La psychokinèse

            Les expérimentateurs témoignent de l’existence de réels interlocuteurs qui enverraient leurs messages d’un autre univers, univers généralement désigné comme l’au-delà, lieu où résident les défunts. Cette thèse n’est pas recevable par la majorité des scientifiques car, comme l’explique le Professeur Bender : « Nous ne disposons d’aucun élément qui nous permettrait d’avancer que la psyché puisse exister en tant qu’identité indépendante du corps physique »[1]. Les parapsychologues préfèrent donc y voir une faculté inconsciente de manipulation de la bande magnétique par psychokinèse. Ce qui signifie que les expérimentateurs imprimeraient eux-mêmes, non consciemment, les bandes avec leurs fantasmes, leurs désirs informulés, leurs projections psychiques, leurs douleurs dues à la perte d’être chers…

            Si les voix proviennent des expérimentateurs, ce phénomène est en tout état de cause extraordinaire car cela signifierait qu’un nombre incalculable de sujets posséderaient des facultés de psychokinèse, de précognition, de télépathie : des facultés parapsychologiques que de nombreuses équipes dans les laboratoires de parapsychologie du monde entier essaient de mettre en évidence depuis des années, et qui seraient utilisées, en enregistrant des voix, par n’importe quelle personne, chez elle, de manière simple et répétée. Il ne me paraît pas réaliste d’affirmer d’un côté que les phénomènes parapsychologiques sont rares et difficiles à produire, et d’un autre d’observer que n’importe qui peut en produire dans des conditions, somme toute, facilement réalisables. C’est pour ces raisons que le Professeur Bender et d’autres de ses collègues n’ont pas été satisfaits, en dernière analyse, par la théorie animique. Car le phénomène des voix est facilement reproductible et, par la même, déconcertant.

            La psychokinèse est un phénomène très difficile à mettre en évidence. S’il est possible d’en observer les manifestations spectaculaires – et rares – lors des cas de hantise ou de poltergeist[2], leur reproduction en laboratoire tient de la prouesse : que d’heures de labeur, de protocoles d’expérimentation, de patience… pour ne récolter qu’un infime déplacement d’objet.

            D’après les observations et les recherches conduites dans les laboratoires de parapsychologie, la psychokinèse ne serait en aucun cas un phénomène courant. Les expérimentateurs qui enregistrent les messages sur leurs bandes magnétiques ne suivent pas de procédure spéciale, ni de préparation mentale avant de commencer leurs séances d’enregistrement : pratiquement n’importe quelle personne peut recevoir ces voix sur son propre matériel. Il semble donc que le phénomène des voix paranormales sur bandes magnétiques n’ait rien à voir avec la psychokinèse produite par des êtres humains vivants, et il est envisageable que d’autres « forces » encore inconnues de nous utilisent la psychokinèse, la télépathie et la précognition, en s’appropriant des « canaux » que nos appareils de mesures ne sont pas encore capables de détecter.


[1] – op. cit., page 29.

[2] – Le cas Rosenheim, par exemple, illustre bien ce propos. Cela s’est passé dans un cabinet d’avocats à Rosenheim en 1967. Voici quelques-unes des manifestations que les témoins ont pu observer : des tubes néons, à 2,50 m du sol, s’éteignent tout seuls; ils se libèrent de leurs fixations et pivotent de 90°; des fusibles automatiques se déclenchent tout seuls; des bruits d’explosion se font entendre; des dérangements dans le circuit téléphoniques se manifestent : sonneries, interruptions, appels répétés et automatiques à l’horloge parlante; des ampoules électriques qui éclatent; des tableaux qui tombent; une armoire à documents de 175 kg qui se déplace de 30 cm du mur où elle était placée; etc… Hans Bender, L’Univers de la Parapsychologie, Paris, Editions Dangles, 1976, page 125 et suivantes.