éviter de bloquer la circulation des énergies du corps pendant l’opération. Une corde de chanvre pour tracer le cercle magique. Le cercle sert à délimiter le lieu, c’est une protection. Il est consacré et protège le sorcier. Il est tout à fait possible de devoir faire appel à des forces négatives, des sortes de démons, alors, là, il vaut mieux qu’elles ne puissent avoir prise. C’est une sorte de combat, en fait. La sorcellerie, c’est très coercitif, on force des entités, ou des énergies, à se plier à notre volonté contre leur gré pour leur imposer une tâche. Cela dure le temps d’exécuter la tâche, puis la force est à nouveau libre, ce qu’elle fait ensuite, ça ne me regarde pas, mais si j’en ai encore besoin, j’irai la rechercher.

                À part ça, j’utilise des bougies, de l’encens et divers accessoires, mais ça dépend des rituels. » […]

La « descente chamanique »

                « Mais la base de tout, ce n’est pas le décorum. Le décorum, c’est un support, mais dans l’absolu, on n’en a pas besoin. Moi, maintenant, je travaille dans mon lit, la nuit, quand tout est calme. Avant, j’allais dans la forêt, je faisais plusieurs kilomètres, pour atteindre l’endroit où je pratiquais. Mais avec l’expérience, j’ai remarqué que ce n’est pas nécessaire. En fait, tout est dans la tête, c’est dans la tête que ça se passe. Je m’explique :

                Il faut faire une descente chamanique. Ça, c’est la base. Quelques exercices de respiration profonde, pour bien oxygéner le corps. Puis on effectue le calme mental. A ce moment on commence la visualisation. Il faut visualiser la scène qui représente le résultat de l’opération magique. Il faut voir cela devant soi, en couleurs et en trois dimensions. Il faut arriver à ce que la scène soit la plus réelle possible, en mouvements. Ensuite, il faut se projeter dedans. C’est un déplacement de la conscience. On se projette dedans et on la vit. En même temps, on fait monter les émotions, il faut que l’énergie monte, il faut sentir la tension en soi. Si on jette un sort pour nuire, il faut sentir la haine s’accumuler, si c’est un sort de guérison, alors ce sera plutôt de l’amour, enfin tu vois déjà. Il faut faire monter cette énergie au paroxysme. Et quand le maximum sera atteint, alors il faut relâcher brusquement toute cette tension, cette haine ou cet amour, la projeter vers le but, hurler le mot de pouvoir adéquat et ensuite, tout de suite revenir au calme mental. S’il reste encore des bribes d’image ou quoi que ce soit, c’est raté. Ce relâchement soudain provoque une rupture dans le continuum énergétique, c’est pourquoi on l’appelle aussi phénomène de rupture.

                Ça, c’est le point central de la technique sorcière : on visualise et puis on expédie au but. Pour renforcer le point de rupture, on peut s’aider d’un bruit de cloche ou de gong, si on veut. Mais la vraie puissance s’obtient par le vocable de pouvoir, le cri. »

La magie sexuelle

                « Maintenant, on peut encore amplifier cela en utilisant la magie sexuelle. Là il faut être deux au minimum. C’est au moment de l’orgasme que la rupture se fera alors. La procédure est la même, sauf qu’il faut commencer la visualisation pendant l’acte sexuel, la montée des énergies sera simultanée chez les deux partenaires. Ça demande un sacré entraînement, mais c’est payant. Il faut être en phase l’un avec l’autre et il faut visualiser en même temps, c’est assez difficile de visualiser pendant l’acte, mais un bon entraînement permet d’y arriver. On ne peut pas faire cela avec n’importe quel partenaire, homme ou femme, c’est égal. Il faut que les deux soient initiés correctement, qu’ils connaissent les bases, les notions de polarité, la manipulation des énergies, les mots de pouvoirs et tout ça. Ça peut aussi se pratiquer tout seul, si tu n’as pas de partenaire sexuel entraîné sous la main. Mais c’est nettement moins puissant parce que tu n’as pas les deux pôles. Moi-même, je pratique la magie sexuelle de temps à autre avec E. (son épouse). Je l’ai entraînée et formée pour cela.

                Donc, au moment de l’orgasme, c’est là qu’on doit avoir atteint le summum de la visualisation, et c’est là qu’on lâche les énergies, et qu’on lance le mot de pouvoir. Il y a un tel dégagement d’énergie à ce moment, que ça catapulte littéralement le sort sur la cible. Mais faut être bien synchronisés. Sinon, c’est raté.

                Il y a des coven 11 Coven : confrérie sorcière qui pratiquent ça en groupe. Ils peuvent être jusqu’à vingt personnes. Extérieurement, ça ressemble à des orgies sexuelles dans un décorum de messe noire. Ça demande un sacré décapage culturel de pratiquer comme ça. Là, il y a un autel, des bougies, des épées, tout un attirail de sorcellerie, c’est le luxe, les objets sont en argent. Mais c’est assez rare quand même. Aleister Crowley 12 Aleister Crowley (1875-1947) : sorcier contemporain dissident de la Golden Dawn, fondateur de l’Ordre de l’Astrum Argentinum en 1909 et membre de l’Ordo Templi Orientis (Ordre secret fondé en Allemagne en 1904 par Karl Kellner et où l’on pratiquait la magie sexuelle) à partir de 1912. a beaucoup pratiqué ce genre de rituels, il avait un penchant pour le spectaculaire…

                Donc, tout part de là : calme mental, visualisation et dégagement d’énergie. Le reste, c’est accessoire. Pour le débutant, c’est sûr, il vaut mieux qu’il utilise les bougie, l’encens, le cercle magique, les noms démoniaques ou angéliques, les psalmodies, et tout ça. Ça aide. Mais après, avec la pratique, on peut s’en passer. Après tout, tout ça c’est de l’énergie psychique, on travaille à un autre niveau, avec des forces inconscientes, des forces subtiles. » […].

Les manifestations

                « Les manifestations ?  C’est assez rare, en fait. Une fois, oui, mais c’était à l’époque où je faisais encore partie de la Golden Dawn, mais ça remonte… Eh bien j’ai ressenti un souffle glacial. Mais il faut dire que je suis un expérimentateur, j’ai voulu voir ce que ça faisait de quitter le cercle magique pendant le rituel. Je ne peux pas m’empêcher de faire des choses comme ça, c’est comme ça qu’on apprend d’ailleurs. Alors, j’ai ressenti un souffle glacial, ça m’a arrêté net. C’était assez étrange, car les rideaux n’ont pas bougé, et les flammes des bougies non plus. Mais c’était assez physique, comme sensation… A part ça, je ne sais pas trop. Non, rien de particulier… Du point de vue strictement visuel, je visualise, donc mon attention est complètement focalisée dans mon imagerie intérieure. Et puis c’est relativement court mes rituels, pas plus d’un quart d’heure. […] »

L’impact de la vie moderne

                « Du point de vue du ressenti, c’est une tension que je ressens, il faut que les énergies soient bien remontées. Un bon verre avant la descente [descente chamanique], ça stimule. La sorcellerie, c’est un état d’esprit, une attitude face à la vie et aux choses. D’abord un sorcier respecte la nature et les animaux. C’est normal, sinon, il n’a rien compris. Un sorcier travaille avec les forces naturelles, elles ne sont ni bonnes ni mauvaises. Je ne m’occupe pas de morale, ce n’est pas mon problème. Si je pense qu’il faut nuire à un type pour libérer sa femme et ses gosses de sa violence, je n’hésite pas. Mais il faut quelle me le demande, parce que moi, les humains, ils ne m’intéressent pas tellement, ils sont tellement irrespectueux de la nature que je ne peux pas avoir de pitié pour eux. S’ils se mettent dans les problèmes, qu’ils assument, ils l’ont bien cherché. En plus, avec toutes ces pollutions, et tout, ça devient un réel problème pour trouver des plantes de bonne qualité pour faire des préparations. Avant, l’air était pur, on trouvait les plantes à l’état sauvage, elles étaient bien chargées des forces de la Terre. Aujourd’hui, non seulement il y a la pollution de l’air, mais en plus il y a la pollution du sol, de l’eau, et tout. Alors, moi, les hommes…

                En plus, ça devient de plus en plus compliqué de faire de la sorcellerie. Parfois, il vaut même mieux décrocher son téléphone et résoudre le problème par les voies normales. Pour obtenir un prêt par exemple, on ne sait plus qui prend les décisions, il y a toute une chaîne décisionnelle. Comment agir, si on ne connaît pas la personne à qui est destiné le sort, sur quoi visualiser ?

                C’est pour cela, que, de plus en plus, je me tourne vers la recherche pure. Ce qui m’intéresse maintenant, ce sont les génies familiers, les idoles parlantes, les images magiques. Là il n’y a pas grand chose dans la littérature, il faut vraiment chercher, d’un point de vue matériel, à la recherche de documents écrits, donc rares, et donc chers, mais aussi questionner le monde subtil. »

                Maxime a ensuite développé ces thèmes des génies familiers, des idoles parlantes et des images magiques. Je ne les ai pas retranscrits ici, car cela sort du cadre de ce mémoire.

                L’exposé des données brutes est maintenant achevé. Elles sont denses et comportent beaucoup de détails pratiques et d’éclaircissements sur les techniques employées.

MAGIE CÉRÉMONIELLE – MAGIE SEXUELLE : DEUX RITUELS

                Avant d’aborder l’analyse des données recueillies, je donne ci-après la description de deux rituels. Le premier est un rituel de la Golden Dawn :

Le Rituel Mineur du Pentagramme 13 Rituel extrait de : Les Rituels Magiques de l’Ordre Hermétique de la Golden Dawn, op. cit., pages 29-37-38.

« 1)  Accomplis le rituel de la croix qabalistique.

  1. a) Prends une dague d’acier dans ta main droite ; tiens-toi debout, face à l’est, et avec la pointe de ta dague, touche ton front en disant : ATOH !
  2. b) Avec le pommeau de ta dague, touche ta poitrine et dis : MALKUTH !
  3. c) Avec la pointe de ta dague, touche ton épaule droite et dis : VE-GEBURAH !
  4. d) Toujours avec la pointe de ta dague, touche ton épaule gauche et dis : VE-GEDULAH !
  5. e) Joins tes mains devant toi en tenant la dague entre tes paumes, lame pointée vers le haut, et dis : LE-OLAHM ! AMEN.

2)  Fais face à l’est. Tend ton bras droit en tenant ta dague à la main et trace avec sa pointe le pentagramme de bannissement de la Terre de la façon suivante :

Rituel Mineur du Pentagramme

Une fois le tracé achevé, visualise un grand pentagramme flamboyant devant toi et pointe son centre avec ta dague tout en vibrant le nom divin : YOD HE VAU HE.

3)  Tourne-toi vers le sud en pivotant sur toi-même et en gardant le bras tendu avec la dague. Face au sud, trace exactement le même pentagramme qu’auparavant et vibre le nom ADONAI tout en pointant le centre du pentagramme avec ta dague.

4)  Pivote vers l’ouest avec ton bras toujours tendu. trace le pentagramme avec ta dague, pointe son centre et vibre le nom EHEIEH.

5)  Pivote vers le nord, bras tendu, et trace le pentagramme de la même façon qu’auparavant tout en vibrant le nom AGLA.

6)  Pivote vers l’est en gardant le bras tendu et pointe le centre du premier pentagramme que tu as tracé afin de refermer ainsi le cercle que tu as décrit en pivotant sur toi-même quatre fois vers les quatre points cardinaux.

7)  Baisse le bras ; poses ta dague et fais face à l’est. Élève les bras en croix (à l’horizontale), paumes tournées vers l’est ou vers le ciel, et prononce l’invocation des quatre archanges en vibrant leurs noms :

8)  Devant moi : RAPHAEL.

9)  Derrière moi : GABRIEL.

10) À  ma droite : MICHAEL.

11) À ma gauche : URIEL.

12) Devant moi flamboie le pentagramme.

13) Derrière moi brille l’étoile à six branches.

14) Je suis dans le pilier de la lumière.

15) Conclus avec le rituel de la croix qabalistique. »

 

                Ce rituel est le rituel de base de la Golden Dawn. De lui dérivent tous les autres. Le principe est de connaître ce rituel par coeur, de l’avoir profondément intégré de manière à ce que son exécution soit automatique. Il doit pouvoir être exécuté sans aucune hésitation, sans aucune réflexion. L’esprit doit pouvoir être totalement libre pour la visualisation. C’est à ce point que Alex parlait de conditionnement.

                Ce rituel se décompose en cinq phases :

1)  l’ouverture par le rituel de la croix qabalistique

2)  le tracé des quatre pentagrammes aux quatre points cardinaux accompagné de la prononciation des quatre noms divins de quatre lettres

3)  l’invocation et la visualisation des quatre archanges

4)  la formulation de la sphère astrale aurique 14 L’aura du magicien et sa sphère d’action : « L’une des actions essentielles du rituel mineur de bannissement par le pentagramme est de purifier et de renforcer les défenses de l’aura […] ». Jean-Pascal Ruggiu, op. cit., page 40.

5)  la fermeture par le rituel de la croix qabalistique.

                Les visualisations :

1)  la croix de lumière dans son aura

2)  le pentagramme lumineux flamboyant en tant que bouclier de protection en jaune d’or à l’est

3)  idem en rouge vif au sud

4)  idem en bleu électrique à l’ouest

5)  idem en vert émeraude au nord.

                Le tracé représente donc les quatre points cardinaux symbolisant les quatre éléments, le tout relié par un cercle.

                Les archanges doivent aussi être visualisés — avec une stature de trois mètres de haut — avec nombres d’attributs dont je ne citerai ici que les couleurs :

– Raphaël revêtu d’une robe tissé d’or, baignant dans une aura violette

– Gabriel revêtu d’une robe de soie bleu profond

– Michaël revêtu d’un manteau pourpre

– Uriel revêtu d’une robe de couleur noire ou verte.

                Cette visualisation, d’une certaine complexité, fait référence à la géographie sacrée de la Golden Dawn. Ainsi, ici, ces formes correspondent au plan de Yetzirah (Cf. l’Arbre des Séphiroth).

                À noter également que cette procédure implique la maîtrise de la respiration et du calme mental.

                En conclusion de ce rituel : il comporte une partie purement physique (psalmodies, gestes, tracés, manipulations d’objets rituels), et une partie psychique (visualisations et contrôle mental). Le conditionnement dont il fait l’objet a pour fonction de soutenir l’acte de la visualisation. La richesse des motifs et des symboles emplit tout le champ de la conscience. En conséquence, la sphère mentale est libre pour d’autres expériences.

                N’ont pas été évoqués l’aménagement de l’oratoire qui comporte une symbolique riche et variée et l’utilisation d’encens.

                Avant d’aborder l’analyse des données, voici un aperçu d’un aspect peu connu de la sorcellerie :

Introduction au rituel sexuel

                Il est un domaine particulier de la magie qui utilise l’acte sexuel afin de mobiliser la puissance de l’orgasme au cours du rituel. Parmi les groupes qui utilisent cette technique, le plus connu est la Wicca [« La Wicca est un syncrétisme qui associe un néo-paganisme latin, grec et égyptien, une magie d’origine européenne, une culture rituelle et festivale celto-druidique, une approche chamanique, une magie kabbalistique et une libre pensée offrant à chacun la possibilité d’interpréter le monde selon sa propre conscience. […] Nous sommes donc un cercle de Wicca, mais le terme moins obscur de néo-païens est certainement préférable, car ce que nous pratiquons c’est la voie magique de nos ancêtres les païens occidentaux, associée aux techniques chamaniques que l’on pourrait qualifier d’animistes. » Extrait de la publication Moïra, éditée par le Cercle du Dragon, association « néo-païenne ».] Voici comment ses membres définissent le rituel magique :

            « Le cadre rituel, accompagné de ses instruments, est considéré comme l’extériorisation de la psyché. Il s’agit donc d’un support symbolique qui n’a comme seul but, que de nous permettre de mettre en mouvement les mêmes forces et vertus à l’intérieur de notre psychisme. […].

            « La tradition magique nous enseigne que les outils et le décors sont analogiques. Ceci signifie qu’il existe un lien sympathique entre l’élément extérieur ritualisé (un encens particulier, une arme magique de forme et de couleur spécifique, une robe spéciale, etc.) et le niveau de conscience correspondant. Les choix ne sont pas quelconques et apparaissent comme des éléments déterminant la réussite de l’opération. » 15 Moïra, printemps 1992, pages 7-8.

                Il existe différents courants de Wicca, ainsi qu’il existe d’autres groupes pratiquant la magie sexuelle. Pierre Manoury 16 Pierre Manoury, Traité Pratique de Magie Sexuelle,.Ed Librairie de l’Inconnu, 1989, Paris. qualifie les rituels wicca de « parties de pince-fesses ». Ceci dénote l’atmosphère de tolérance réciproque qui existe entre les différents groupes de sorcellerie.

                D’après Pierre Manoury, la magie sexuelle peut se pratiquer en couple ou en groupe. Une large ouverture d’esprit est nécessaire pour pratiquer la magie sexuelle de groupe dans la mesure où les rapports sexuels sont multiples. La pratique en couple ne demande pas de dispositions particulières, si ce n’est que les partenaires se doivent de s’entraîner ensemble pour parvenir à une parfaite harmonisation et synchronisation de leurs orgasmes (Cf. Maxime).

                Un rituel de magie sexuelle comporte la même structure qu’un rituel classique de magie ou de sorcellerie. La différence consiste en ce que la visualisation s’accompagne de l’exacerbation de l’énergie sexuelle. Le phénomène de rupture est alors accompagné de l’orgasme. Ce type de pratique demande un entraînement rigoureux afin de contrôler l’acte sexuel et la visualisation dans le même temps.

                Afin d’illustrer ceci, voici un exemple de rituel de magie sexuelle :

Rituel sorcier d’évocation dans la tradition occidentale

            Le local : « … doit être une pièce assez vaste, entre 80 et 100 mètres carrés. Assez haute de plafond, à cause des fumées d’encens et du volume d’air, compte tenu du nombre de participants (la moyenne allant de 15 à 20 personnes). […] La pièce doit être impérativement insonorisée. […] Les fenêtres devront être munies de volets, des doubles rideaux en tissu lourd de teinte uniforme seront sinon indispensables du moins très souhaitables. […] L’ameublement sera strict. Aux murs se trouveront exclusivement les décors utiles au cérémonial à l’exclusion de tout autre ornement. La couleur des murs eux-mêmes pourra être le blanc cassé, le jaune ocre, l’idéal étant le rouge sombre ou éventuellement le bleu nuit.[…] Les sièges pourront être constitués par des poufs en mousse dépliables, qui se transforment en fauteuils ou en matelas. […] Un ou deux coffres bas serviront de rangement pour les accessoires et les vêtements rituels. L’ameublement sera complété par l’autel et un divan bas… »

            Accessoires : Quatre gros cierges blancs, cinq cierges verts, une coupe d’eau lustrale 17 « L’eau lustrale est une eau de rosée, éventuellement de source, récoltée à l’aurore en Lune ascendante, filtrée pour la débarrasser des impuretés. Cette eau est exorcisée et consacrée. L’eau lustrale correspond symboliquement aux quatre éléments. » Pierre Manoury, ibid., page 212. , un poignard rituel, une épée, une baguette, un brûle parfum, de l’encens d’Abral et d’Oliban mâle, une coupe de verre, une corde pour confectionner le cercle. Et aussi un oeuf de cristal 18 L’oeuf de cristal, en magie sexuelle, est un « accumulateur d’énergie, capable de redistribuer cette énergie en augmentant le taux vibratoire. L’utilisation de l’oeuf pourra aider au développement ou au déblocage des centres énergétiques. De même, dans un rituel, il constituera un «champ de force» qui asurera la protection des utilisateurs et permettra dans certains cas précis de «focaliser» en les amplifiant les intentions au moment de la décharge d’énergie provoquée par l’orgasme. » Pierre Manoury, ibid., page 219. et le talisman de Lilith 19 « Pour les magies sexuelles et la haute sorcellerie, Lilith est une déesse tendre et forte qui préside aux magies de pouvoir. Elle est représentée, tout comme Kali, comme une femme noire, très belle, mince et souple, au visage fin et racé, aux pommettes saillantes, au nez mince, aux yeux de biche et à la bouche sensuelle. Elle a les mains longues et fines des danseuses d’Asie et sa voix a les inflexions envoûtantes des chants d’amour des oiseaux des îles. Sa chevelure est très longue, d’un noir de jais et son front s’orne pour les uns d’un troisième oeil vertical, pour les autres d’une vulve délicatement ciselée. […] … En Occident, elle devient un avatar de la Vouivre, femme multiple, déesse des pouvoirs et de la séduction. Elle est la maîtresse des magies sexuelles et possède, comme Kali ou la Lune, un double aspect. Le premier fait de charme et de sensualité, l’autre démoniaque et criminel. » Pierre Manoury, ibid., pages 192-193. .

 

            Le rituel :

            « Trente minutes avant la cérémonie, les participants exécuteront une visualisation sur la finalité du rituel. L’opérateur leur décrira une dernière fois la situation à obtenir.

            Ils pénétreront dans la pièce et prendront les places qui leur sont destinées, l’opérateur fermant la marche. Après s’être assuré qu’il ne manque aucun des objets indispensables au rituel, l’opérateur procédera à la clôture du cercle en compagnie d’une assistante. Celle-ci suivra le pourtour de la corde avec un encensoir dans lequel brûlera de l’encens d’Oliban. L’opérateur suivra en traçant le cercle symboliquement de la pointe de l’épée. Le tracé commencera à l’ouest pour se terminer au même point une fois le cercle bouclé. Tous les assistants seront nus et assis. Seul l’opérateur conservera sa cape.

            Devant l’autel, l’opérateur procédera à l’ouverture du rite en traçant au-dessus de l’autel un pentagramme à l’aide de la baguette. Il dira à haute voix :

Ata gabor laïlam adonaï

            Ensuite il tracera, toujours avec la baguette le Tétragramme, en disant :

Iod Hé Vav Hé

 

            Il procédera de la même façon au nord, puis à l’ouest et enfin au sud avant de revenir à l’autel.

            Face à l’Orient, il dira trois fois :

EGO (son nom rituel),

en se frappant la poitrine.

 

            Un assistant mettra un peu d’encens d’Abral dans le brûle-parfum. Les participants commenceront à opérer le calme mental.

            La jeune femme désignée pour être au centre du rituel s’allongera sur le divan disposé à l’ouest.

            L’opérateur prendra le pantacle de Lilith dans sa main droite, puis tournant le dos à l’autel il se dirigera vers le divan suivi de deux assistants, l’un portant le poignard, l’autre la baguette.

            Face au divan il dira encore trois fois :

EGO (son nom rituel),

en se frappant la poitrine.

 

            Un des hommes participants se placera à genoux à la tête du divan, un autre au pied.

            Les assistants de l’opérateur se placeront à ses côtés déposant les objets rituels sur le sol. L’homme qui se trouve au pied du divan posera un oeuf de cristal sur le nombril de la femme allongée.

            La totalité des participants commencera à visualiser le but du rituel.

            L’opérateur déposera le talisman de Lilith sur le plexus solaire de la jeune femme.

            L’opérateur commencera la formule d’évocation :

Lilith, veni, veni, veni.

Par la vertu des Saints Noms de El, Eloïm,

Eloa, Adonaï, Shaddaï, Sabbaot,

Lilith, veni, veni, veni.

 

            L’opérateur tracera en l’air avec la baguette le pentagramme inversé, ainsi que le signe : lamed (première lettre du nom de Lilith).

Lilith, veni, veni, veni.

Par la vertu des Saints Noms de

El, Eloïm, Adonaï, Sabbaot, Yahedounaï,

Yahedounaï, Yahedounaï.

 

            Lilith écoute notre demande. Je te conjure ô Lilith de venir à notre appel par la vertu des 24 vieillards prêtres du dieu très haut, avec :

Ayasharaya

Baraya

Adonaï

Esbaoth

El Shaddaï

Et avec les Chérubims et les Séraphims

(prononcez Kéroubimme et Séraphimme) :

Boukoukalayim et Koukalayim

Noukalayim

Boukoukalayim

El adjel, El Adjel

Lilith écoute et obéit

par la vertu des noms de :

Ia InaI Ayil

Ia Enouail Ail

Ia Rai Yai Ai Il

Ia Woundai Taiyai Yai Il

Ia Idi Yai Yai Il

Ia Wouzé Ré Yai Tai Il

Ia Ebali Yé Yai Il

Ia Wai Taidai Ayai Yai Il

Whoua You Yai Il

Yai Kira Diti Ei

Ia Lemébété Yié Il

Ia Mé Ber Dé Phé Yai Il

Ia Né Yer Ai Tai Yai Il

Ia Oksé Pha Ai Yil

Ia Ouhai Ai Yil

Yé Lébé Tai Yai Il

Ia Ya Dou Lai Bai Yil

Ia Sha Data Yai Il

Ia Amanou Yil

Ia Phi Lay La Il

Ia Erreusse Tou Yil

Ia Eb Sa Ai Yil

Ia Oulaine Yil.

Lilith, veni, veni, veni.

Lilith écoute notre demande.

 

            L’opérateur à ce moment formule clairement la demande.

            Puis il marque une pause. Pendant ce temps, l’assistante qui se tient à ses côtés prend une coupe de cristal qui était déposée sur le sol près du divan avant le début du rite. Elle rejoint l’assistant qui se trouve de l’autre côté de l’opérateur. Elle se livre sur ce dernier à une masturbation et recueille la semence dans la coupe. Elle remet cette coupe à l’opérateur. Les participants arrêtent leur visualisation et commencent à se caresser, sans conclure d’acte. Les deux hommes qui jouxtent le divan en font autant à la femme allongée. L’assistante qui se trouve près de l’opérateur détache la cape de celui-ci.

            L’opérateur prend le talisman qui se trouve sur la femme allongée de la main gauche, élève la coupe de la main droite et dit :

Lilith reine des amours,

Maîtresse des Passions

écoute notre demande

Lilith accepte l’offrande de nos corps

Lilith participe à nos ébats.

 

            L’opérateur répand la semence de la coupe sur le ventre de la femme qui se trouve sur le divan. Il repose le pantacle et s’agenouille. Les hommes qui sont à côté du divan commencent à faire l’amour à la femme allongée. L’opérateur psalmodie :

Ia, Ia, Ia, Ia, Ia, Lilith….

Lilith donne un signe

 

            À ce moment, il est possible qu’un phénomène se produise dans la pièce et en particulier dans le triangle situé à l’ouest. Ce signe peut même aller jusqu’à l’apparition d’une femme mince, grande, noire et aux longs cheveux. La demande sera alors à nouveau formulée par l’opérateur.

            Dès que la femme qui est sur le lit atteint les premiers signes d’une forte exaltation, l’opérateur l’entreprend et… au moment de l’orgasme : visualisation et le vocable IA.

 

            Durant cette période les participants font de même, l’opérateur se mêle aux ébats, etc…

 

            Après épuisement des énergies, l’opérateur reprend sa place, il se lève en prenant le talisman de Lilith dans la main droite, il dira :

Per virtutem pentaculorum et quia ipsis

pentaculis et verbis creatoris obedientes

fuistis pax sit inter nos et vos, et sitis

odorati fragantia semper venir quando vos

vocabos sine solemnitate aliqua.

 

            L’opérateur marque un temps d’arrêt, puis il trace avec le poignard une croix à branches égales et dit :

Unus quisque ad suum locum.

 

            Il se rend aux quatre points cardinaux et en fait autant.

 

            Le rituel est terminé. » 20 Pierre Manoury, ibid., pages 233-242.

 

                Ce rituel se décompose en 6 phases :

1) phase préparatoire hors de l’oratoire ;

2) matérialisation du cercle magique et ouverture du rituel  tracé d’un pentagramme et d’un tétragramme ;

3) calme mental et visualisation pendant l’évocation de Lilith et formulation de la demande ;

5) actes sexuels et phénomène de rupture ;

6) clôture du rituel.

                On remarque donc, ici aussi, l’utilisation des diverses stimulations sensorielles :

  • odorat : encens
  • vue : décors du lieu rituel ; visualisations
  • toucher : promiscuité des corps
  • ouïe : psalmodies et manifestations vocales diverses
  • goût : rien de particulier.

                De même que dans le Rituel Mineur du Pentagramme examiné précédemment, nous avons, ici aussi, des aspects purement physiques (psalmodies, gestes, tracés, manipulations d’objets rituels, actes sexuels), et une partie purement psychique (calme mental et visualisation). Ici aussi, la notion de conditionnement peut être introduite, dans la mesure où l’acte sexuel se déroule pendant la visualisation : c’est l’apprentissage et la maîtrise d’une technique magique particulière qui implique la simultanéité de l’orgasme et de la projection mentale de la visualisation. Ici, c’est moins la richesse des visualisations qui prime, que la focalisation, en ENOC, de l’attention sur un but prédéfini. La conscience de groupe, la visualisation simultanée et les actes sexuels renforcent la profondeur de la transe. Energie psychique et énergie corporelles sont ici parallèlement mobilisées.

                D’après Maxime, la magie sexuelle peut être aussi pratiquée en couple (ce qu’il fait de temps à autre, m’a-t-il affirmé), et aussi en solitaire quand, n’ayant « pas de partenaire sexuel entraîné sous la main », il est nécessaire de renforcer le rituel par le dégagement de l’énergie sexuelle. A évoquer encore, avant de conclure cette partie, la notion de polarité en magie sexuelle qui inclut le concept de pôle positif et de pôle négatif. Il s’agit de réaliser la conjonction des opposés en situation rituélique : femme ou homme peuvent être positif ou négatif selon leur préparation. C’est une question de contrôle des énergies sexuelles et ceci implique de ne pas pratiquer avec une personne non initiée. Dans les faits, d’après Maxime, même si ce concept se doit d’être respecté, il est des rituels où une personne non initiée peut devenir l' »objet sexuel » du rituel. C’est aussi ça la sorcellerie : un discours plus rigoureux que les faits. C’est ainsi, également, que fonctionnait Aleister Crowley, bien connu pour ses rites sexuels. Il y avait chez lui d’un côté le « dogme », de l’autre sa pratique qui en divergeait par bien des points.

                Après avoir présenté les entretiens et deux rituels, l’un de magie cérémonielle, l’autre de magie sexuelle, il convient maintenant d’aborder l’analyse des données.

Les ENOCs à la lueur de la recherche

DÉFINITIONS

Dans ce domaine, délicat, des ENOCs, le sens des mots varie en fonction de celui qui les utilise.

Aussi, me semble-t-il nécessaire de définir quelques concepts afin de permettre au lecteur de mieux s’y retrouver.

Les mots magie, sorcellerie, rituel… n’ont pas le même sens dans l’esprit d’un ethnologue, d’un mage, d’un psychiatre ou d’un historien des religions…

Voici quelques points de références :

Magie

Elle est souvent scindée en deux groupes : magie blanche et magie noire.

– Voici la définition du Dictionnaire de l’Ethnologie 1 Dictionnaire de l’Ethnologie, M. Panoff et M. Perrin, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1973, pages 165-166. . Magie blanche : magie qui se donne pour but d’écarter les mauvais esprits ou de guérir les personnes qui en ont été les victimes. Elle n’est donc pas considérée comme antisociale, au rebours de la magie noire. Magie noire : magie qui prétend subjuguer les mauvais esprits et les forces surnaturelles maléfiques pour en faire les instruments d’entreprises homicides. Toutes les sociétés distinguent ce type de magie de la magie blanche et le condamnent.

– Le Dictionnaire Larousse 2 Le Petit Larousse, 1992, page 619. : Ensemble de pratiques fondées sur la croyance en des forces surnaturelles immanentes à la nature et visant à maîtriser, à se concilier ces forces. – Magie noire, magie blanche : respectivement mises en oeuvre pour le mal ou pour le bien.

– Ethnologie Générale 3 Ethnologie Générale : Paul Mercier, « La Religion et la Magie« , Paris, Ed. Gallimard, 1968, pages 984 à 987. : « L’anthropologie récente a renoncé à peu près complètement aux recherches relatives à l’origine de la magie, qui avaient tant préoccupé certains précurseurs. Les uns voyaient dans la magie une forme de dégénérescence de la religion. D’autres, notamment J. Frazer, pensaient que la magie avait précédé la religion ; mettant en jeu la relation de cause à effet, elle aurait été une sorte de «science primitive». […] La magie et la religion ne sont pas «deux domaines exclusifs l’un de l’autre». » […] La discussion sur la signification de la magie demeure largement ouverte. Les travaux récents ont insisté sur la diversité des faits magiques, et sur la variété des fonctions qu’ils peuvent remplir dans la société. Il existe en effet une gamme très étendue d’actes qui visent à influer directement sur le monde extérieur et sur les autres hommes, à permettre l’accomplissement des désirs de ceux qui les entreprennent, dans tous les domaines où les connaissances scientifiques ou empiriques font défaut ; ils s’appuient toujours sur des ensembles de croyances, sur des théories relatives au contrôle de l’homme sur la nature et les autres hommes, mais on décèle entre ces théories de grandes différences, selon le type de société dans lequel elles ont été élaborées. […] Les tentatives de classification des faits magiques ont été nombreuses. Les unes prenaient pour base les techniques, les mécanismes de l’action magique, conduisant aux distinctions classiques entre magie imitative, magie contagieuse, etc., ou à l’opposition entre les magies qui utilisent des instruments matériels et celles qui n’emploient que la parole. Sans être complètement abandonnées, elles ont peu à peu cédé la place à des classifications établies en fonction du but poursuivi par l’acte magique — mais dépassant la très ancienne distinction posée entre «magie blanche» et «magie noire». La terminologie n’est pas encore parfaitement assurée. De toute manière, les études récentes ont montré que les classifications formelles avaient moins d’importance que l’analyse des contextes dans lesquels la magie est utilisée, c’est à dire en définitive des anxiétés et des tensions intérieures à la société auxquelles elle contribue à apporter une solution. […]. »

– Et encore 4 Magie – Aspects de la Tradition Occidentale, Francis King, Paris, Seuil, 1975, page 8. : « Il faut le reconnaître, le terme de «magie» n’est guère satisfaisant, car il recouvre trop de significations différentes. […] Il y a la magie au sens de anthropologues — mélange de superstitions naïves, de rites primitifs de fertilité et de survivances folkloriques. Il y a aussi la magie noire, dans laquelle on commet le mal (un meurtre rituel, par exemple) afin d’obtenir les bonnes grâces des démons. Enfin, il y a la magie des occultistes occidentaux 5 La magie qui nous intéresse ici. , qui est un système très complexe dont les origines sont à rechercher, non pas dans la légende ou le folklore, mais dans les Hermetica et la littérature gnostique de l’Empire romain. »

 

Sorcellerie

Voici quelques définitions :

– Le Dictionnaire Larousse 6 Le Petit Larousse, 1992, page 949 : « Capacité de guérir ou de nuire, propre à un individu au sein d’une société, d’un groupe donné, par des procédés et des rituels magiques. »

– Jean Markale 7 Les Mystères de la Sorcellerie, Jean Markale, Paris, Ed.Pygmalion, 1992, page 10. : « […] On a d’abord tendance, dans tous les milieux sociaux et culturels, à utiliser indifféremment les termes «Sorciers» et «Magiciens». Or, il ne s’agit nullement de la même discipline : la magie est un authentique système philosophique concernant la causalité et la finalité de l’univers, tandis que la Sorcellerie n’est qu’un ensemble de pratiques soi-disant efficaces, mais limitées à des buts immédiats, sans aucune référence à un ordre cosmique. Si le Magicien s’efforce de comprendre et d’expliquer l’univers pour influer sur lui, le Sorcier se borne à utiliser des forces invisibles, en lui ou en dehors de lui, afin d’aboutir à un résultat précis, généralement très matériel. Certes, la Sorcellerie, comme la Magie comporte des rituels, mais en l’occurrence, ces rituels, qui apparaissent souvent comme des caricatures, sont surtout des formules répétées systématiquement, voire des breuvages ou pommades relevant davantage de la médecine populaire que du «supranormal». Mais, comme la Magie se décompose en «magie blanche», bénéfique, et en «magie noire» ou goétie, de tendance maléfique, la frontière entre les deux disciplines est souvent imprécise. Les Sorciers ne seraient-ils pas des Magiciens dégénérés ou n’ayant point franchi toutes les étapes d’une initiation intégrale nécessaire ? »

– Maxime 8 Mon informateur sorcier : « La sorcellerie est divisée en deux courants. La haute sorcellerie, d’abord, ou sorcellerie traditionnelle (c’est à dire qu’on y pratique des initiations) ; et puis la basse sorcellerie, la magie des campagnes. Elle est surtout composée de recettes et de pratiques déviées et le plus souvent déformées. La sorcellerie est une démarche magique axée sur l’action, la force. Elle manipule les forces naturelles : le tellurisme, l’inconscient collectif, la magie verte. Elle effectue des opérations comme l’envoûtement, le désenvoûtement, l’évocation, l’invocation, la manipulation des sorts, etc… Elle est ritualisée tout en intégrant la pratique chamanique. Mais moins rigide que la magie cérémonielle. En fait, pour résumer, on peut dire que la sorcellerie, c’est mon point de vue à moi, est un mélange de magie cérémonielle et de pratiques chamaniques. En plus, à l’intérieur de la haute sorcellerie existe une voie brève qui est uniquement à base de techniques utilisant la voie du dragon (c’est à dire le tellurisme 9 La compréhension, l’utilisation et le contrôle des forces chtoniennes et telluriques de la Terre. ), la magie sexuelle, et les égrégores. 10 Égrégore : « C’est l’entité psychique et astrale d’un groupe. Tous les membres d’un groupe, qu’il s’agisse d’une famille, d’un club, d’un parti politique, d’une religion voire d’un pays, tous ces membres sont psychiquement inclus dans l’égrégore de l’organisation à laquelle ils appartiennent. […] Donc, toute personne incluse dans un groupe reçoit, dans son psychisme, les influences de l’égrégore, c’est-à-dire de la contrepartie astrale du groupe et ceci inconsciemment. […] » Extrait du Cours d’Esotérisme Général des Philosophes de la Nature, Association qui enseigne l’Alchimie opérative et la Kabbale. « 

Rituel

Quelques définitions du terme rituel :

– Dictionnaire de l’Ethnologie 11 op. cit., page 233. : « Ensemble strictement codifié de paroles proférées, de gestes accomplis, et d’objets manipulés et correspondant à la croyance en une présence agissante d’êtres ou de forces surnaturels. C’est ainsi, par exemple, que la religion peut être définie comme reposant sur une croyance en des êtres surnaturels, sur certaines attitudes affectives et émotionnelles vis-à-vis de ces êtres et sur un moyen déterminé d’entrer en contact avec eux, moyen qui est le rituel. »

– Le Dictionnaire Larousse 12 op. cit., page 894. : « Ensemble de comportements codifiés, fondés sur la croyance en l’efficacité constamment accrue de leurs effets, grâce à leur répétition. Rite : Dans certaines sociétés, acte, cérémonie magique à caractère répétitif, destiné à orienter une force occulte vers une action déterminée. »

 

                Ces quelques définitions montrent la difficulté à cerner ces domaines.

                Je proposerai, dans le cadre de ce mémoire, la définition suivante des termes magie et sorcellerie : systèmes de pratiques et de représentations impliquant le contrôle des états non ordinaires de conscience en vue d’une action sur le monde matériel objectif ou/et le monde humain — physique, psychique, spirituel —.

                En ce qui concerne le concept d’état de conscience modifié, la problématique est encore plus délicate. Nous n’avons pas de grille de lecture pour le psychisme altéré. Les classifications de la psychologie clinique ou de la psychiatrie ne peuvent s’appliquer ici. Il faut donc en chercher d’autres.

L’ÉTAT DE CONSCIENCE ORDINAIRE (ECO)

                Peut-être faut-il avant tout définir l’état de conscience ordinaire (ECO) ?  Où est la frontière entre un état de conscience ordinaire et un état de conscience modifié ?  Ces questions sont, elles aussi, délicates. Car la notion de conscience semble varier d’une culture à une autre, d’un individu à un autre et même pour un individu, d’un moment à un autre.

                Pour poser quelques jalons, considérons, dans le cadre de ce travail, que l’état de conscience habituel, normal, de l’occidental moyen est celui de l’état de veille ordinaire, des occupations journalières : exécuter son travail, conduire sa voiture ou lire un bon livre. En ce sens, un bon sommeil entrecoupé de rêves est un état de conscience ordinaire également. Une bonne définition pourrait être la suivante : un état de conscience ordinaire est un état qui résulte de l’adaptation d’un individu à l’environnement physique et psychosocial de sa culture. Voici la définition de Charles Tart : « Notre état de conscience ordinaire ou normal est un outil, une structure, un mécanisme d’intégration qui nous permet d’interagir avec une certaine réalité sociale acceptée — un consensus de réalité ». 13 Charles Tart, States of Consciousness, Dutton, New york, 1975. Voir Christine Hardy, La Science et les Etats Frontières, Monaco, 1988, page 237.

                Un état de conscience non ordinaire se caractériserait alors par des phénomènes psychiques inhabituels. En général, en Occident, un état de conscience inhabituel est classé dans la pathologie. 14 Pour l’état de transe, par exemple, voici les termes que la psychiatrie et la psychanalyse emploient pour la qualifier : oscillation entre excitation et inhibition, entre contention et déchaînement, entre identification et amour d’objet, entre les deux pôles de la bisexualité ; bouffée délirante ; phénomènes hallucinatoires ; confusion et désorganisation des repères temporo-spatiaux…

                Or, en magie et en sorcellerie, les états de conscience non ordinaires sont provoqués par l’officiant.

                Il est donc utile d’introduire le concept de contrôle des états non ordinaire de conscience 15 Dans la suite de ce travail, j’utiliserai l’abréviation ENOC pour Etat Non Ordinaire de Conscience. . La pratique magique, le rituel, est l’instrument, l’outil provoquant ce glissement vers une autre réalité. Une caractéristique fondamentale de ces états non ordinaires en magie et en sorcellerie est que l’officiant reste conscient du processus, qu’il garde le contrôle sur lui-même et est à même d’interrompre le rituel si un danger se présente. Il dispose d’une panoplie d’outils « rituéliques » lui permettant de contenir les effets indésirables : rituel de consécration, rituel d’exécration, rituel de purification, rituel de dégagement… pour n’en citer que quelques-uns.

                Dans notre culture occidentale, nous avons de nombreux termes pour qualifier ces états de conscience non ordinaires : transe, hypnose, rêve, extase, par exemple. Aucun d’eux n’a pu être clairement défini, sinon avec les termes issus de la psychologie clinique, de la psychiatrie et de la psychanalyse.. Les définitions médicales et psychiatriques ne peuvent être appliquées dans le cadre de cette étude : ils ne correspondent pas à la réalité des mages et sorciers.

LE RÊVE

                Il existe toute une échelle d’états de conscience modifiés. Parmi les plus connus, il y a le rêve, qui peut être décrit comme un état de conscience modifié également. Il est utilisé par de nombreuse cultures (« Dream Culture ») comme une porte vers un au-delà, un autre monde de réalité non ordinaire. Par exemple, pour les Aborigènes d’Australie il existe Jukurrpa :

            « Jukurrpa constitue le pivot central de la culture et de la spiritualité aborigènes. Ce terme désigne à la fois le récit concernant chacun des itinéraires suivis par le clan et l’espace-temps onirique qui contient la mémoire mythique de l’ensemble de ces récits. Pour les Aborigènes, Jukurrpa a existé de tous temps et existera éternellement dans un monde parallèle au nôtre, accessible uniquement par le rêve. Il est le domaine des êtres ancestraux et éternels ; ces fameux êtres éternels sont, en effet, le produit de Jukurrpa. Eux-mêmes reçoivent toute leur connaissance par leurs propres rêves, qui leur indiquent les itinéraires qu’ils doivent suivre. Une fois sur place, ils sont capables de deviner l’histoire du site, de connaître toutes les cérémonies qui s’y sont déroulées ainsi que d’identifier quels êtres sont passés par là. Ils peuvent aussi savoir tout ce qui a été dit, mémorisé et même pensé sur chaque lieu sacré !  Ils sont, de par leurs pouvoirs, les guides privilégiés des âmes des dormeurs qui viennent les visiter. Ce sont eux qui donnent à l’âme de leurs visiteurs terrestres les messages oniriques qu’ils devront transmettre au clan à leur réveil. » 16 Philippe Kerforne, « La vie rêvée des Aborigènes d’Australie », L’Autre Monde, n°64, avril 1993, pages 64-67.

                Alex reviendra, plus loin, sur le rêve, utilisé en magie pour recevoir des informations d' »autres sources ».

L’HYPNOSE

                Voyons l’hypnose à présent. Pour cela, je me réfère à l’excellent travail de Christine Hardy 17 psychologue, ethnologue, auteur d’une thèse d’état — Ethnologie et Parapsychologie — à l’Université de Paris VII. qui a très bien su synthétiser les données s’y rapportant 18 Christine Hardy, op. cit., pages 176 et suivantes. :

            « … il me semble que nous sommes confrontés, avec l’hypnose, à une variété d’états distincts qu’il serait vain de vouloir cerner par une seule définition. Cependant, ces états modifiés distincts se développent à partir d’un état hypnotique de base — nommons-le à la suite de Charles Tart un état neutre hypnotique ou ENH — par l’utilisation d’une induction hypnotique classique, basée sur la relaxation profonde et l’attention sélective à la voix de l’hypnotiseur. Cet ENH, lui, est commun à la plupart des transes hypnotiques, induites par un hypnotiseur ou auto-induites. […]

            L’ENH peut être caractérisé par une relaxation profonde (perte des sensations intéroceptives), une suggestibilité accrue, une visualisation spontanée vivide, une pensée spontanée réduite, une concentration sélective de l’attention sur ce qui est suggéré (perte des sensations extéroceptives) et une amnésie partielle ou totale subséquente. Enfin, si l’ENH est induit par un hypnotiseur, il comporte alors une relation exclusive à l’hypnotiseur, à caractère fortement empathique.

            Dans cet ENH, la pensée automatique semble tout à fait suspendue, et la pensée spontanée est réduite à l’absorption et à l’amplification (et très rarement au rejet) de ce qui est suggéré.

            Dans l’ENH, le sujet pense en images. Ce qui lui est suggéré est immédiatement visualisé.

            Le fait que le champ de l’attention soit resserré sur un domaine très limité, et que les sensations extéroceptives et intéroceptives soient pratiquement nulles (à l’exclusion de la voix de l’hypnotiseur), semble augmenter la puissance de la concentration. Dans l’hypnose, ce resserrement de l’attention, la quasi-annulation de l’input sensoriel et l’arrêt de la pensée automatique font qu’il n’y a pratiquement aucune possibilité de distraction. Cela suffit à prouver que l’hypnose est un état distinct et modifié, puisque seuls de très rares sujets (généralement des méditants) sont capables d’atteindre un état dans lequel la pensée automatique et les distractions sont annulés. […]

            L’état neutre hypnotique permet d’accéder, en mettant en oeuvre les suggestions appropriées  et un approfondissement de la transe, à une profusion d’états modifiés distincts, allant de la régression, à des états somnambuliques et à des états proches des états yogiques transcendants sans forme.

            La transe hypnotique peut ainsi être un moyen très efficace en vue de sélectionner et d’induire un état de conscience particulier, quel qu’il soit, parce qu’il est visualisé avec une telle intensité que cela équivaut à le «vivre» et à en produire les effets attendus.

            La visualisation, qui est à la base des techniques de yoga visant le développement de certains pouvoirs paranormaux, est certainement un facteur essentiel à la production d’effets non ordinaires, i.e. des grands phénomènes de l’hypnose tels que les pseudo-brûlures, l’anesthésie, etc.

           Á mon avis, c’est la visualisation, extrêmement renforcée pendant l’hypnose, qui permet aux suggestions d’être vécues comme une réalité par le sujet.

            Il semble donc que les éléments de visualisation et de suggestion se renforcent l’un l’autre, concourant à la création d’états de plus en plus «modifiés» et profonds.

            Il est donc possible qu’à partir de l’ENH, des états de plus en plus modifiés puissent être atteints, dans la mesure où la transe du sujet s’approfondit en réponse aux suggestions appropriées de l’hypnotiseur. »

                 On touche ici un aspect crucial des états modifiés de conscience. En effet, comme on le verra plus loin, pendant les entretiens, et à l’analyse des données, la visualisation et l’auto-hypnose sont des éléments primordiaux mis en œuvre dans les rituels magiques et sorciers cérémoniels.

 

LE RÊVE LUCIDE

                Voyons maintenant d’autres types d’états modifiés de conscience : le rêve lucide, tout d’abord.

                Le rêve lucide est un état dans lequel une personne rêve tout en prenant la direction, tout a fait consciemment, de son rêve. Dans certains cas, la personne serait capable de voir son corps endormi. D’après les témoignages, les perceptions d’un rêve lucide auraient plutôt le caractère de la réalité et non celui d’un rêve. Tous les modes sensoriels de l’état d’éveil seraient activés et, dans certaines situations, des modifications somatiques seraient vécues. 19 Christian Stephan, « Klartraüme : Bewußtes Traümen als Weg zur Selbstverwirklichung », Esotera, n°12, décembre 1982, pages 1090 à 1099. Voici ce que nous rapporte Christine Hardy 20 Christine Hardy, op. cit., page 37 et suivantes. :

            « En 1975, Keith Hearne, psychologue, entreprit une étude physiologique 21 Keith Hearne (1982) : « Signals from another world« , dans le Dream Network Bulletin, vol. 1, no. 5. ibid. à l’Université Hull, en Angleterre, avec un sujet qui avait très souvent des rêves lucides de façon spontanée. Ayant eu «l’idée qu’il était peut-être possible que le rêveur puisse, pendant un rêve lucide, communiquer avec le monde extérieur», Hearne avait demandé au sujet d’exécuter une série de 7 à 8 signaux oculaires (en tournant ses yeux à gauche, puis à droite) et d’essayer d’appuyer sur un bouton, lorsqu’il serait conscient pendant un rêve. Vers le matin, alors que le sujet était en stage REM 22 Rapid Eye Movement : c’est dans cette phase de mouvements oculaires rapides que le sujet rêve. Note de l’auteur. du sommeil depuis déjà une demi-heure, les mouvements codés apparurent soudain sur le graphe (Hearne enregistrait l’EEG, l’EOG [électro-oculogramme] et l’EMG [électromyogramme]). […] Puis il eut un autre rêve et fit de nouvelles séquences de signaux, certaines lentes et d’autres rapides. Hearne remarqua que les séquences de signaux que le rêveur dit avoir fait correspondaient «presque exactement» à celles qu’il avait observées sur le graphe, ce qui prouvait un réel passage d’information entre l’état de rêve et le conscient du sujet qui se rappelle son rêve. […] Un jeune psychologue très brillant de l’Université de Stanford, Stephen La Berge, a fait faire un nouveau bond à l’étude du rêve lucide. […]  «…les rêveurs peuvent envoyer intentionnellement des signaux au monde extérieur tout en continuant à rêver». Enfin, il apparaissait aussi de façon éclatante que «la connaissance présente dans le rêve pendant la phase REM peut être beaucoup plus rationnelle et réfléchie que ce qui a été assumé communément». Cette possibilité de marquer le moment exact d’événements se passant dans le rêve provoqua un grand enthousiasme pour les diverses avenues de recherche que cela ouvrait. »

Tracés EEG, EOG, EMG d'un sujet rêvant
Tracés EEG, EOG, EMG d’un sujet rêvant lucide

                            Tracé d’un sujet signalant qu’il sait qu’il rêve. Le sujet se réveilla 20 sec. à peu près après le signal et rapporta qu’il avait eu un rêve lucide et qu’il avait exécuté le signal convenu, c’est-à-dire en levant les yeux (U sur l’EOG), puis en faisant une séquence de serrements du poing gauche (L) et du poing droit (R), donnant le code en morse des initiales du sujet : SL. Les 3 critères de la phase REM du sommeil sont présents : basse amplitude sur l’EMG du menton, des REM épisodiques, et un EEG de basse amplitude et de fréquences mélangées. Les initiales SL donnent donc, en morse : LLL LRLL, ce qui est reconnaissable sur la figure. (La Berge, 1980) 23 Stephen La Berge (1980) : « Lucid dreaming as a learnable skill : a case study. » Perceptual and Motor skills, Vol. 51 (p. 1039-1042). Christine Hardy, op. cit., page 41.

                On peut rapprocher les rêves lucides de la projection hors du corps, nommée aussi dans les milieux ésotériques « voyage astral ». Le terme américain employé par les scientifiques est OBE (Out of Body Experience). À ce jour, il n’a pas été possible de mettre en évidence l’existence d’un déplacement hors du corps. Plusieurs théories coexistent :

  • « Certains chercheurs se posent la question d’un «quelque chose» qui s’extérioriserait du corps physique, et qu’ils nomment «Aspect Thêta», pour ne pas en présumer la nature. » 24 Christine Hardy, , page 80
  • … »l’OBE n’est fondamentalement qu’une expérience de nature psychologique qui est caractérisée par l’impression qu’a le sujet de se trouver hors de son corps… » 25 Ibid.
  • « Enfin, certains parapsychologues ont cherché à détecter un pattern d’ondes cérébrales qui pourrait rendre compte de «l’état» OB, de la même manière que l’on a réussi à prouver que le rêve est un état de conscience particulier, distinct du sommeil. » 26 Ibid. Les recherches effectuées jusqu’à aujourd’hui n’ont pas encore permis de mettre cet « état OB » en évidence.

 

LA CLASSIFICATION DE ARNOLD LUDWIG

                Pour essayer de délimiter le champ des ENOC, voici la classification de Arnold M. Ludwig 27 Arnold M. Ludwig, « Altered States of Consciousness, dans Altered States of Consciousness », Charles T. Tart, New York, HarperCollins Publishers, 1990, pages 19 à 28. en 1966 :

Production des ENOCs

– réduction de la stimulation externe et/ou de l’activité motrice :

dans cette catégorie se classent les stades mentaux résultant de la réduction de la stimulation sensorielle, ou résultant d’une stimulation constante, répétitive et monotone (déprivation sensorielle {expérimentale ou non} ; ennui extrême, états hypnagogiques, rêve et somnambulisme ; en ésotérisme, elle se manifeste dans les rites d’incubations pratiqués par les Grecs et les Egyptiens de l’Antiquité)

– augmentation de la stimulation externe et/ou de l’activité motrice et/ou de l’émotion :

ici sont classés les ENOCs provoqués par l’excès de stimulation sensorielle — activité physique intense, surexcitation émotionnelle et fatigue mentale extrême (lavages de cerveau, transe de groupe dans les foules, conversions religieuses et guérisons en transe, aberrations mentales associées à certains rites de passage 28 en français dans le texte , possession par des esprits, transes chamaniques durant des cérémonies tribales, transes orgiastiques expérimentées par des groupes satanistes pendant leurs cérémonies, marches sur le feu, transes extatiques des derviches tourneurs, transes provoquées par la masturbation prolongée ; également : amnésies, névroses traumatiques, dépersonnalisation, panique, hystérie, berserk, possession démoniaque et états psychotiques… ) —.

– augmentation de la vigilance ou de l’implication mentale :

cette catégorie comprend les altérations dues à une activité mentale accrue pendant un certain laps de temps (vigilance prolongée ; observation d’un écran radar pendant une période trop longue ; prière soutenue ; concentration mentale extrême sur une tâche spécifique comme la lecture, l’écriture, ou la résolution d’un problème… ou l’écoute prolongée d’un tambour, d’un métronome, l’observation prolongée d’un stroboscope… ).

– attention diminuée et relaxation exagérée :

cette catégorie regroupe les ENOCs en relation avec un mental passif, une activité mentale minimale (états mystiques, transcendantaux atteints par méditation passive et se présentant spontanément dans la phase de relaxation maximale ; rêve éveillé ; somnolence ; médiumnité ; transes auto-hypnotiques ; associations libres pendant les cures psychanalytiques ; nostalgie profonde ; transes provoquées par la musique ; relaxations profondes comme celles obtenues dans des caissons d’isolation sensorielle…).

présence de facteurs psychosomatiques :

dus aux altérations de la chimie du corps et de la neurophysiologie (hypoglycémie ; jeûne ; hyperglycé- mie ; déshydratation ; dysfonctions de la thyroïde ; privation de sommeil ; hyperventilation ; narcose ; délire provoqué par la fièvre, les drogues…) .

Caractéristiques générales des ENOCs

– altérations de la pensée : troubles de la concentration, de l’attention, de la mémoire, du jugement…

– altération de la perception du temps : sens du temps et chronologie sont altérés : accélérations et ralentissements, arrêt de l’écoulement du temps…

– perte de contrôle : de la réalité, self-control (cette perte de contrôle peut être passagère et amener le sujet à une « reprise en main des commandes » qui le mènent à une expérience de grande amplitude et d’enrichissement)…

– changements émotionnels : détachement, peurs et angoisses, perte d’humour, dépersonnalisation…

– modifications de l’image du corps : dépersonnalisation, coupure corps/esprit , dissolution du corps dans l’espace ou l’univers, rapetissements, agrandissements, distorsions, lourdeurs, légèreté, étrangeté, déformations…

– distorsions de la perception : hallucinations, imagerie visuelle modifiées, couleurs, géométrie, sons, odeurs, sens, lumières sonores, et sons colorés…

– modifications de la perception des concepts et des idées : expérience de « eurêka », illumination, fausses logiques et raisonnements…

– sens de l’ineffable : états mystiques et transcendantaux

– sensations de rajeunissement : en relation avec des drogues comme les amphétamines ; ou avec des expériences de conversions religieuses de groupe…

– extrême suggestibilité : provoquée par un chaman ou un leader religieux sur un groupe de personnes ou tendance d’une personne à mal interpréter ou mal percevoir les stimuli variés qu’elle perçoit dans son environnement ou à être trompée par elle-même…

                La réalité subjective peut être déterminée par nombre de ces influences agissant de concert on non. Ces différents items peuvent se combiner entre eux

                Christine Hardy critique cette classification 29 Christine Hardy, op. cit., page 236. :

            « … il ne nous semble pas que les classifications de Ludwig puissent être d’une grande utilité dans la reconnaissance ou la compréhension des EMC 30 EMC = États Modifiés de Conscience. Note de l’auteur. , car des états trop distincts sont mélangés au sein d’une même catégorie, trop vaste ou trop floue.

            C’est le reproche que lui ont fait certains auteurs (Bourguignon, Lapassade), et il est tout a fait justifié.

            Sa classification par facteurs inductifs ne semble pas être pertinente, puisqu’elle lui permet de mettre dans une même catégorie des épisodes psychotiques avec des expériences extatiques (par exemple la névrose traumatique et la transe extatique) ou encore des cultes rituels et des états émotionnels tout à fait personnels (par exemple la transe possessionnelle et la panique). À l’opposé, sa classification des caractéristiques générales des EMC a la qualité d’être claire et de rendre compte d’un grand nombre de modifications vécues pendant ces états modifiés. Elle est d’ailleurs très proche de celle que Tart proposera plus tard. »

L’ÉTAT DE CONSCIENCE CHAMANIQUE (ECC)

                Michael Harner 31 Interview de Michael Harner par Gary Doore, « La Sagesse Ancienne dans les Cultures Chamaniques », Anthologie du Chamanisme, Aix en Provence, Ed. Le Mail, 1991, page 31. , anthropologue, spécialiste du chamanisme, nous propose, lui, une définition de ce qu’il appelle l’État de Conscience Chamanique ou ECC :

            « […] La principale caractéristique définissant un chaman est qu’il (ou elle) est quelqu’un qui entre dans un état altéré de conscience (que j’appelle l’Etat de Conscience Chamanique, ou ECC), en général déclenché par le son monotone du tambour ou d’une autre percussion, afin d’effectuer des voyages dans ce qu’on pourrait appeler du point de vue technique les mondes inférieur et supérieur. Ces autres mondes accessibles au chaman en ECC sont considérés comme une réalité alternée, et l’objectif du chaman lorsqu’il voyage dans cet état est d’interagir consciemment 32 Je reviendrai sur ce point dans l’analyse des données. sur certains pouvoirs ou esprits gardiens se trouvant là… […]. Les conceptions de la nature de la réalité diffèrent d’une culture à l’autre. Par exemple, les Jivaros d’Amérique du Sud défendent une position extrême en disant que la seule réalité est celle accessible en état ECC, et que notre état ordinaire de conscience n’est qu’une illusion, un «mensonge». 33 Cf. la Maya de l’Hindouisme. Note de l’auteur. […] »

 

                Il y a donc différentes formes de réalités non ordinaires. La plus extrême serait une réalité où le chaman — ou le sorcier — irait dans le monde des morts. Voici ce que dit Michael Harner 34 Michael Harner, op. cit., page 34. :

            « […]… le voyage chamanique commence avec la sensation de traverser un long tunnel qui se termine par une lumière à l’autre extrémité, et ceci est assez proche des descriptions dites de l’après-vie 35 Voir Raymond Moody : La Vie après la Vie, Lumières Nouvelles sur la Vie après la Vie, La Lumière de l’Au-delà, Paris, Ed. Robert Laffont, 1977, 1978, 1988. Les expériences de mort rapprochée — Near Death Experience (NDE) — ont des analogies avec le voyage chamanique et les voyages hors du corps (OBE) – voir ma thèse où je détaille ces éléments. Mais le chaman, lui, effectue tout le trajet à travers le tunnel et explore le monde sur lequel il débouche, le monde vers lequel les gens se sentent happés au moment de la mort. Lorsqu’on se sent prêt, ou que l’on se prépare à mourir, c’est donc une bonne chose d’avoir déjà exploré cette région auparavant par l’intermédiaire de la méthode chamanique, parce qu’il n’est pas surpris de ce qui arrive à l’état post-mortem. D’une certaine manière, on en connaît la géographie. »

                Il existe donc plusieurs niveaux d’ENOCs. Entre un rêve éveillé et l’état décrit précédemment, il y a une différence d’intensité évidente. Ces états peuvent être plus ou moins profonds suivant le désir de l’officiant.

                Dans la magie cérémonielle occidentale, l’univers invisible est subdivisé en plans dont chacun est accessible par une procédure rituelle appropriée, une sorte de code, de clé, qui en permet l’accès. Chaque plan a une fonction et représente une étape initiatique. Dans l’Ordre de la Golden Dawn, ce chemin initiatique est symbolisé par l’arbre des Séphiroth, comprenant 10 plans et 22 sentiers (voir illustration page suivante).

 

                Le chaman, comme le magicien, qui se déplace dans une autre réalité, doit garder le contrôle de la situation, résoudre des problèmes et ramener des informations dans la réalité ordinaire :

             » […] En effet, le chaman ne se contente pas de faire l’expérience de la réalité non-ordinaire, il cherche également à codifier ce qui est expérimenté de façon à pouvoir rapporter l’information et la transmettre aux autres. Aussi, le chaman doit réfléchir à ce qu’il voit, ce qu’il vit, puis être en mesure de mémoriser en silence ce qui se passe pendant son voyage, pour qu’ensuite cette connaissance puisse être remémorée. Entrer en état de conscience chamanique (ECC) suppose donc qu’il n’y ait pas paralysie du cerveau gauche, ni des facultés rationnelles, au contraire. […] »36 Michael Harner, op. cit., page 42.

Les Philosophes de la Nature

L’ARBRE DES SEPHIROTH
(source : Les Philosophes de la Nature)

STIMULATIONS SENSORIELLES ET ÉTATS DE CONSCIENCE MODIFIÉS

                Nous avons vu que chamans, mages et sorciers possédaient une géographie de l’invisible qui leur permettait d’atteindre et de se diriger dans une autre réalité. Cette faculté est le fruit d’un entraînement physique et mental poussé, souvent commencé dans la prime jeunesse et poursuivi pendant toute la vie.

                Cet entraînement comporte de nombreux éléments, de nombreuses initiations, des rites de passages…

                Certains chercheurs ont essayé d’appréhender les modifications physiologiques induites par le rituel. Il est assez facile de mesurer le rythme cardiaque, la température du corps, la sudation etc…. Ces éléments ne donnent que des indications parcellaires sur les processus en cours.

                Par contre, on sait déjà depuis de nombreuses années que des stimulations acoustiques ou visuelles répétées, monotones provoquent des modifications dans le tracé des ondes cérébrales. Dans les années 1940 37 Michael Hutchison, « Die Gehirnschrittmacher : audiovisuelle Synchronisation », Megabrain, Basel, Sphinx Medien Verlag, 1990, pages 223-224-225. , aux USA, le neurologue W. Gray Walter a utilisé un stroboscope en combinaison avec un électroencéphalographe. Le sujet a reçu une stimulation visuelle variant entre 10 et 25 éclairs par secondes. Cette stimulation visuelle a provoqué une modification du tracé des ondes cérébrales dans l’ensemble du cortex, et non pas seulement dans la zone de la vision. Plusieurs personnes ont été soumises à ce test. Cet effet a été appelé photic driving. Dans le courant des années 1970, d’autres expériences ont eu lieu dans le même domaine. L’effet a été validé : le cerveau réagit d’une manière quasi automatique à ce genre de stimulations. Les chercheurs américains ont également constaté que suivant les fréquences utilisées les réactions des sujets variaient :

  • les peurs pouvaient être minimisées dans les gammes de fréquence alpha et thêta ;
  • la stimulation visuelle provoquait un état de détente physique et de clarté mentale ;
  • il était possible de s’entraîner pour modifier le tracé des ondes cérébrales ;
  • cet entraînement semblait aussi induire une augmentation des facultés intellectuelles ;
  • l’hypnose et la suggestion s’en trouvaient facilitées ;
  • les hémisphères cérébraux tendaient à se synchroniser du point de vue des ondes cérébrales ;

cette synchronisation entraînait de meilleures capacités intellectuelles 38 ibid., pages 225-226 et :

Ciganek, L. – The EEG response (Evoked Potentiel) to Light Stimulation in Man. – Electroencephalography and Cl. Neurophysiology 30: 423-436 (1971).

Fukishima T. – Application of EEG Interval-Spectrum Anaysis (EISA) to the Study of Photic Driving Responses – A Preliminary Report – Archives of Psychiatry 220 : 99-105 (1075).

  • Williams P., West M.A. – EEG Responses to Photic Stimulation in Persons Experienced at Meditation – Electroencephalography and Clinical Neurophysiology 39 : 519-522 (1975). .

                D’autres chercheurs se sont penchés sur la stimulation auditive.

  1. Neher 39 Neher A. – A Physiological Explanation of Unusual Behavior in Ceremonies involving Drums – Human Biology 34, 1962. , par exemple, a mis en évidence l’

            « […] effet direct de la stimulation acoustique sur le cerveau […]. Il enregistra l’électro-encéphalogramme de plusieurs sujets normaux pendant qu’ils écoutaient les sons à basse fréquence (et à haute amplitude) d’un tambour. […] Dans l’expérience de Neher, les réponses de «transmission auditive» étaient sollicités à 3, 4, 6 et 8 battements par seconde, et les sujets devaient commenter de manières subjective les impressions à la fois visuelles et auditives qui leur venaient… Il en conclut que la sensibilité face au rythme cadencé augmentait en état de stress et de déséquilibre métabolique (hypoglycémie, fatigue, surmenage, etc., toute chose faisant partie du rituel chamanique). Il montra également que la stimulation sonore à la fréquence de 4-7 cycles par secondes devait être plus efficace pendant les cérémonies, parce qu’elle accroissait les rythmes thêta qui se manifestent dans les zones corticales du lobe temporal. […] W. Jilek 40 Jilek W. – Indian Healing – Hancock House, 1982. a effectué des travaux complémentaires sur la «transmission des ondes thêta» sous l’influence du tambour, en étudiant le comportement des Indiens Salish durant la cérémonie de la danse des esprits. Ayant analysé les battements du tambour qu’il avait enregistrés, il découvrit que les rythmes comprenaient une fréquence allant de 0,8 à 5 cycles par seconde. Un tiers des fréquences se trouvait au-dessus de 3 cycles par seconde, c’est-à-dire très proche de la fréquence des ondes thêta. Il remarqua également que la stimulation acoustique du rythme pendant les cérémonies était provoquée par plusieurs tambours, et que l’intensité était nettement plus forte que celle qu’avait utilisée Neher au cours de ces expériences. » 41 Jeanne Achteberg, « Les États de Conscience Chamaniques », dans Anthologie du Chamanisme, op. cit., page 152.

                Michael Harner rapporte 42 Michael Harner, Chamane – Expérience Intérieure, Paris, Ed. Albin Michel, 1982, pages 88-89. :

            « Des recherches en laboratoire menées par Neher ont démontré que le son du tambour induit des changements dans le système nerveux central. […] En outre, les bruits du tambour sont principalement constitués de basses fréquences, ce qui signifie qu’une plus grande énergie peut être transmise au cerveau par le son du tambour que par un stimulus sonore de haute fréquence. Cela est possible, affirme Neher, parce que «les récepteurs de basse fréquence de l’oreille sont plus résistants aux agressions que les récepteurs de haute fréquence plus délicats et peuvent supporter des amplitudes plus élevées dans douleur». 43 Neher, 1962 : 152-153. Andrew Neher «Auditory Driving Observed with Scalp Electrodes in Normal Subjects», Electroencephalography and Clinical Neurophysiology 13 (3), 1961, : 449-451. «A Physiological Explanation of Unusual Behavior in Ceremonies Involving Drums», Human Biology 34 (2), 1962, : 151-160.

            Des recherches récentes sur les danses chamaniques des Indiens Salish de la côte nord-ouest appuient et amplifient les découvertes de Neher sur l’induction d’états de conscience altérés par le rythme du tambour. Jilek et Ormestad ont découvert que les fréquences du son du tambour dans la zone de fréquence EEG des ondes thêta (quatre à sept cycles par seconde) prédominaient durant les étapes de l’initiation utilisant le tambour Salish en peau de daim. C’est cette zone de fréquences, observe Jilek, qui «est reconnue comme la plus efficace dans la production d’états de transe » 44 Jilek, 1974 : 74-75. Wolfgang G. Jilek, Salish Indian Mental Health and Culture Change : Psychohygienic and Therapeutic Aspects of the Guardian Spirit Ceremonial, Toronto and Montreal : Holt, Rinehart and Winston of Canada, 1974. .

            On espère qu’une telle recherche sera finalement enrichie par le télémétrage de l’EEG des chamanes durant leurs voyages. Ce type d’investigation permettra sans doute de découvrir que l’ECC induit des ondes thêta aussi bien que des ondes alpha. »

LES ONDES CÉRÉBRALES

                Avant de poursuivre, il est utile d’exposer la classification des ondes cérébrales. On distingue 4 types d’ondes :

– ondes BETA (13-30 hertz 45 hertz : cycle par seconde ) : elles sont caractéristiques d’une concentration active et de l’état de veille. Elles se manifestent la journée dans les activités habituelles, stimulent la pensée logique et analytique, mais accompagnent aussi les sensations d’insécurité, nervosité, stress, angoisses ;

– ondes ALPHA (8-12 hertz) : elles caractérisent les états de détente psychique et physique, accompagnent la créativité, la fantaisie et l’intuition. Elles dominent pendant les états méditatifs (yoga, zen, par exemple) et peu avant le sommeil ;

– ondes THETA (4-7 hertz) : elles apparaissent peu après l’endormissement. Elles stimulent la créativité, la méditation, la relaxation profonde (maîtres yogi et zen savent les stimuler) ;

– ondes DELTA (0,5-3 hertz) : elles dominent pendant le sommeil profond et assurent un sommeil réparateur sans rêve. Elles se manifestent aussi dans certains états de transe, d’hypnose profonde et certains états d’éveil particuliers.

                Ces ondes cérébrales sont générées par l’activité électrique du cerveau et sont tracées sur un électroencéphalogramme. Quand nous sommes en état de veille, l’électroencéphalogramme montre une prédominance des ondes Bêta ; quand nous dormons, il montre une prédominance des ondes Thêta ou Delta suivant le cycle du sommeil. Un clignement des yeux provoque une activité d’ondes Alpha. Il est ainsi difficile de savoir, en lisant un électroencéphalogramme, si les ondes enregistrées sont dues à une activité cérébrale ou à une activité physique. Pourtant, les études de A. Neher, W. Jilek, et d’autres, ont montré qu’une stimulation répétée, visuelle ou acoustique, provoque une réponse du cerveau : son activité électrique tend à se mettre en phase avec le rythme des tambours ou d’un stroboscope. De plus, les deux hémisphères tendent à se mettre en phase simultanément, ce qui induit une synchronisation des hémisphères cérébraux du point de vue de l’activité électrique du cerveau.

                La conséquence de ce qui précède est qu’il a été possible d’établir un lien entre un rituel et un état modifié de conscience. Or un rituel est un instrument qui permet au mage d’atteindre un état particulier.

                Voici les  éléments qui structurent un rituel :

  • des danses, des gestes activité physique rythmée ;
  • des sons, des chants, des psalmodies, de la musique appareil auditif ;
  • de la lumière, des couleurs (feu, bougies, habillement, tentures… ) appareil visuel ;
  • de la fumée, des parfums, de l’encens appareil olfactif.

                Nous sommes donc en présence de nombreuses stimulations sensorielles qui se complètent pour former un tout cohérent dont le but est :

  •  de stimuler les ondes cérébrales propices à l’état souhaité ;
  •  et de maintenir la conscience de l’officiant assez occupée pour permettre à un autre état mental de se manifester.

LES SONS ET LES ÉTATS DE CONSCIENCES MODIFIÉS

                Il est une autre technique de stimulation auditive qui mérite ici notre attention. Elle a été mise au point par un américain, Robert Monroe, dans les années 1960. Il a remarqué que les sons, utilisés d’une certaine manière, provoquaient des états de conscience modifiés. A la suite de vibrations provoquées par des engins a moteur, il a ,une nuit, vécu une expérience de décorporation (OBE). Président d’un groupe de radios locales de Virginie et de Caroline du Nord, il avait à sa disposition les moyens d’étudier ce phénomène. C’est ainsi que, connaissant les travaux sur les ondes cérébrales et leur mise en phase par des stimulations sensorielles externes à l’individu, il a expérimenté et mis au point une technique qui consiste à envoyer au cerveau par voie auditive des sons continus d’une fréquence donnée. Par exemple, pour produire une fréquence de 10 hertz, il suffit d’envoyer un son de 400 hertz à l’oreille gauche et un son de 410 hertz à l’oreille droite, cela provoque une vibration de 10 hertz à l’intérieur de la boîte crânienne et, par induction, la mise en phase des hémisphères cérébraux.

                L’intérêt majeur de cette découverte réside dans le fait que le cerveau se met en phase avec la fréquence envoyée par un casque stéréophonique. De plus les deux hémisphères se synchronisent sur cette fréquence. Il est donc possible, à partir de ce moment, d’obtenir tout un éventail d’effets et de provoquer divers états de conscience. En envoyant 4 hertz, une personne s’endort. En envoyant 25 hertz, une personne est stimulée intellectuellement. Il a ainsi pu provoquer différents états dont des états de peurs, d’angoisses, de stress, d’insécurité, de panique, mais aussi de calme mental, de relaxation, de paix intérieure, de créativité, de joie, de concentration… Ces tests ont été menés sur des centaines de sujets et contrôlés à l’aide d’un électro-encéphalographe.

                Robert Monroe a eu l’idée de mélanger ces signaux entre eux, et de provoquer ainsi des ENOCs : un signal Thêta (sommeil) couplé à un signal Bêta (état d’éveil) provoque un état particulier où le corps est endormi, alors que l’esprit veille… et cela provoquerait de mystérieuses expériences mentales

                Il a ainsi pu isoler 53 fréquences opérant une action sur le cerveau. Les applications sont nombreuses et facilitent la visualisation dirigée, la suggestion, la résolution de problèmes, la focalisation de l’attention, la stimulation de la créativité, la stimulation de la mémoire et de l’apprentissage… Applications utilisées dans de nombreuses écoles américaines et par des médecins, psychologues, pédagogues, scientifiques et thérapeutes. Des tests ont été effectués par un département d’enseignement de l’armée américaine et les résultats ont montré que 77,8% des étudiants qui ont utilisé cette méthode ont perçu une amélioration de leurs capacités sensori-motrices ainsi que moins de stress, un meilleur self-control, une motivation améliorée et de meilleures performances. 46 Michael Hutchison, op. cit., pages 209-221.

                En ce qui concerne les ENOCs, il a pu provoquer des phénomènes particuliers allant jusqu’à des cas de décorporation (OBE). Il ne s’agit pas ici de discuter de la validité de tels vécus, mais de montrer l’analogie qui existe entre la technique de Robert Monroe et les techniques magiques. Dans les deux cas, l’utilisation des sons provoque des phénomènes psychiques particuliers.

 

LES SONS ET LA MAGIE CÉRÉMONIELLE

                En magie cérémonielle, le mage utilise la technique des sons de voyelles qui consiste à faire vibrer des sons spécifiques :

            « La manière de vibrer les noms de pouvoirs relève en fait de la transmission initiatique orale, ce qui en fait toute sa valeur […]. Il faut prendre une profonde inspiration et prononcer le nom en détachant bien toutes les syllabes. […] On prononcera le nom avec un maximum de vibrato en l’entonnant d’une voix soit très grave et très profonde, soit d’un ou plusieurs tons au-dessus de la voix ordinaire. Généralement le mot est modulé d’une façon spéciale […]. De plus, pour qu’un nom de pouvoir soit correctement vibré, il est nécessaire de se mettre dans un certain état vibratoire intérieur qui est à la fois un mélange de ferveur mystique et de volonté de commandement : le nom vibré sera alors associé à une émotion très particulière qui sera immédiatement ressentie par les personnes présentes et qui a l’étrange pouvoir de se communiquer rapidement à toute une assemblée. » 47 Jean-Pascal Ruggiu, Les Rituels Magiques de l’Ordre Hermétique de la Golden Dawn, Paris, Ed. Télètes, 1990, pages 31-32.

                Il semble donc possible d’établir un lien entre les découvertes modernes concernant l’activité du cerveau et les techniques de la magie et de la sorcellerie cérémonielles et du chamanisme.

ENOCs et rituel magique

                Pour conclure cet état de la question, écoutons Alex 48 Alex, mon informateur sur les rituels magiques. :

            « Dans quelle mesure le fait d’allumer des bougies, le fait de tracer un cercle magique, le fait d’entrer dans une rituélie, permet de changer d’état de conscience ?  L’acte physique est un marchepied pour l’état psychique. Il est vrai que dans l’école de la Golden Dawn, on apprend aussi à méditer d’abord sur chaque chose que l’on fait. On apprend à se recentrer par rapport à ce qu’on est en train de faire, de tracer… Mais ce recentrage se fait par un moment d’arrêt, un moment assez personnel où l’on médite sur les lettres de l’alphabet hébreux, sur les couleurs, la notion des parfums… On commence à travailler non plus la personne extérieure qui est en train de faire le rituel, mais aussi la personne intérieure. […] La pratique de la magie rituélique dans le cadre de la Golden Dawn est purement à développement spirituel. Il est vrai que dans le cas de la sorcellerie, ça sera un autre but. Mais les moyens restent les mêmes. Ça, il n’y a aucun problème. Il s’agit à chaque fois de provoquer un décalage. Parce que le sens final de cette magie rituélique, c’est, lorsqu’on a un problème à régler sur notre plan physique, de le régler avec d’autres moyens, appartenant à un autre plan. Si on veut le régler avec des moyens appartenant à un autre plan, il faut accéder consciemment à cet autre plan. Non pas à la manière des médiums qui se mettent en transe, et d’une manière passive, se font contrôler par des esprits. Le magicien ne va pas rester passif, il veut rester actif. Donc, il ne va pas plonger dans un état de semi-conscience, par contre, il va développer un état d’extrême conscience. Donc, tout le travail du magicien occidental — je ne connais que celui-là, donc je ne peux parler que de celui-là — sera d’entrer consciemment en transe. Les expédients sensoriels sont essentiels, dans la mesure où nous sommes une société extravertie. […] »

Introduction

                La question des changements d’états de conscience lors de rituels magiques, sorciers et chamaniques a passionné et passionnera encore nombre d’ethnologues, anthropologues, psychologues, sociologues, psychothérapeutes, médecins et autres professionnels de la psyché humaine.

                La question est vaste. Elle est, comme la liste — non exhaustive — des spécialistes énumérés ci-dessus le montre, d’ordre pluridisciplinaire. Aussi, n’est-il pas possible, dans le cadre de ce mémoire, d’en aborder toutes les facettes.

                C’est le discours de mages et sorciers « modernes » — mes informateurs — qui va rythmer ce mémoire. Aussi, leur laisserai-je largement la parole. Ils vont nous mener dans un univers entre le rêve, la réalité et le merveilleux. Un univers qui peut nous sembler déroutant.

                Je les ai questionnés, j’ai écouté leurs réponses, je les ai laissés s’exprimer librement. Ils m’ont parlé avec sincérité, en me permettant de rapporter leurs paroles : vécu de pratiques magiques et sorcières. De processus mentaux.

                Parallèlement à cela, j’ai complété leur témoignage par une approche bibliographique en magie et sorcellerie. Littérature qui passe généralement sous silence les changements d’états de conscience. Ce sont en général des manuels pratiques 1 Science Occulte et Magie Pratique ; Formulaire de Haute Magie ; Traité Pratique de Magie Sexuelle ; Manuel de Magie Pratique ; Les Rituels Magiques de l’Ordre Hermétique de la Golden Dawn (voir bibliographie). livrant des informations concrètes à l’usage des occultistes avertis.

                Je ne pouvais me limiter à cette approche. Aussi me suis-je parallèlement intéressé aux recherches récentes concernant le cerveau humain.

                Mon intérêt pour ce domaine des états modifiés de conscience n’est pas nouveau. Mes expériences personnelles (pratique de psychothérapies ; méditation zen ; pratique de la hutte de sudation sioux-lakota) et mes centres d’intérêts et de recherches (psychologie jungienne, chamanisme, maisons hantées et phénomènes de poltergeist, transcommunication, phénomènes parapsychologiques (télépathie, psychokinèse, précognition…), expériences de mort rapprochée, alchimie…) m’ont mené, tout naturellement, à une approche des états de consciences modifiés. Ce thème constitue en quelque sorte la trame, le fil conducteur, de mes centres d’intérêts. Dans ce contexte, magie et sorcellerie semblaient être un thème que je me devais d’aborder.

                C’est un domaine complexe, vaste et délicat. L’on suspecte généralement les personnes qui s’y intéressent de trop près d’être un peu déphasées et hors des réalités de ce monde. J’en prends mon parti. Il n’est pas dans mon propos, dans ce travail, d’enflammer les passions, ni de discuter du bien fondé de l’efficacité symbolique, du « ça marche » ou du « ça ne marche pas ». Mon seul souhait est de montrer que magie et sorcellerie occidentales manipulent des « outils » induisant des états de conscience non ordinaires. Pour ce faire, je me référerai aux témoignages de mes informateurs, et aux recherches qui ont été effectuées dans ce domaine des états modifiés de conscience durant ces quarante dernières années.

                Par ce travail, je tenterai donc de mettre en évidence certains points qui m’ont paru importants.

                Il existe sur notre planète une quantité de rituels magiques différents les uns des autres. Ces rituels comportent des éléments communs : danses, psalmodies, musiques, bruits, odeurs, transes, déprivations sensorielles, stimulations sensorielles… La liste en est longue. Ces éléments ne sont pas le fruit du hasard, ils visent tous à obtenir un certain état de conscience dont le but est d’induire un effet soit sur la réalité objective matérielle (guérison, par exemple), soit sur l’évolution spirituelle des praticiens.

                Ce sont ces états de conscience modifiés qui me semblent constituer l’élément important dans l’acte magique.

                Dans le corps de ce mémoire, je me propose de mettre en évidence deux points.

                Tout d’abord, l’agencement et la structure des rituels paraît n’être qu’un moyen — non sans importance —, un outil, une technique ; l’acte magique se plaçant sur un autre plan de référence pour le mage ou le sorcier, le monde « Invisible ».

                En conséquence — et ce sera le deuxième point —, ces rituels viseraient à « endormir », à « fasciner » la conscience ordinaire de l’individu, de l’officiant. Il s’agirait de techniques qui occupent, focalisent l’attention de la conscience du praticien, permettant, par là même, de libérer, de dégager une autre fonction mentale : celle, précisément, qui permettrait l’accès à cette autre réalité dont les magiciens, chamanes ou sorciers se servent afin d’entrer en contact avec des entités, des dieux, ou d’autres plans d’existence (le monde des morts, entre autres)…

                Les moyens apparents pour parvenir à cet état de réalité non ordinaire divergent d’une culture à l’autre et les détails des pratiques ne semblent, en fait, n’avoir d’importance que culturelle. J’illustrerai ceci par deux exemples de rituels magiques occidentaux 2 Il serait intéressant — et sûrement révélateur — de pousser la comparaison avec des rituels d’autres aires culturelles. Ce n’est qu’à ce compte-là qu’une démonstration pertinente pourrait être élaborée. Ceci entrerait alors dans le cadre d’une recherche plus vaste et plus extensive. .

 

                Le monde des mages et des sorciers occidentaux est un monde fermé, difficile à pénétrer, un monde de personnages, souvent individualistes, qui, du fait de l’idéologie rationaliste de notre société occidentale, préfèrent officier dans l’ombre, la discrétion et le secret. 3 Marabouts et charlatans courent les rues par contre, et ces personnes semblent, à priori, plus attirées par l’appat de l’argent facile. Ils ne concernent pas mon étude et ils ne pourraient, de plus, certainement, me donner aucune information fiable concernant les changements d’état de conscience, si ce n’est quelques lieux communs tels que ceux publiés dans une certaine presse ésotérique de grande diffusion. Ce groupe social (l’on ne peut parler d’ethnos dans ce contexte) semble plutôt remplir une fonction sociale. Ce domaine a déjà fait l’objet de plusieurs études en ethnologie et en sociologie.  

                Dans ce contexte, il n’est pas aisé de rassembler des témoignages, des explications, des descriptions, des informations. Une longue patience a été nécessaire — plusieurs années — pour recueillir des détails sur les états modifiés de conscience en magie et en sorcellerie. Deux personnes seulement ont accepté de s’ouvrir, et de parler de leurs expériences et de leurs techniques, et ceci après une longue période de « gestation », de confiance mutuelle. Je les nommerai Alex et Maxime.

                Il m’a été donné de rencontrer d’autres personnes pratiquant de ces rituels, elles n’ont pas désiré se confier. Il est vrai que rapporter ses expériences, son vécu implique une démythification qui soustrait une part du mystère de ces pratiques. Et ce vécu, qui est considéré par ces personnes comme intime et sacré, elles n’ont pas voulu le « profaner » — le rendre profane —, elles ont désiré garder leur jardin secret et je respecte ceci. Alex a émis un jour cette remarque : « On ne raconte pas ses rêves à n’importe qui. » Ce qui est très juste.

                Il a déjà été écrit de nombreux ouvrages et articles sur la magie et la sorcellerie, aussi n’ai-je pas voulu réitérer une histoire de la magie et de la sorcellerie. Il existe d’excellents ouvrages, mémoires et thèses sur le sujet et j’ai donc préféré orienter mon attention sur les recherches récentes concernant les états modifiés de conscience. Ceci fera l’objet de ma première partie.

                Dans la deuxième partie, je présenterai mes informateurs et laisserai une large place à leurs paroles. Puis, je présenterai deux rituels : l’un de magie cérémonielle, l’autre de magie sexuelle sorcière.

                Enfin, en troisième partie, j’analyserai ces données — entretiens et rituels — dans la perspective des changements d’états de conscience.

                Abordons maintenant le champs des États Non Ordinaires de Conscience : ENOCs.

 

ESSAI SUR LES CHANGEMENTS D’ÉTATS DE CONSCIENCE DANS LES PRATIQUES RITUELLES MAGIQUES ET SORCIÈRES D’OCCIDENT

Michel NACHEZ

1993

Diplôme d’Études Approfondies – D.E.A.

UNIVERSITÉ DE STRASBOURG

 FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES

 INSTITUT D’ETHNOLOGIE

Ce mémoire, après un exposé des principales recherches qui ont porté sur les états modifiés de conscience durant ces quarante dernières années, aussi bien de la part d’ethnologues, de psychologues et de parapsychologues que de médecins ou de physiciens, tente, à la lumière des informations recueillies auprès d’un mage et d’un sorcier, et d’exemples de rituels de magie et de sorcellerie occidentaux, de montrer comment mages et sorciers maîtrisent ces techniques de changements d’états de conscience, aussi appelés ENOCs ou EMC.

 

Index

Dans ce chapitre, je liste les termes importants de ce travail d’enquête.

Vous pouvez utiliser ces termes pour rechercher les passages concernés dans le texte ici.

 

Index des auteurs, noms de personnes

Abellio R.

Adler M.

Boguet H.

Bourne L.

Breton A.

Brune F.

Castaneda C.

Charlemagne

Don Juan

Duc d’Olonne

Eliade M.

Eugène IV

Fabre d’Olivet

Favret Saada J.

Flammarion C.

Grimm J.

Guaita S. de

Harner M.

Herodias D.

Höffler O.

Horton C.

Innocent VIII

Jeanne d’Arc

Jong E.

Jung C.G.

Jürgenson F.

Kubler-Ross E.

Levi E.

Louis le Débonnaire

Lovecraft H.P.

Mac Orlan P.

Manoury P.

Marquise de l’Hôpital

Marquise de Pompadour

Mercier M.

Montaigu

Moody R.

Murray M.

Nietzsche F.

Papus

Platon

Polanski R.

Rampa L.

Raudive K.

Ravatin J.

Rays G. de

Rémy N.

Richelieu

Rose E.

Russell J.B.

Schäfer H.

Schreiber K.

Starhawk

Tate S.

Waldo P.

Wilson C.

 

Index des noms de lieux et d’ethnies

Afrique

Aix en Provence

Allemagne

Alsace

Amérique

Angleterre

Asie

Berry

Bocage normand

Celte

Cheyenne

Dacie

Espagne

Europe

Finlande

France

Francs

Germains

Grèce

Helsinki

Inde

Italie

Jura

Lorraine

Louviers

Lyon

Milan

Nancy

Normandie

Paris

Pays Basque

Prague

Roumanie

Salem

Slaves

Thessalie

USA

Wisigoths

Index matière

Affaire des Poisons

Air

Alchimie

Âme

Amorc

Ange

    archange

Animisme

    animiste(s)

Anthropophagie

    voir cannibalisme

Antiquité

Anwynn

Archétype

Astrologie

Aura

Avalon

Bacchantes

Baume

Bombo la Triple

Bouc

Bouc émissaire

Bouddhisme

    bouddhiste(s)

Bûcher

Cabaliste

Calendrier agricole

Cannibalisme

    voir anthropophagie

Chaman

Chamanisme

    chamaniste(s)

Chasse aux sorcières

Choc en retour

Christ

Christianisme

Ciel

Combat rituel

    combat rituel

Conscience

    voir états de conscience

Cosmique

Cristaux

Croyances

    croyances archaïques

    croyances païennes

    croyances préchrétiennes

Culte

    culte de la fertilité

    culte du Dieu Cornu

    culte primitif

    culte satanique

    cultes initiatiques

Danse

Déesse Mère

    voir Grande Déesse

    voir Grande Mère

    voir Terre Mère

Déméter

Démon

    voir Diable

    voir Satan

Devin‑guérisseur

    voir Guérisseur(se)

    voir Thérapeute

    voir Herboriste

Diable

    voir Satan

    voir Démon

Diane

Dieu(x)

Dieu Cornu

Dieux

Dionysos

Drogue

    drogué

Druide

Eau

Écriture automatique

Église

Égrégore

Élémental(aux)

Élixir

Enfer

Envoûtement

    envoûter

Ésotérisme

    ésotérique

Esprit

Essénien

États de conscience

Exorcisme

Exotérique

Extase

Fantôme

Fée

Fétichisme

Feu

Forces telluriques et élémentales

Franc-Maçonnerie

Géomancie

Golem

Grande Déesse

Grande Mère

    voir Déesse Mère

    voir Terre Mère

Guérison

Guérisseur(se)

Guide

Hallucinogène

Hel

Herbes médicinales

Herboriste

    voir devin-guérisseur

    voir guérison

Hindouisme

    hindouiste(s)

Humanité primitive

Inconscient

Incorporation

Initiation

Inquisition

Invisible

    voir monde invisible

Invocation

Ishtar

Jésus

Karma

Livre des Morts

Loup

Mage, magicien(ne)

Magie

Magie noire

Magnétisme

Martinisme

Médecine

Médecine des Philippines

Medicine-man

Médium

Messe noire

Monde des morts

    voir pays des morts

Monde invisible

    voir Invisible

Mondes intermédiaires

Moyen-Âge

Mythe

Mythologie

Néolithique

New-Age

Niflhel

Nirvana

Occident

Occulte

Occultisme

    occultiste

Onguent

Oratoire

Orient

Pacte

Paganisme

Pantacle

Paradis

Parapsychologie

    parapsychologue

Pays des Morts

    voir monde des morts

Philtre

Phytothérapeute

Plante

Poison

Possession

Pouvoir(s) (magique, sorcier)

Préhistoire

Prémonition

Prêtre(sse)

Prière

Prophète

Psychométrie

Purgatoire

Purification

Radiesthésie

Raj

Rationalisme

Rebouteux

Réincarnation

Religion

Renaissance

Rêve

Révolution

Rite

    rites de combat

    rites de possession

    rituel

Rose+Croix / Rose-Croix

Sabbat

Sacré

Sacrifice

Sadisme

Sado-masochisme

Sage-femme

    sage-homme

Sang

Satan

    voir démon

    voir diable

Satanisme

Scénario initiatique

Secret

Secte

Sexualité

Sociétés primitives

Sort

Spiritisme

Suicide

    suicidé

Symbole

Talisman

Templier

Terre

Terre-Mère

    voir Déesse Mère

    voir Grande Mère

    voir Grande Déesse

Thaumaturge

Thérapeute

    voir devin-guérisseur

    voir guérisseur

    voir herboriste

Transe

Transmission de pouvoirs

Vaudois

Vaudou

Vierge

Vision(s)

Voyage

    voyage astral

    voyage extatique

    voyage mental

    voyage onirique

Voyance

    voyant(e)

Walhalla

Wicca

Yogi

Zen

Zîna

Zodiaque