Psychokinèse et mécanique quantique

Dans le cas où les phénomènes de hantise sont attribués à des poltergeist, donc à des personnes psychiquement instables, la parapsychologie a tendance à évoquer assez souvent la psychokinèse. Or, cette psychokinèse est objet de recherche dans des laboratoires, et, bien que les expériences sont loin de provoquer les effets extraordinaires des poltergeist, elle incite les chercheurs à s’appuyer sur les découvertes de la mécanique quantique pour valider leurs observations.

      Il existe des physiciens des quanta qui acceptent tout à fait le parallèle entre leur domaine et celui des parapsychologues. Tel Brian Josephson, prix Nobel à 33 ans pour ses découvertes dans le domaine de la supraconductivité, qui n’hésite pas à parler de télépathie devant un auditoire de confrères.

      Les parapsychologues sont satisfaits de ce type d’attitude car elle leur donne une base. En quelque sorte, les scientifiques leur tendent une perche. Il n’en est pas de même du côté des scientifiques plus orthodoxes qui ne voient pas tous d’un bon œil les tentatives de la parapsychologie. L’argument majeur, pour réfuter la comparaison, est que le lieu d’étude des physiciens est le microcosme et que le domaine de la parapsychologie est le macrocosme. Mais écoutons ce que dit Mario Varvoglis à ce sujet, dans son article Quantons sous la Psi ! :

            « On peut bien sûr objecter que les parallèles entre les évènements quantiques et les phénomènes Psi ne sont pas valides, parce que les évènements quantiques appartiennent au monde subatomique et ne sont pas transposables sur le plan humain. Mais cet argument a été réfuté par des physiciens qui pensent que certains processus subatomiques peuvent être portés jusqu’au niveau macroscopique. D’autres encore ont rétorqué que des évènements quantiques existent en fait dans le monde macroscopique, par exemple, la supraconductivité. De toute façon, il est possible que l’ESP[1] puisse constituer en elle-même un ordre de phénomènes quantiques à l’échelle humaine. »[2]

C’est cette perspective qui comble Rémy Chauvin, ce biologiste-parapsychologue, qui voit dans la parapsychologie le domaine d’applications pratiques de la mécanique quantique. Pour lui, les deux sciences sont complémentaires et il pense que la physique quantique a besoin de la parapsychologie, et que, dans le futur, elles ne seront plus que deux faces de la même médaille. Voici sa position :

            « La conclusion immédiate qui s’impose, c’est que les thèses de la parapsychologie ne sont nullement incompatibles avec la physique, tout au moins avec une certaine physique parfaitement concevable et effectivement soutenue par de grands esprits.

            Et c’est aussi que la théorie générale dont la parapsychologie manque si cruellement, et que les parapsychologues se sont en vain exténués à construire, c’est la physique qui nous la donne ou va nous la donner. »[3]

      Ceci est prometteur, et constituera, si cela aboutit, une révolution dans la perception de l’homme et du monde. Car s’il est vrai que la physique des quanta donnera un jour à la parapsychologie sa théorie générale, alors les phénomènes psi seront compréhensibles, ainsi que les poltergeist, et certainement bien d’autres phénomènes. Il sera juste un peu frustrant pour ceux qui sont, à l’heure actuelle, les spécialistes de la psyché, tels psychologues, psychiatres, neurophysiologues…, de n’avoir pas reconnu les extraordinaires potentialités de l’homme et d’avoir toujours tourné en dérision les phénomènes parapsychologiques. En ce qui les concerne, Einstein a dit, en parlant de la télépathie, qu' »elle a probablement plus de choses à voir avec la physique qu’avec la psychologie ». Cela sera peut-être aussi vrai des autres domaines de la parapsychologie. Mais qu’en est-il du domaine de l’après vie, cette dimension qui échappe encore à l’homme et dont celui-ci n’entrevoit que des flashs ? Ce domaine appartient-il à la physique, à la psychologie, à la religion… ou à l’ethnologie ? À tout cela, probablement…


[1] Extra Sensory Perception, Perception Extra Sensorielle.

[2] La Science et ses Doubles, Paris, Revue Autrement, 1986, page 145.

[3] Rémy Chauvin, Quand l’Irrationnel rejoint la Science, Paris, Hachette, 1980, page 177.