La Transcommunication Instrumentale

Tout à commencé dans la rue. Je me promène et j’arrive devant un kiosque à journaux. Là, une couverture de VSD en grand invite à la rencontre avec des morts qui apparaissent sur des écrans de télévision (cathodiques à l’époque). J’achète la revue et de découvre qu’un certain Klaus Schreiber, reçoit sur son poste de TV des images de l’au-delà et on y voit notamment un artiste célèbre, photo reproduite dans l’article. J’y découvre également une étrange pratique qui consiste à enregistrer les voix des morts sur des bandes magnétiques. La version post-moderne du spiritisme en quelque sorte…

Ma curiosité est piquée au vif. Les morts parlent ? Sans médiums ? Voilà qui ne peut qu’être intéressant. Passionné de son, j’avais plusieurs magnétophones à bandes et à cassettes. Je me suis donc renseigné en achetant les livre des pionniers : Friedrich Jürgenson et Klaus Raudive.

Cela m’a permis de bien comprendre le phénomène et de me renseigner sur les techniques d’enregistrements. Et j’ai commencé à enregistrer…

Après des mois de recherches, j’ai écrit cet article qui est paru dans un livre collectif :
Mort et Vie, sous la direction de Pierre Erny, Anne Stamm, Marie-Louise Witt aux Éditions L’Harmattan – 1996

En voici la teneur…