Les hantises provoquées par les poltergeist

      Dans la première catégorie se trouve le fameux cas du cabinet d’avocat à Rosenheim en RFA, datant de 1967. Cette affaire a été suivie par le Professeur Bender de l’Institut de Parapsychologie de Fribourg en Brisgau (Institut für Grenzgebiete der Psychologie und Psychohygiene).

      Des phénomènes extraordinaires, parfaitement incroyables et pourtant vérifiés, se sont produits :

  • des tubes néons, à 2,50 m du sol, qui s’éteignent tout seuls,
  • ils se libèrent de leurs fixations et pivotent de 90°
  • des fusibles automatiques qui se déclenchent tout seuls
  • des bruits d’explosion
  • des dérangements dans le circuit téléphonique : sonneries, interruptions, appels répétés et automatiques à l’horloge parlante
  • des ampoules qui éclatent
  • des tableaux qui tombent
  • une armoire à documents de 175 kg qui se déplace de 30 cm du mur
  • etc…

      Ceux-ci ne sont que quelques-uns d’une longue liste. Mais, chose intéressante, ces phénomènes ne se sont produits qu’en présence de la jeune Annemarie S., jeune employée de 19 ans. Voici ce que dit Hans Bender[1] :

            « Avant tout, on constate généralement que ces phénomènes dépendent de jeunes gens qui sont à l’âge de la puberté. Il est cependant évident que chaque fois qu’il est question de faits de hantise, il faut se rendre compte en premier lieu s’ils ne sont pas dus à des causes normales (…). Il n’en reste pas moins un solde inexplicable et cela tout particulièrement dans le cas de Rosenheim. »

      D’autres cas intéressants ont été recueillis par Emile Tizané, ex-commandant de gendarmerie, durant sa carrière. Voici un extrait de procès-verbal de 1943 – cas de A. G. (15ans) à Frontenay-Rohan-Rohan :

            « Avant-hier vers 22h, ma femme et ma petite-fille G…, âgée de quinze ans, sont venues m’appeler en me disant qu’il fallait que je vienne immédiatement à la maison, que tous les objets et meubles changeaient continuellement de place. À mon arrivée, je n’ai pu que constater les effets. Un grand désordre régnait.(…) À un moment donné, j’ai vu un petit fourneau à charbon se déplacer vers le centre de la cuisine où il fut renversé. J’ai entendu des grattements provenant du buffet. (…) Des boites se trouvant sur la table se sont déplacées en tous sens. Le marbre de la table de nuit que j’avais déposé sur la table de la cuisine est venu se casser à terre. Mon manteau s’est mis à se promener dans ma cuisine, puis il est revenu tomber à proximité du lit. (…) »[2]


[1] Hans Bender, L’Univers de la Parapsychologie, Paris, Ed. Dangles, 1976, page 128.

[2] Les Dossiers Noirs des Maisons Hantées, Paris, Ed. Tchou, 1978, page 25.