Le rêve lucide » Rêve lucide et santé physique

Que l’état psychologique ait une action sur la santé physique, cela ne fait plus aucun doute aujourd’hui. La psychosomatique et la neuro-psycho-immunologie ont montré que l’esprit a une action sur les processus d’autoguérison et sur le système immunitaire. L’inverse est vrai également : on peut se rendre très malade avec des attitudes mentales négatives.

Certains thérapeutes utilisent la visualisation pour soutenir les traitements médicaux, et cela dans des pathologies graves, comme le cancer par exemple. Je citerai Simonton et Grof pour mémoire, qui ont permis à de nombreux patients, sinon de tous guérir de leur cancer, du moins de mourir avec dignité en paix avec eux-mêmes et surtout sans souffrances inutiles.

Grof affirme :

« Il est un fait que les états non ordinaires de conscience modifient dans une mesure spectaculaire la relation entre les dynamiques consciente et inconsciente de la psyché. Ils tendent à abaisser les défenses et à réduire les résistances psychologiques. »[1]

Le rêve lucide pourrait jouer un rôle d’amplificateur dans ce domaine de l’influence du psychisme sur le corps. En effet, si la visualisation a un effet sur le corps, et si en hypnose, également, on obtient des résultats en ce qui concerne des modifications de facteurs physiologiques, alors il est possible que le rêve lucide puisse, lui aussi, jouer un rôle en ce domaine. Rien n’est encore prouvé à l’heure actuelle. Cependant, si le rêve lucide se révélait être un vecteur plus puissant que la visualisation simple, alors cela ouvrirait des perspectives fort intéressantes et pourrait mener à une forme de médecine qui ne se cantonnerait plus uniquement aux traitements chimiques, mais engloberait la personne entière dans le processus de guérison.

Nous n’en sommes pas encore là. De nombreuses expérimentations sont encore nécessaires pour se faire une meilleure idée sur cette question. Et il ne faut surtout pas oublier que le rêve lucide demande un apprentissage somme toute assez long, un effort mental non négligeable et une persévérance soutenue. Cet outil thérapeutique, je le rappelle, ne pourra donc pas être à la portée de tout un chacun.

Cependant, certaines expériences relativisent ce point de vue.

Ainsi, pour Florence Ghibellini, le rêve lucide n’a que peu d’action sur le corps physique. Ses multiples expériences en ce domaine lui font conclure à l’impossibilité d’une telle application du rêve lucide en matière de guérison. Voici un de ses rêves lucides datant du 11 octobre 1992, et qui relate une tentative de se soigner suite à un mal d’épaule.

« Je vole au-dessus d’une ville ou plutôt d’une immense banlieue avec tout un tas de petites maisons éparses, en position assise et ça va très vite. Au loin, de hautes montagnes. Mais le temps d’y arriver, je me dis que je vais me réveiller. Heureusement, je parviens à remplacer une portion de la ville par ces montagnes. Elles sont de toutes les couleurs, froides, scintillantes et coupantes, comme certaines pierres précieuses. Je me colle à une paroi pour sentir cette froideur. Ensuite, (…) j’essaie de me guérir l’épaule, de façon peu orthodoxe d’ailleurs. Je découpe le dessus au cutter, je passe le dessous au chalumeau pour le nettoyer, je cherche dans un tiroir des composants organiques d’épaule et comme je ne les trouve pas, je me remets la partie que j’avais découpée. »

Voici son commentaire :

« Inutile de préciser que ce rêve ne m’a absolument pas guéri l’épaule, bien que j’aie laissé faire le moi de rêve. En fait, je n’ai jamais rien guéri en rêve lucide. Alors, je veux bien croire que le rêve lucide nous permette de nous guérir, mais j’ai de bien meilleurs résultats avec le rêve éveillé[2]. En fait, la “guérison” est devenue l’un des ponts-aux-ânes du rêve lucide, mais je n’ai pas lu beaucoup de rêves où quoi que ce soit ait été guéri. Là encore, tout le monde prétend quelque chose sans se soucier de fournir la moindre preuve. »[3]

Comme on le voit, nous sommes encore loin de l’unanimité quant aux pouvoirs de guérison du rêve lucide.

[1] Stanislav Grof, Les nouvelles dimensions de la conscience, p. 213.

[2] « Le rêve éveillé est présenté comme une production d’images plus ou moins chargées d’émotions, parfois associée à des sensations vécues comme corporelles. Il peut être utilisé pour se relaxer, pour libérer son imaginaire, se laisser aller à toutes sortes de fantasmes, y compris sa naissance, une de ses incarnations passées ou à venir. Le rêve éveillé est utilisé en psychothérapie, en particulier dans les écoles de “rêve éveillé dirigé” (RED) et d’“onirothérapie”. » (Son fondateur est R. Desoille), Catherine Lemaire, Rêves éveillés — l’âme sous le scalpel, p. 127.

[3] Florence Ghibellini, op. cit., p. 15.