Les Sources

a) Les sources écrites indiennes Lakota

1) Hehaka Sapa (Wapiti Noir)

Un chapitre dans les « Rites secrets des Indiens Sioux » est consacré à la Sweat Lodge. Cet ouvrage date de 1947.L’auteur est mort en 1950. Il était Sioux Oglala de la réserve de Pine Ridge, Sud Dakota. Il était medicine-man et Holy Man, c’est à dire était considéré comme ayant atteint le plus haut stade du medicine man, stade englobant tous les autres. C’est à dire que le Holy Man possède et a pratiquera l’un ou l’autre moment de son existence^ chaque spécialité de chaque sorte de medicine man. Brièvement : il y a 6 sortes de medicine man :

  • pejuta wicasa : le medicine man qui pratique avec les herbes et les plantes
  • yuwipi wicasa : celui qui pratique avec les pierres
  • waayatran wicasa : celui qui interprète les rêves et les visions
  • wapyia wicasa : le sorcier lorsqu’il est dans sa facette « noire » et le conjureur lorsque dans sa facette « blanche »
  • heyoka wicasa : le « contraire », qui a pouvoir sur le climat
  • winkte wicasa : le travesti, qui peut lire l’avenir.
  • Le 7ème : wicasa wakan : le holy man, l’homme sacré.

2) Tahka Ushte (John Fire Lame Deer – en français : Cerf Boiteux)

Un chapitre sur la Sweat Lodge dans « De mémoire indienne ». L’auteur était Sioux Minneconjou de la réserve de Rosebud – Sud Dakota. Il est mort en 1976. Il était chef et également, comme Hehaka Sapa, medicine man et holy man.

De ces sources indiennes, un autre auteur indien, Vine Deloria Junior dit, dans son ouvrage « God is red » (1973) que le livre de Lame Deer est un des livres majeurs concernant la religion amérindienne. Je cite : « … il y a dans ce livre une sagesse que l’on trouve dans bien peu de livres traitant de religion… » (pages 51-52).

Sioux Minneconjou (Rosebud), fils de John Fire Lame Deer, Tahca Ushte. Il est successeur de son père dans les fonctions de medicine man et de chef. Il voyage en Europe depuis quelques années pour y parler de la spiritualité amérindienne dans la vision Lakota et cela avec l’accord de nombre de chefs religieux lakota.

b) Sources écrites non indiennes :

1) Danielle Vazeilles

Ethnologue, professeur à Montpellier. A vécu et travaillé en tant qu’enseignante dans la réserve Lakota de Cheyenne River et a voyagé sur le terrain, c’est à dire dans les réserves sioux du Sud Dakota. A publié « Le cercle et le Calumet ». Dans un manuscrit non encore publié, elle cite pour ses sources d’information quant à la Sweat Lodge : Tahca Ushte et Hehaka Sapa.

2) Robert Jaulin

Ethnologue (« La mort Sara »). Dans ses « Notes d’ailleurs », il évoque brièvement la Sweat Lodge Lakota. On peut noter que, dans cet ouvrage, il apparaît « allergique » à Lame Deer père et fils, au point de mal orthographier leur nom !

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.