Introduction

Les phénomènes de hantise sont une interrogation. Une interrogation sur l’invisible, ce qui est au-delà, de la conscience ou… de la mort. Ce mémoire mène dans les méandres de la mort, dans ses manifestations, celle des maisons hantées, d’une part, et celle des esprits, de l’autre. Mais il mène aussi dans notre imagination, dans notre inconscient, dans le fantastique. La question de la limite sera posée, limite entre le conscient et l’inconscient, la vie et la mort, l’ici et l’au-delà.

Je laisse au lecteur le libre choix de me suivre ou non dans mon raisonnement. Loin de moi l’idée de vouloir l’influencer. Je lui demanderai simplement de bien vouloir m’accompagner, avec les sens en éveil, et une ouverture… une autre facette de la vie. Je désire montrer du doigt un lieu de doutes, une faille, qui, quoique la rationalité veuille bien en penser, émerge très rapidement sous un vernis de culture. Pendant les entretiens d’enquête, j’ai observé ce glissement vers l’irrationnel. Comme si ce rationnel, que le discours ambiant magnifie, n’était qu’un garde-fou précaire vis-à-vis d’une réalité que l’on nie.

La mort accompagne l’homme. Elle est la barrière, le saut vers l’inconnu. Beaucoup d’auteurs et de chercheurs se sont penchés sur le problème de la survie, du passage… Certains avec succès, tel Raymond Moody, par exemple. En dépit de cela, dans notre société occidentale, la mort est niée. Et pourtant, de par le monde, quel peuple n’est-il pas en relation avec le monde des morts ?

L’intérêt de ce mémoire est donc d’essayer de montrer que, quoiqu’en disent certains, l’existence de la survie après la mort est une hypothèse de travail sérieuse. Et donc, par conséquent, il convient de regarder sous un jour différent les manifestations dites de l’au-delà, dont font partie les maisons hantées. Sans écarter les théories d’explication de manifestations paranormales induites par l’inconscient, tels les poltergeist.

Mais avant d’aborder ces thèmes, je convie le lecteur à m’accompagner dans mon enquête sur la maison présumée hantée de la place des Orphelins à Strasbourg.