Expériences de mort rapprochée (NDE), sorties hors du corps et « enlèvement par les extraterrestres »

Le phénomène des personnes se disant « enlevées par les extraterrestres » est caractérisé par une grande complexité dont les divers éléments proviennent de champs divers : physiques, d’une part (traces au sol et relevés radars, par exemple), et relevant des états non ordinaires de conscience, d’autre part (visions, paralysie du sommeil, OBE…), le tout baignant dans un contexte sociologique dont les principaux éléments sont le millénarisme, la peur des changements, les risques concernant l’intégrité de notre écosystème, les nouvelles découvertes en biotechnologies et la menace de destruction massive par nos armes de guerre.

La problématique des enlèvements par des extraterrestres dépassant le cadre de cette thèse, je mettrai, dans cette partie, particulièrement en lumière les phénomènes spécifiquement de type ENOCs vécus par les « ravis »[1] afin de valoriser les aspects de similarités avec les OBE, les rêves lucides et les NDE.

Ce sujet est délicat pour plusieurs raisons dont la première, et la plus importante, est l’impossibilité de rassembler des données fortement fiables ; les autres raisons concernent la méfiance générale vis-à-vis de ce thème et le manque d’intérêt des milieux scientifiques[2]. De plus, le phénomène ne connaît une grande ampleur actuellement qu’aux États-Unis ; en Europe, il est fait mention uniquement de cas isolés.

Cependant, une description de certaines caractéristiques des observations rapportées par les sujets de ces dits enlèvements peut nous apporter quelques éclairages sur les problèmes de perceptions de type hallucinatoire. J’y reviendrai de toute manière plus loin lorsque j’aborderai les expériences de Michael Persinger sur les inductions électromagnétiques et sa théorie des tensions tectoniques.

Mais avant d’aborder l’étonnante découverte de Michael Persinger, je propose de découvrir, avec le Pr. Kenneth Ring, les profils psychologiques de la population qui nous occupe.

[1] Terme choisi par Bertrand Meheust pour désigner les personnes « victimes d’enlèvements par des extraterrestres ».

[2] Dans la revue Science & Vie de janvier 1999, il est fait mention d’un colloque ayant eu lieu à Pocantico (état de New York, États-Unis) du 29 septembre au 4 octobre 1997, sous la direction de Peter Surrock, professeur de physique à l’université Stanford, Palo Alto, Californie. Lors de ce colloque, les scientifiques présents « ont estimé que les informations sur les ovnis méritaient d’être examinées avec objectivité, de manière à peser toutes les hypothèses. » Leur conclusion est sans détour : il s’agit là de la reconnaissance officielle du phénomène ovni et de sa promotion en tant qu’objet d’étude digne de la science. C’est un revirement total de la communauté scientifique. [Sauf qu’il ne s’est quasiment rien passé depuis et qu’on en est toujours quasi au même point – NdA, 19-03-2018].