CONCLUSION

                Il se dégage de cette étude que la magie et la sorcellerie rituéliques occidentales impliquent une structure et un savoir-faire hautement élaboré dans le domaine du contrôle des ENOCs.

                Les recherches récentes ont permis de mieux comprendre les phénomènes ENOCs et, en conséquence, de mieux appréhender les modifications des états de conscience pendant les rituels impliquant certaines techniques comme la méditation, la relaxation, le rythme du tambour, etc…

                Les recherches ne font que débuter.

                Christine Hardy1 Christine Hardy, op. cit., pages 246-251. , dans la conclusion de son ouvrage, met en lumière, d’après les conclusions des parapsychologues américains, le rôle des micro-réalités sur les individus et les groupes de personnes. Charles Tart considère que la réalité est due à un consensus social général composé d’une multitude de micro-consensus sociaux, qui, chacun, créent une micro-réalité. Chaque individu intègre différents états de consciences modifiés qui correspondent chacun à une réalité spécifique. Et chaque état modifié est structuré comme une micro-réalité. Ces micro-réalités semblent avoir tendance à se « courber », d’après les parapsychologues, dans le sens des croyances et des représentations des sujets. Christine Hardy ajoute :

            « Bien sûr, la possibilité de courber la réalité peut se passer à divers échelons. Un état modifié peut avoir cet effet sur la micro-réalité impliquée par cet état ; mais si un être vit en permanence dans un état de méditation et que sa personnalité soit très cohérente, alors la réalité qu’il confronte est «courbée» en permanence dans le sens même de sa cohérence. De même, si cet être commence à attirer un groupe de disciples, c’est la micro-réalité du groupe entier qui va être «courbée» de la même manière. » 2 ibid., page 250

                Il semble que ces notions modernes de micro-réalités et de « courbures » de la réalité soient, à quelque niveau, perçues par les mages et les sorciers occidentaux comme étant opératives. Ce qui est plus intéressant encore, est qu’ils semblent posséder des techniques pour manipuler ces micro-réalités, pour tenter de les faire « courber » dans le sens de leur volonté et de leurs désirs. Ceci n’implique, par ailleurs, absolument aucune nécessité d’efficacité sur le plan matériel.

                De ce qui précède il découle que le domaine des ENOCs est prometteur concernant une meilleure connaissance du psychisme humain et de ses potentialités, et malgré l’intérêt que portent certains chercheurs à ce domaine, il est à regretter que si peu d’études aient été réalisées pendant ces dix dernières années, alors qu’en neurophysiologie, pour citer les dernières recherches concernant le cerveau humain3 Capacité de régénération du cerveau (plasticité) ; capacité de modification des trajets neuronaux ; chimie cérébrale ; théorie holographique (David Böhm, Karl H. Pribram) ; théorie du chaos (Ilya Prigogine) ; théorie du multimind (Robert Ornstein) (personnalités multiples simultanées) ; apprentissage accéléré ; etc… , le bond en avant est révolutionnaire.

                Il est clair que l’étude des ENOCs en situation rituélique à l’aide d’appareillages modernes (EEG, EMG, EOG, biofeedback 4 « Le terme feedback signifie un renvoi de l’information, sous quelque forme que ce soit (par un son, un graphe, des chiffres, un encouragement, etc.). Le biofeedback fait donc référence à un système qui permet au sujet, dont une mesure physiologique est prise, de recevoir un signal qui lui donne une certaine information sur l’évolution de cette mesure au cours du temps. Le biofeedback peut donc s’appliquer à toute mesure physiologique : tension musculaire, battements de coeur, etc. ». Christine Hardy, op. cit., page 130. ,…) paraît difficile à réaliser. Néanmoins, cela se doit d’être tenté.

                Il paraît évident que c’est là le rôle de l’ethnologue, en collaboration avec d’autres chercheurs de disciplines voisines, de mener à bien ces recherches dans ce domaine des ENOCs.

                Magie, sorcellerie, chamanisme… ce sont des champs centraux et privilégiés de l’ethnologie depuis les origines de la discipline. L’importance que vont revêtir ces domaines dans les années à venir ne doit pas lui échapper.

                Ce mémoire ne peut être qu’une introduction à la problématique des changements d’états de conscience dans les rituels magiques et sorciers d’Occident. Il n’a pas été possible de rencontrer beaucoup de sorciers et magiciens acceptant de se dévoiler, de parler de leurs intimes expériences, ce qui restreint le champ d’investigation.

                Il aurait fallu, pour être réellement démonstratif, mesurer les ondes cérébrales de Alex et de Maxime en situation. Cela est resté au stade du désir. Car, ni de mon côté – ne disposant pas de l’appareillage – ni du côté des informateurs – Maxime n’ayant même pas accepté ma présence à l’un de ses rituels – il n’a été envisageable de tenter cette expérience.

                J’espère que cela se fera. Car les perspectives semblent, à plus d’un point de vue, prometteuses… [Et bien, cela ne s’est pas fait, NdA 08-2019]

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.